Louis XIV : « Toutes les fois que je donne une place vacante, je fais cent mécontents et un ingrat. » | L’Histoire en citations
Louis XIV : « Toutes les fois que je donne une place vacante, je fais cent mécontents et un ingrat. »
Citation du jour

 

Louis XIV et la Cour (les courtisans). Indissociables.

La Cour n’aura jamais eu tant d’importance, ni avant, ni après Louis XIV. Microcosme de Versailles, lieu de toutes les rumeurs et les intrigues, critiqué plus ou moins ouvertement, paradoxe d’une noblesse sans emploi, entourant un roi suroccupé.

« Toutes les fois que je donne une place vacante, je fais cent mécontents et un ingrat. »829

LOUIS XIV (1638-1715)

Dictionnaire de français Larousse, au mot « ingrat ».

La bourgeoisie a le pouvoir (ministres et membres des divers Conseils gouvernementaux, intendants de province, fermiers généraux, cadres militaires nouveaux), mais les places sont très disputées. Louis XIV sait d’ailleurs jouer des rivalités, même entre ses ministres (le clan Colbert contre le clan Le Tellier-Louvois) : ainsi le servent-ils mieux et ne risquent-ils pas de s’allier contre lui - souvenir des complots qui ont empoisonné le règne de Louis XIII et de Richelieu.

Les Grands ont perdu tout pouvoir – hormis dans les charges militaires et ecclésiastiques. S’ils ne se résignent pas à végéter sur leurs terres, ils viennent à la Cour et se retrouvent quémandant pensions, bénéfices, charges, commandements. Une étroite mansarde sous les combles de Versailles ravit un temps le hautain courtisan Saint-Simon.

« Les louanges, disons mieux, la flatterie, lui plaisaient à tel point que les plus grossières étaient bien reçues, les plus basses encore mieux savourées. »852

SAINT-SIMON (1675-1755), Mémoires (posthume)

Une des faiblesses de cet homme fort et un des petits côtés du grand homme, que cette mauvaise langue de Saint-Simon se plaît à relever. L’orgueil inné en est la cause, la fonction royale développe ce penchant, l’attitude de la cour et des courtisans aggrave le cas.

« Sire, je ne serai jamais qu’un ignorant ; mon précepteur me donne congé toutes les fois que vous remportez une victoire. »896

Duc du MAINE (1670-1736) en 1683

La Vie quotidienne à la cour de Versailles aux XVIIe et XVIIIe siècles (1965), Jacques Levron

Fils légitimé de Louis XIV et de Mme de Montespan, Louis Auguste de Bourbon est déjà bon courtisan à 13 ans, quand il s’adresse ainsi à son royal père ! Précisons qu’à cette date, la force et la chance sont encore dans le camp de la France. Après, elle perdra souvent ses batailles, face à l’Europe coalisée contre la politique belliciste de son roi.

« Je définis la cour un pays où les gens, / Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents
Sont ce qu’il plaît au prince, ou, s’ils ne peuvent l’être / Tâchent au moins de le paraître :
Peuple caméléon, peuple singe du maître. »824

LA FONTAINE (1621-1695), Fables

Les Obsèques de la lionne (1678)

Né bourgeois, auteur à qui sa charge de « maître des Eaux et Forêts » laisse des loisirs pour fréquenter les salons, lire les Modernes, leur préférer d’ailleurs les Anciens, écrire enfin. Fouquet fut son mécène et ami. À la chute du surintendant (1661), La Fontaine trouve d’autres riches protecteurs (surtout protectrices, duchesse d’Orléans, Mme de la Sablière, Marie-Anne Mancini). Courtisan à la cour, oui, mais épris de liberté et habile à la gérer, tout en ménageant son confort.

« Pressez-les, tordez-les, [les courtisans] dégouttent l’orgueil, l’arrogance, la présomption. »825

LA BRUYÈRE (1645-1696), Les Caractères (1688)

Bourgeois parisien, avocat à qui sa charge laisse aussi des loisirs, La Bruyère est « pistonné » par Bossuet, devenant précepteur, puis secrétaire du duc de Bourbon : « domesticité » honorable, mais mal supportée. La cour est un terrain d’observation pour ce moraliste et fournit un savoureux chapitre à ses Caractères : publiés anonymement par prudence, leur immense succès sera suivi d’éditions augmentées – revanche du talent et de l’esprit sur la naissance et la fortune.

« Qui est plus esclave qu’un courtisan assidu, si ce n’est un courtisan plus assidu ? »828

LA BRUYÈRE (1645-1696), Les Caractères (1688)

Avoir du talent facilite la vie des auteurs et des artistes à la cour. Mais la vie du « pur » courtisan est dure : rivalités de personnes, clans et coteries viciant les rapports humains, fêtes perpétuelles où le « paraître » est de rigueur, exigences minutieuses et minutées de l’étiquette, incommodités du château de Versailles aux couloirs froids, sales et puants.

« Le plus grand nombre [des courtisans], c’est-à-dire les sots, tiraient des soupirs de leurs talons, et, avec des yeux égarés et secs, louaient Monseigneur et plaignaient le roi de la perte d’un si bon fils. Les plus fins d’entre eux, ou les plus considérables, s’inquiétaient déjà de la santé du roi. »939

SAINT-SIMON (1675-1755), Mémoires (posthume)

Le mémorialiste nous laisse un portrait sans pitié d’une fin de règne difficile. Le Grand Dauphin, Louis de France, vient de mourir à 50 ans, ce 14 avril 1711. La prophétie est accomplie : « Fils de roi ; père de roi ; jamais roi ». Fils de Louis XIV et père de Philippe V d’Espagne, voici son portrait, signé Saint-Simon : « Monseigneur était sans vice ni vertu, sans lumières ni connaissances quelconques, radicalement incapable d’en acquérir, très paresseux, sans goût, sans choix, sans discernement, né pour l’ennui qu’il communiquait aux autres, opiniâtre et petit en tout à l’excès. »

Siècle de Louis XIV

C’est l’apogée de la monarchie absolue de droit divin, incarnée par un roi autoritaire ayant de sa personne et de sa fonction une haute idée, encouragé par la cour où les Grands sont réduits à l’état de courtisans, cependant que les postes de ministres ou d’intendants reviennent à la « vile bourgeoisie ». Une histoire à redécouvrir dans le tome 3 des Chroniques de citations historiques (Feuilletez les 20 premières pages de notre livre électronique).

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !

Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € seulement le volume).

 

Enregistrer

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire