LN Bonaparte : « La France a compris que je n'étais sorti de la légalité que pour entrer dans le droit... »
Citation du jour

 

L’Histoire recommence et les suites du coup d’État en sont une parfaite démonstration, à commencer par le plébiscite gagnant de Louis-Napoléon. C’est aussi une des leçons de l’Histoire en citations. Avec l’humour, la leçon passe encore mieux.

« La France a compris que je n’étais sorti de la légalité que pour entrer dans le droit. Plus de sept millions de suffrages viennent de m’absoudre… »2220

Louis-Napoléon BONAPARTE (1808-1873), plébiscité les 21 et 22 décembre 1851

Napoléon III (1998), Georges Bordonove.

Un tour de passe-passe juridique joliment formulé.

Au lendemain du coup d’État, la réaction du 3 décembre fait très peu de victimes, mais le 4 décembre, la troupe tire sur la foule, boulevard Poissonnière. Bilan : de 100 à 300 morts (selon les sources), dont beaucoup de femmes et d’enfants.

La répression des rébellions républicaines va engendrer une Terreur blanche, comme sous la Révolution. Pas de vrai soulèvement populaire à Paris, mais la province, les paysans surtout, opposent une résistance violente, dans le Sud-Est et le nord du Massif central. D’où 32 départements mis en état de siège, 27 000 arrestations, 10 000 condamnations (la plupart « transportés » en Algérie, 239 envoyés aux travaux forcés à Cayenne). Le mouvement républicain est décapité pour longtemps. La propagande gouvernementale, confondant l’effet et la cause, fait croire qu’on a sauvé le pays de la subversion socialiste.

Résultat ? Le pays (au suffrage universel rétabli) approuve massivement le coup d’État : 7 439 216 oui contre 640 737 non. Mais c’est un scrutin sous haute surveillance, et l’opinion publique est manipulée.

Toutes les citations qui suivent
sont commentées dans nos Chroniques.

« Les Bonaparte, c’est tout de même un clan qui se remplit les poches, se distribue les couronnes, et qui, en 1851, s’attable pour le deuxième service. »2144

François MAURIAC, Bloc-notes, IV (1965-1967) dans le journal L’Express

Hugo n’aurait pas mieux dit contre le second Bonaparte, mais son culte pour le premier le rendit encore plus cruel.

« Qui arracherait une plume à son aigle risquerait d’avoir dans la main une plume d’oie. »2248

Victor HUGO, Histoire d’un crime (1877)

Le « crime » de l’histoire, c’est le coup d’État du 2 décembre. Coup réussi qui donne une assurance au personnage, mais Napoléon III souffrira toujours de la comparaison avec Napoléon Ier : « L’histoire est une galerie de tableaux où il y a peu d’originaux et beaucoup de copies. » (Tocqueville). À noter qu’il prit le numéro trois, eu égard au roi de Rome, officiellement Napoléon II.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire