Thiers : « La République est le gouvernement qui nous divise le moins. » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Deuxième République

L’apprentissage de la République au sein de l’Assemblée.

Député, ce n’est pas encore un métier, mais déjà un emploi qui s’apprend. Dans le camp des Républicains convaincus, Hugo est le plus doué de cette génération, aussi passionné que vigilant. Adolphe Thiers a un petit passé, beaucoup d’habileté, un grand avenir - il finira président sous la Troisième République.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

« La République est le gouvernement qui nous divise le moins. »2201

Adolphe THIERS (1797-1877), Assemblée législative, 13 février 1850

C’est bien la formule finalement adoptée par Thiers, d’après la citation initiale : « Je ne suis pas […] un ennemi de la République aujourd’hui. Elle a un titre à mes yeux : elle est, de tous les gouvernements, celui qui nous divise le moins. » Le parti de l’Ordre est au pouvoir et cette majorité satisfait ou rassure, sous cette Deuxième République (…)

« Quand le bâtiment va, tout va. »2202

Martin NADAUD (1815-1898), Assemblée législative, 5 mai 1850

Une vie exemplaire, un personnage qui a ému George Sand. Ouvrier maçon de la Creuse, élevé à la dure, monté à Paris (à pied) avec son père, autodidacte suivant les cours du soir tout en exerçant son métier, faisant des journées de travail de 12 à 15 heures, accidenté plusieurs fois sur des chantiers périlleux, militant républicain sous la Monarchie de Juillet, élu de la Creuse le 13 mai 1849, député montagnard (socialiste), assez actif pour être arrêté, après le coup d’État de 1851 (…)

« L’agriculture manque de bras. »2203

Alphonse Valentin Vaysse de RAINNEVILLE (1833-1894), Rapport au ministre de l’Agriculture. Le Moniteur universel, 21 juillet 1850

Autre petite phrase, devenue mot célèbre (…) La France reste un pays rural, mais l’activité industrielle progresse deux fois plus vite que l’activité agricole, dans la décennie 1835-1845. D’où exode de la main-d’œuvre des campagnes vers les villes - salaires plus élevés, chômage et misère plus difficiles à supporter. Le socialisme fait des émules dans ce prolétariat, tandis que la production agricole insuffisamment mécanisée manque de bras, pour nourrir toute la population.

« Tout ce que vous ôtez au droit de suffrage, vous le rendez au droit à l’insurrection. »2204

Victor HUGO (1802-1885), Discours sur le suffrage universel, Assemblée législative, 20 mai 1850

Le plus célèbre des députés s’insurge contre une révision de la loi qui amputerait le suffrage universel, en réduisant le corps électoral de 30 % (…) Et cela parce que des élections partielles (mars 1850) ont été trop favorables aux démocrates, ces « rouges » qui font si peur !

« Des amis de la vraie liberté, je dirai les vrais républicains, redoutent la multitude, la vile multitude qui a perdu toutes les républiques. »2205

Adolphe THIERS (1797-1877), Assemblée législative, 24 mai 1850

Il défend une thèse opposée à celle d’Hugo. Attitude caractéristique du parti de l’Ordre, qui reprend la tradition du parti de la Résistance sous le précédent régime ; et de l’homme dont le polémiste Louis Veuillot écrit : « Il est conservateur de la bourgeoisie, destructeur et dominateur du reste. » La loi électorale débattue passe le 31 mai (433 voix contre 241). Le Charivari publie un dessin avec pour légende : « Convoi et enterrement de feu le suffrage universel » (…)

« C’est parce que je veux la souveraineté nationale dans toute sa vérité que je veux la presse dans toute sa liberté. »2206

Victor HUGO (1802-1885), Assemblée législative, 9 juillet 1850

Le défenseur des libertés s’oppose ici à la loi sur la presse qui va rétablir le timbre et le cautionnement, le 16 juillet. Le prince qui gouverne chaque jour un peu plus la France déplaît chaque jour davantage à Hugo qui a cru en lui, au début.

« Situation grave pour le cabinet.
Que faire ? Comment sortir de là ?
Le bon sens répond : par la porte.
Le gouvernement dit : par une loi. »2207

Victor HUGO (1802-1885), Avant l’exil (discours 1841-1851)

À propos de la loi sur la presse votée le 16 juillet 1850. Cela pourrait s’appliquer aux autres lois réactionnaires qu’il fustige et qui passent, mais qui vont réveiller en lui l’homme de gauche, et en faire un député d’opposition.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire