« Philippe Auguste n'épargna pas son fils... » | L’Histoire en citations
Philippe Auguste n'épargna pas son fils, il l'envoya par deux fois en Albigeois à grand ost pour détruire la bougrerie de la gent du pays
Citation du jour

« Philippe Auguste n’épargna pas son fils, il l’envoya par deux fois en Albigeois à grand ost pour détruire la bougrerie de la gent du pays. »204

Grandes Chroniques de France

Les « bougres » sont les cathares, hérétiques aux yeux de l’Église, et la croisade contre les Albigeois est l’un des épisodes sanglants de l’histoire de France. Le Dauphin est allé mettre en vain le siège devant Toulouse, en 1219. Mais la même année, il prend Marmande.

Devenu Louis VIII le Lion pour trois ans de règne (1223-1226), il poursuit cette croisade intérieure et remporte par ailleurs des succès contre les Anglais d’Henri III. La « bougrerie de la gent anglaise » va perdurer, jusqu’à l’Entente cordiale au XIXe siècle.

« Le roi doit seigneurier au commun profit du peuple. »263

CHARLES V le Sage (1338-1380)

Histoire de la France : dynasties et révolutions, de 1348 à 1852 (1971), Georges Duby

Le règne de ce roi marque un temps de répit relatif pour la France du Moyen Âge.

Entouré d’excellents conseillers, souverain plus intellectuel que guerrier, il exprime ici l’un des aspects fondamentaux de la fonction royale : l’exercice de l’autorité est subordonné à l’intérêt de la communauté publique. Charles V ajoute : « Le respect de cette maxime et l’attention aux sages conseils caractérisent la bonne policie [politique]. »

Cette règle demeure l’une des limites au pouvoir réputé absolu du roi, jusque sous le règne de Louis XIV.

« Supplie très humblement ceux auxquels les Muses ont inspiré leurs faveurs de n’être plus latiniseurs ni grécaniseurs, comme ils sont plus par ostentation que par devoir, et prendre pitié, comme bons enfants, de leur pauvre mère naturelle. »394

RONSARD (1524-1585), Préface de La Franciade (1572)

Jusqu’au cœur des guerres de Religion qui vont déchirer la France, le combat pour le français, langue en pleine évolution, continue.

Mené sous la Renaissance par Rabelais, moine et médecin, grand inventeur de mots « rabelaisiens », repris par la Pléiade avec Ronsard, du Bellay (Défense et illustration de la langue française) et autres poètes, le combat sera gagné à la fin du XVIe siècle, contribuant à faire l’unité de la France.

Gauleetmoyenage

 

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !


Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € le volume).

 

Enregistrer

Partager cet article

Commentaires (1)

  • anon

    Bougrerie n'est apparemment pas dans le Larousse !
    Cette semaine concacrée à la langue française, on incite à voter pour tel ou tel mot, qui aurait les honneurs du dico. Ce matin, sur France Inter, j'ai entendu que "attachiant" a la cote (mélange d'attachant et chiant). C'est sympa.
    Mais je préfère encore : bougrerie. Ça pourrait s'appliquer à beaucoup plus de cas. Et ça sonne mieux.

    15 mars 2016

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire