Mazarinade : « Je voudrais bien étrangler Notre pute de Reine ! » | L’Histoire en citations
Mazarinade : « Je voudrais bien étrangler Notre pute de Reine ! »
Citation du jour

 

L’humour, 7e épisode : la Fronde (1648-1653).

Le siècle de la monarchie absolue commence par une belle « chienlit » - de Gaulle à propos de Mai 68.

Pour Michelet, « La Fronde est réputée, non sans cause, pour une des périodes les plus amusantes de l’histoire de France, les plus divertissantes, celle où brille d’un inexprimable comique la vivacité légère et spirituelle du caractère national. » Certes !

Mais cet incroyable désordre à tous les échelons de la société menace sérieusement la France, en visant l’homme fort au pouvoir, Mazarin, ainsi que la reine régente (Louis XIV a dix ans). Et ça dure cinq ans !

Le peuple exulte en chansons, la plupart anonymes - la censure veille, malgré tout.

« Je voudrais bien étrangler Notre pute de Reine ! Ô gué, notre pute de Reine. »761

Mazarin, ce bougeron, mazarinade

Histoire de France par les chansons (1982), France Vernillat, Pierre Barbier.

L’attaque directe contre la vie privée est constante, à l’époque. La règle de cet art pamphlétaire et chansonnier est de ne rien respecter. Rappelons que les reines pas plus que les rois n’ont de vie privée, au sens moderne du mot.

Attaqué aussi, et même en premier, le cardinal détesté : « Mazarin, ce bougeron / Dit qu’il n’aime pas les cons / C’est un scélérat / C’est un bougre ingrat… »

Dès la mort de Louis XIII dont les chansons célébrèrent les insuffisances conjugales, voilà que l’on soupçonne les relations d’Anne d’Autriche avec « Mazarin, ce bougeron ». Michelet rapporte, dans son Histoire de France : « Mazarin commença dès lors l’éducation de la reine, enfermé toutes les soirées avec elle pour lui apprendre les affaires. La cour, la ville ne jasaient d’autre chose. »

On jasa beaucoup, on supposa tout, y compris un mariage secret. La reine nia toujours, assurant même que Mazarin « n’aimait pas les femmes », mais elle laissa gouverner le cardinal, mieux qu’elle n’a jadis laissé régner son royal époux.

Toutes les citations ci-dessous sont commentées dans nos Chroniques en 10 volumes, qui racontent l’histoire de France de la Gaule à nos jours, en 3 500 citations numérotées, sourcées, replacées dans leur contexte, et signées par près de 1 200 auteurs.

« Je plains le sort de la Reine ;
 Son rang la contraint en tout ;
La pauvre femme ose à peine
Remuer quand on la f… »762

Le Frondeur compatissant, mazarinade

Toujours le franc-parler (anonyme) et l’esprit chansonnier (bien français). On compte quelque 6 500 mazarinades, pamphlets visant plus ou moins directement Mazarin, moins cardinal que Richelieu, mais tout aussi Premier ministre.

« Ils font comme leurs enfants, ils jouent « à la fronde ». »745

MADELIN, La Fronde

Fronde parlementaire relayée par celle des princes, les émeutes populaires éclatant partout en province. Le « jeu » sera assez sérieux pour faire fuir plusieurs fois hors de Paris le gouvernement et la famille royale.

« Condé, vous voilà dans Vincennes,
Dieu veuille vous y maintenir.
On ne se met pas fort en peine
Comment vous en pourrez sortir. »784

Condé, vous voilà dans Vincennes, chanson (1650)

Coup de théâtre venu de la reine : elle fait arrêter Condé et ses amis. Le Parlement qui déplore la Fronde des princes est quand même scandalisé par cet acte arbitraire. Ça n’empêche pas la noblesse de soulever la province – en Aquitaine, Normandie, Guyenne, Bourgogne, Limousin, Provence.

« Qui n’admire l’enfance
D’un jeune Roi plus beau que le jour,
Soit qu’il chante ou qu’il danse
Les dames pour lui brûlent d’amour
Et tout bas disent avec rougeur :
Qu’il est beau, que n’est-il majeur. »786

Qui n’admire l’enfance (1650), chanson

La Fronde des princes fait rage, mais le peuple va adorer le petit Louis. Cette chanson date de ses 12 ans, on épie l’adolescent, on le jauge, on évalue non sans tendresse la poussée de ses jeunes forces… qui deviendront grandes.

Dix chroniques de l'Histoire en citationsTous les commentaires de ces citations se trouvent dans la série des 10 Chroniques :

Les Chroniques, en 10 volumes, racontent l’histoire de France de la Gaule à nos jours, en 3 500 citations numérotées, sourcées, replacées dans leur contexte, et signées par près de 1 200 auteurs.

L’Histoire apparaît comme un scénario de film à grand spectacle, alternant avec une pièce de théâtre intime, toujours entre comédie et tragédie.

Elle s’incarne à travers toutes sortes de personnages. Les noms célèbres côtoient des inconnus, et le peuple, anonyme, occupe constamment la scène, prenant le premier rôle, de Révolution en Commune.

Toute époque tragique abonde en mots épiques et mots de la fin, mais l’esprit à la française résiste, même aux pires moments de la Terreur, des massacres ou des guerres.

Au fil des citations, l’action avance et rebondit, cependant que toutes les opinions et les passions s’expriment. Au final, il s’en dégage une réalité, voire une vérité historique, humaine et multiforme.

 

Enregistrer

Enregistrer

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire