« Qu'y a-t-il dans la Constitution ? — Il y a Bonaparte. »
Citation du jour

 

Le coup d’État a mis fin au Directoire - et donc à la Révolution qui est (bien ou mal) finie.

Voici le Consulat, nouveau régime avec le nouvel homme fort de l’histoire, désormais maître de la France. Napoléon Bonaparte s’impose à 30 ans, avec une évidence qui frappe tous les contemporains. L’humour survit, mais change de ton.

« Qu’y a-t-il dans la Constitution ? — Il y a Bonaparte. »1696

Le mot circule dans Paris en 1800

Histoire socialiste, 1789-1900, volume VI, Consulat et Empire, Paul Brousse et Henri Turot, sous la direction de Jean Jaurès (1908).

Humour institutionnel - rare et conforme à la réalité. On a déjà compris, Bonaparte a l’essentiel du pouvoir : « La décision du Premier Consul suffit. » Les deux autres consuls, Cambacérès et Lebrun, n’ont qu’une voix consultative. Irresponsable devant les assemblées, Bonaparte nomme ministres et fonctionnaires, a l’initiative des lois.

Le législatif est émietté en trois assemblées qui se neutralisent (Sénat, Tribunat, Corps législatif) et le suffrage universel escamoté. C’est un « sur-mesure institutionnel » pour le nouveau César – le mot de Consulat vient du droit romain, de même les sénatus-consultes, textes promulgués par le Sénat, autre souvenir de la République romaine.

« Ces cinq ans de Consulat – l’une des plus belles pages de la plus belle des histoires, l’histoire de France. » Louis Madelin. L’empereur Napoléon a suscité des haines profondes et même ses admirateurs ont des raisons de le critiquer. Mais le Bonaparte du Consulat rallie (presque) tous les suffrages, chez les contemporains comme chez les historiens. Cela dit, l’un est né de l’autre, avec une logique qui peut prendre le nom de fatalité, ou de destinée.

Toutes les citations qui suivent
sont commentées dans nos Chroniques.

« Sans trop de respect pour notre espèce, [Bonaparte] ordonna de nous transformer sur-le-champ en bêtes de somme et de trait, ce qui fut effectué comme par enchantement. »1701

Capitaine GERVAIS, évoquant le passage du col du Grand-Saint-Bernard, 18-20 mai 1800

Humour militaire. Volontaire dans toutes les campagnes de l’Empire, il laisse un récit pris sur le vif de vingt années de guerres en Europe. David sublimera l’exploit : Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard. Chef d’œuvre de « com », voulu par le général Bonaparte.

« C’était chaud, très chaud : les os de nos grenadiers craquaient sous les balles autrichiennes comme un vitrage sous la grêle. »1704

Général LANNES, à Napoléon Bonaparte venu le féliciter, après la bataille de Montebello, 9 juin 1800

Lannes, avec 8 000 soldats, a battu 18 000 Autrichiens, résistant avant de se replier, laissant 3 000 morts sur le terrain, abandonnant 5 000 prisonniers, six pièces de canon. La victoire décisive, c’est quelques jours plus tard, à Marengo.

« J’aime l’oignon frit à l’huile, / J’aime l’oignon quand il est bon […]
Au pas camarade, au pas camarade, / Au pas, au pas, au pas !
Et pas d’oignon aux Autrichiens, / Non ! pas d’oignon à tous ces chiens. »1705

Chanson de l’oignon, 1800, anonyme et très populaire

Scandée par les grenadiers montant à l’assaut, à Marengo (14 juin 1800). Bataille indécise, qui serait perdue sans l’arrivée en renfort du général Desaix, retournant la situation, avant de tomber à la tête de ses hommes. La chanson militaire garde son humour, envers et contre tout.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire