Ronsard : « Soyez comme un bon Prince amoureux de la gloire, Et faites que de vous se remplisse une histoire... » | L’Histoire en citations
Ronsard : « Soyez comme un bon Prince amoureux de la gloire, Et faites que de vous se remplisse une histoire... »
Citation du jour

Citations louis xiiiÀ la basilique de Saint-Denis, la promotion au mérite pratiquée sous l’Ancien Régime semble non seulement hyper-sélective, mais aussi paradoxale et injuste, selon nos critères de « panthéonisation ».

En vertu de quoi, nous proposons une liste de rattrapage tirée de l’Histoire en citations (avec citations et bref CV) pour quelques grands absents : Ronsard, Saint Vincent de Paul, Sully, Richelieu, Colbert, Condé… Et pourquoi pas Jeanne d’Arc ? Attendons la suite…

À feuilleter pour tout savoir.

« Soyez comme un bon Prince amoureux de la gloire, Et faites que de vous se remplisse une histoire, Du temps victorieux, vous faisant immortel, Comme Charles le Grand [Charlemagne] ou bien Charles Martel. »399

Pierre de RONSARD (1524-1585), L’Institution pour l’adolescence du Roi (1562)

Renonçant à la carrière des armes et à la diplomatie pour cause de surdité précoce, c’est l’auteur le plus célèbre de la Pléiade. Prince des poètes, puis poète des princes, sans être jamais bassement courtisan. Patriote, il élabore un art de gouverner à l’intention du roi Charles IX, âgé de 12 ans. Fervent catholique, il s’en prendra aux protestants, rebelles au pouvoir royal et selon lui responsables des guerres de Religion.

« Le pauvre peuple des champs meurt de faim et se damne. »589

VINCENT de PAUL (1576-1660). La Littérature religieuse de François de Sales à Fénélon (1956), Jean Calvet

Une très longue vie de saint, au service de la misère humaine de son temps. Pour lui, l’assistance passe avant la conversion et le salut. Il groupe les dames de la bonne société en charités paroissiales, collectant des fonds pour les « pauvres honteux », mais la tâche est trop dure ! Alors il fait appel à des femmes du peuple, réunies en une congrégation des Filles de la Charité (1633). Vivant dans la plus stricte pauvreté, sans couvent ni clôture, sans habits qui les distinguent des gens du village, elles se consacrent aux malades pauvres et aux enfants trouvés. D’autres institutions charitables suivront.

« Labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée et les vrais mines et trésors du Pérou. »649

Duc de SULLY (1560-1641), Économie royale (1594-1597)

C’est l’un des plus anciens compagnons d’Henri IV. Ingénieur militaire, blessé à la bataille d’Ivry, c’est aussi un ministre et conseiller très écouté. Il parle toujours en sage politique, qu’il s’agisse de guerre, de religion ou d’économie.

« Qui a la force a souvent la raison, en matière d’État. »685

Cardinal de RICHELIEU (1585-1642), Testament politique

Louis XIII lui doit son règne et il prépare la France de Louis XIV : « Il acheva ce que Louis XI avait commencé. Il rendit le pouvoir absolu », selon l’historien Buchez. « Grand ministre ! Que n’es-tu né de mon temps ! Je te donnerais la moitié de mon empire pour m’apprendre à gouverner l’autre », dit Pierre le Grand, tsar de Russie à la fin du XVIIe siècle, admirateur de la France, autocrate et autoritaire, venu s’incliner devant la tombe du cardinal. Le général Gaulle l’admirait aussi et rendit hommage à son action pour la France.

« Pro rege saepe ; pro patria semper. » « Pour le roi souvent ; pour la patrie toujours. »862

Jean-Baptiste COLBERT (1619-1683), sa devise

Fils de bourgeois anoblis (drapiers de Reims), l’un des grands « commis de l’État » durant vingt-deux ans, sachant rester au second plan pour ne pas faire ombre au Roi-Soleil. Travailleur infatigable, il cumule tous les postes clés (sauf l’Armée), avec un ambitieux programme pour enrichir le pays : « Il faut rétablir ou créer toutes les industries, même de luxe ; établir le système protecteur dans les douanes ; organiser les producteurs et les commerçants en corporations ; restituer à la France le transport maritime de ses produits ; développer les colonies et les attacher commercialement à la France ; développer la marine militaire pour protéger la marine marchande. » La France du XVIIe siècle lui doit son rayonnement international.

« Un Prince [Condé] qui a honoré la Maison de France, tout le nom français, son siècle, et pour ainsi dire l’humanité tout entière. »906

BOSSUET (1627-1704), Oraison funèbre de Louis de Bourbon (1686)

Quatrième prince de Condé, duc de Bourbon, duc d’Enghien, duc de Montmorency, duc de Châteauroux, duc de Bellegarde, duc de Fronsac, gouverneur du Berry, comte de Sancerre, comte de Charolais, pair de France, ce premier prince du sang a l’un de plus longs « CV » de l’histoire ! On oublie sa Fronde et son alliance avec l’Espagne ennemie, pour ne plus rappeler que le jeune vainqueur de Rocroi et de Nördlingen avec Turenne, puis ses campagnes de Franche-Comté et d’Alsace au service de Louis XIV. Le Grand Condé, à l’inverse de Turenne mort à 65 ans au combat, acheva au même âge sa vie à Chantilly, entouré de poètes et d’écrivains (Boileau, Racine).

 

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire