La Bruyère : « Nommer un roi "Père du peuple" est moins faire son éloge que l'appeler par son nom, ou faire sa définition. » | L’Histoire en citations
La Bruyère : « Nommer un roi "Père du peuple" est moins faire son éloge que l'appeler par son nom, ou faire sa définition. »
Citation du jour

Louis xiv citationsDepuis une ou deux générations, les hommes peinent à trouver leur place dans la société ou au foyer, face à la femme. Pire encore ces derniers mois, à cause d’un « porc » américain, ils ne sont pas à la fête !

17 juin. La Fête des Pères, voilà un bon prétexte pour leur redonner le moral et remettre en situation le père, à travers l’histoire.

Quelques pères illustres se distinguent particulièrement. Des pères anonymes ont leur place. Oublions les Saints Pères, série de papes défilant en procession dans l’Histoire en citations. Commençons par l’essentiel : le père symbolique, grand premier rôle historique, qu’il soit roi ou empereur, chef de l’État en général.

À feuilleter pour tout savoir.

« Nommer un roi « Père du peuple » est moins faire son éloge que l’appeler par son nom, ou faire sa définition. »811

Jean de LA BRUYÈRE (1645-1696), Les Caractères (1688)

Le moraliste apporte une nuance à la doctrine de la monarchie absolue qui sera contestée au siècle des Lumières. Mais elle règne en France depuis la fin du Moyen Âge… et au-delà même de l’Ancien Régime.

« Le royaume est paisible et tranquille au point que les marchandises peuvent librement circuler […] Les impôts sont lourds ? Je ne les emploie que pour le bien et honneur du royaume et les diminuerai dès que je le pourrai. N’y ai-je pas le plus grand intérêt, puisque je suis le chef et le père de la chose publique ! »372

LOUIS XI (1423-1483), 10 mars 1465

Dernier roi du Moyen Âge, impopulaire, méconnu, mais qui a bien mérité de figurer dans la galerie des grands. Le premier il l’a dit, pensé et prouvé : « Je suis France. »

« Le roi, notre souverain seigneur […] justement baptisé « le Père du peuple », donne satisfaction à votre requête, il veut que le mariage se fasse de Madame Claude, sa fille, et de Monseigneur de Valois [d’Angoulême]. »432

Cardinal d’AMBOISE (1460-1510), États généraux, 16 mai 1506

Premier ministre de Louis XII, honnête administrateur et sage conseiller, il prend la parole en son nom. Claude de France n’épousera pas (le futur) Charles Quint – ce qui aurait changé la suite de l’histoire de France. Son mariage avec François (Ier) assure le maintien de la Bretagne dans la suzeraineté française.

« Mais comme un Roi chrétien est doux et débonnaire, / Et comme son enfant duquel il a souci,
Vrai père, aime son peuple et sa Noblesse aussi. »489

Pierre de RONSARD (1524-1585), Exhortation au camp du roi Henri II pour bien combattre le jour de la bataille

Aumônier ordinaire et conseiller du roi dont il est ami d’enfance, le « Prince des poètes », devenu poète des princes, sera richement pensionné pour fournir la cour en poésies de circonstances. Cela nuit un peu à son génie, mais il le retrouvera en patriote écorché sous les guerres de Religion à venir.

« J’ai fait de grandes pertes ; mon fils le Dauphin, sa femme, la reine, mes filles aînées ; je vieillis et par mon âge, je serais le père de la moitié de mes sujets ; par mon affection, je le suis de tous. »1181

LOUIS XV (1710-1774), au roi de Danemark en visite à Paris. Souvenirs du marquis de Valfons (posthume, 1860)

Confidence du roi âgé de 57 ans - la moyenne de vie passe en France de 21 ans en 1680 à 32 ans en 1774 (la mortalité infantile reste élevée, ce qui infléchit lourdement cette statistique). Louis le Bien-Aimé (au début de son règne) se montre tardivement attaché à ce peuple qui à présent le déteste.

« À tout peuple conquis, il faut une révolte, et je regarderai une révolte à Naples comme un père de famille voit une petite vérole à ses enfants, pourvu qu’elle n’affaiblisse pas trop le malade. »1816

NAPOLÉON Ier (1769-1821), Lettre à Joseph, roi de Naples, 17 août 1806

Il use d’une métaphore singulière, pour être mieux compris de son aîné (qui ne restera que deux ans sur ce trône). Mais on va retrouver son sens de l’image, de la famille et de l’Histoire.

« C’est la leçon d’un père qui laisse toujours percer sa sollicitude à travers sa sévérité ou pour mieux dire sa prévoyance. »2007

Le Moniteur, 24 juin 1827. Journal officiel parlant du rétablissement de la censure, par ordonnance

Dernier roi régnant comme sous l’Ancien Régime, Charles X va le payer d’une proche révolution (les Trois Glorieuses).

« Monsieur le Maréchal, voici cette France entre vos bras, qui n’a que vous et qui ressuscite à voix basse. France, écoute ce vieil homme, sur toi qui se penche et qui te parle comme un père. Fille de Saint Louis, écoute-le. »2777

Paul CLAUDEL (1868-1955), Paroles au Maréchal, Le Figaro, 10 mai 1941

Mots historiques, datés d’un temps pas si lointain - la tragédie de la dernière guerre. Rappelons que la France est majoritairement pétainiste en 1941… et que Claudel s’est converti au catholicisme, touché par la grâce, à Noël 1886.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire