Ségur : « Un conquérant, c'est un joueur déterminé qui prend un million d'hommes pour jetons... »
Citation du jour

 

Le monde et Napoléon.

Une histoire qui commence très bien et finit très mal, mais la légende fait toujours rêver.

« Un conquérant, c’est un joueur déterminé qui prend un million d’hommes pour jetons et le monde entier pour tapis. »1769

Comte de SÉGUR (1780-1873), Histoire de Napoléon et de la Grande Armée (1824)

Joueur, Napoléon le fut souvent sur les champs de bataille, et le million est le chiffre qui revient toujours – considérable pour l’époque.

Il joue aussi en politique, et d’abord dans la décision du coup d’État de brumaire (novembre 1799), où il joue véritablement son destin à quitte ou double : « Dans une grande affaire, on est toujours forcé de donner quelque chose au hasard », dit-il à Sieyès, inquiet de l’issue. « La politique, c’est jouer aux hommes », cité par Chateaubriand – qui connaît la fin de l’histoire et ajoute aussitôt : « Hé bien ! il a tout perdu à ce jeu abominable, et c’est la France qui a payé sa perte » (Mémoires d’outre-tombe).

« Les vraies colonies d’un peuple commerçant, ce sont les peuples indépendants de toutes les parties du monde. »1740

Jean-Baptiste SAY (1767-1832), Traité d’économie politique ou simple exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses (1803)

Économiste et journaliste, il prêche un anticolonialisme intelligent et précurseur. L’indépendance rend les peuples plus industrieux et plus riches, d’où davantage d’occasions et de facilités pour les échanges, alors que les colonies sont une charge présente et deviendront bientôt une honte.

Mais il contrarie Napoléon Bonaparte et se retrouve interdit de journalisme.

« Il faut que je fasse de tous les peuples de l’Europe un même peuple et de Paris la capitale du monde. »1849

NAPOLÉON Ier (1769-1821), fin 1810, à son ministre Fouché

Histoire du Consulat et de l’Empire (1974), Louis Madelin

C’est le rêve européen, plus tenaillant que jamais. Les historiens s’interrogent encore : impérialiste à l’état pur et avide de conquêtes, patriote français voulant agrandir son pays, ou unificateur de l’Europe en avance sur l’histoire ?

« Je l’envie. La gloire l’attend, alors que j’ai dû courir après elle […] Pour saisir le monde, il n’aura qu’à tendre les bras. »1855

NAPOLÉON Ier (1769-1821), à Duroc, 20 mars 1811

L’Aiglon, Napoléon II (1959), André Castelot

Le père est bouleversé devant le berceau de son fils. La dynastie semble installée à jamais. Quatre ans plus tard, c’est Waterloo et « le changement de front de l’univers » (Victor Hugo).

« Vivant, il a manqué le monde ; mort, il le possède. »1783

François René de CHATEAUBRIAND (1768-1848), Mémoires d’outre-tombe (posthume)

Grand témoin et acteur de l’histoire, pour lui, la plus belle conquête de Napoléon n’est pas l’Europe, mais celle de l’imagination des générations qui ont suivi l’Empire. Il ne cessera d’être fasciné par l’empereur, alors même qu’il le combat, en opposant résolu : « Cet homme, dont j’admire le génie et dont j’abhorre le despotisme. »

« Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux.
D’un siècle sans espoir naît un siècle sans crainte. »2054

Alfred de MUSSET (1810-1857), Poésies nouvelles, Rolla (1833)

L’enfant terrible du romantisme triomphant incarne le mal de vivre de tous les enfants du siècle. Nostalgie d’une épopée qui rend le quotidien plus ennuyeux que nature.

Directoire, Consulat et EmpireTous les commentaires de ces citations se trouvent dans la série des 10 Chroniques :

Les Chroniques, en 10 volumes, racontent l’histoire de France de la Gaule à nos jours, en 3 500 citations numérotées, sourcées, replacées dans leur contexte, et signées par près de 1 200 auteurs.

L’Histoire apparaît comme un scénario de film à grand spectacle, alternant avec une pièce de théâtre intime, toujours entre comédie et tragédie.

Elle s’incarne à travers toutes sortes de personnages. Les noms célèbres côtoient des inconnus, et le peuple, anonyme, occupe constamment la scène, prenant le premier rôle, de Révolution en Commune.

Toute époque tragique abonde en mots épiques et mots de la fin, mais l’esprit à la française résiste, même aux pires moments de la Terreur, des massacres ou des guerres.

Au fil des citations, l’action avance et rebondit, cependant que toutes les opinions et les passions s’expriment. Au final, il s’en dégage une réalité, voire une vérité historique, humaine et multiforme.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire