Guizot : « C'est beaucoup d'être à la fois une gloire nationale, une garantie révolutionnaire et un principe d'autorité. »
Citation du jour

 

Épilogue logique de cette brève République, leçon de l’histoire tirée par quelques grands témoins et par un chansonnier « politologue » avant l’heure, poète et ouvrier particulièrement lucide quant à la suite de l’Histoire, le Second Empire.

« C’est beaucoup d’être à la fois une gloire nationale, une garantie révolutionnaire et un principe d’autorité. »2227

François GUIZOT (1787-1874), Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps (1858-1867)

Homme politique et historien, il résume l’alchimie du vote, avec « la force du parti bonapartiste, ou pour dire plus vrai du nom de Napoléon », à l’occasion des élections au Corps législatif, le 29 février 1852. Les opposants n’ayant aucun moyen de faire campagne (pas une affiche imprimée, pas une réunion électorale !), ils obtiennent 800 000 voix, et les candidats officiels plus de 5 millions. D’où 253 bonapartistes élus, face à 7 royalistes et 3 républicains.

De manière plus générale, la remarque de Guizot explique la facilité avec laquelle le futur empereur va arriver à son but, le pouvoir, mais aussi les difficultés que le régime connaîtra plus tard.

Toutes les citations qui suivent
sont commentées dans nos Chroniques.

« C’est le premier vol de l’Aigle ! »2224

André Marie Jean Jacques DUPIN, 22 janvier 1852

Jouant sur le mot « vol », ce magistrat qui présida la Législative en 1849 et sera sénateur sous l’Empire, parle du décret pris par le prince Louis-Napoléon Bonaparte, portant confiscation des biens de la maison d’Orléans, le 22 janvier 1852. Le même jour, il démissionne de ses fonctions à la Cour de cassation.

« Votre religion, comme la nôtre, apprend à se soumettre aux décrets de la Providence. Or, si la France est maîtresse de l’Algérie, c’est que Dieu l’a voulu, et la nation ne renoncera jamais à cette conquête. »2230

Louis-Napoléon BONAPARTE, Allocution à Abd el-Kader, 16 octobre 1852. Conquête de l’Algérie (1867), Céline Fallet

L’émir, en lutte contre la France poursuivant la conquête de l’Algérie commencée le 5 juillet 1830, a dû se rendre le 23 décembre 1847. Fait prisonnier, il est libéré ce 16 octobre par Louis-Napoléon. Le guerrier va renoncer à se battre, se retirant au Proche-Orient pour consacrer la fin de sa vie à l’étude et la méditation religieuse.

« La République à votre vote expire / Devant Machin, votre unanime élu.
Soyez heureux : vous possédez l’Empire, / Soyez-en fiers, car vous l’avez voulu.
De ce succès dont votre âme s’enivre / Peut-être un jour vous vous mordrez les doigts :
Votre empereur, dit-on, aime bien vivre ! / Et vous paierez la carte, bons bourgeois ! »2233

Charles GILLE, La Carte à payer, chanson

La presse d’opposition n’existe pratiquement plus, depuis le coup d’État, mais la chanson reste un moyen d’expression et l’humour se fait cinglant. Charles Gille, poète et ouvrier déjà persécuté, écrase de son mépris cette bourgeoisie qui, de nouveau, a trahi la République. « Plus ça change, plus c’est la même chose. » (A. Karr)

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire