Catherine de Médicis : « Dieu m'a laissée avec trois enfants petits et un royaume tout divisé... » | L’Histoire en citations
Catherine de Médicis : « Dieu m'a laissée avec trois enfants petits et un royaume tout divisé... »
Citation du jour

 

Catherine de Médicis et ses fils : duos et duels.

Une situation familiale complexe et un contexte politico-religieux tragique - les guerres de Religion (voir l’indexation).

La reine, épouse effacée du roi Henri II, acquiert à sa mort une autorité souveraine sur ses fils et manœuvre en Florentine. Mais la Saint-Barthélemy était inévitable.

« Dieu m’a laissée avec trois enfants petits et un royaume tout divisé, n’y ayant aucun à qui je puisse entièrement me fier. »499

CATHERINE DE MÉDICIS (1519-1589), Lettre à sa fille Élisabeth, janvier 1561

Le Siècle de la Renaissance (1909), Louis Batiffol.

Fille de Laurent II de Médicis, elle épousa le futur Henri II et faillit être répudiée pour cause de stérilité pendant onze ans, avant de lui donner dix enfants - dont trois vont être rois. François II, Charles IX, Henri III. Ce sont les trois derniers Valois. Les trois frères se ressemblent à tel point qu’on les confond parfois.

Premier souci, assurer le règne de ses trop jeunes fils, minés par la tuberculose et visés par de sombres prédictions astrologiques. La mort prématurée du premier réjouit un célèbre protestant, ennemi de la France catholique.

« Dieu qui avait frappé le père à l’œil a frappé le fils à l’oreille. »496

Jean CALVIN (1509-1564)

Charles IX (1986), Emmanuel Bourassin

Le « pape de Genève », qui est à la tête de la Réforme, fait en ces termes l’oraison funèbre de François II, mort à 16 ans d’une infection à l’oreille (otite ?), 5 décembre 1560 – un an et demi après Henri II, mort d’un œil crevé dans un tournoi.

Charles IX lui succède à 10 ans, sa mère Catherine de Médicis se retrouve régente. Pas facile d’être femme de pouvoir, au XVIe siècle ! Protestants et catholiques semblent d’accord pour regretter que le pouvoir politique échappe aux hommes : « Ceux-là ont sagement pourvu à leur État qui ont ordonné que les femmes ne vinssent jamais à régner », selon Théodore de Bèze, grand théoricien protestant, rappelant la loi salique. Alors que pour Fournier, prédicateur catholique de Saint-Séverin : « Ce n’est pas l’état d’une femme de conférer les évêchés et les bénéfices. La mère de Jésus-Christ se voulut-elle mêler de l’élection de saint Mathias ? » (élu pour être le douzième apôtre, à la place de Judas).

« Divide ut regnes. » « Divise, afin de régner. »498

CATHERINE DE MÉDICIS (1519-1589), maxime politique

Cette maxime énoncée par Machiavel fut celle du Sénat romain, mais aussi de Louis XI et de la régente, en 1560. Après presque trente années d’effacement derrière le roi, les favorites et les conseillers, elle gouvernera la France pendant près de trente autres années, marquées par les guerres de Religion. Elle doit manœuvrer entre les partis, intriguer avec les intrigants contre d’autres intrigants, en digne héritière des Médicis  : « Diviser pour régner ».

Elle choisit d’abord la tolérance, incarnée par Michel de L’Hospital, promu chancelier et devenu son principal ministre. Mais la haine est trop forte, les Guise (ultra catholiques) l’emportent et vont déclencher la Saint-Barthélemy.

« Tuez-les, mais tuez-les tous, pour qu’il n’en reste pas un pour me le reprocher. »523

CHARLES IX (1550-1574), 23 août 1572, au château du Louvre

Nouvelle Histoire de France (1922), Albert Malet

Le mot d’ordre vient du jeune roi et il le revendiquera devant le Parlement, convoqué le 26 août. Mais c’est assurément Catherine de Médicis qui a persuadé son fils, elle-même conseillée par les Guise, poussant au massacre des « huguenots » (protestants) : venus à Paris pour le mariage de leur roi Henri de Navarre (futur Henri IV), ils ont envahi les rues, réclamant justice au nom de Coligny, l’Amiral protestant qui vient d’être assassiné.

« Il valait mieux que cela tombât sur eux que sur nous. »529

CATHERINE DE MÉDICIS (1519-1589), Lettre à l’ambassadeur de Toscane à propos du massacre de la Saint-Barthélemy

La reine mère est responsable - nul n’ignore son influence sur son fils. L’histoire lui reprochera ces ± 4 000 morts, avant de réviser son jugement. Au point de haine où catholiques et protestants sont arrivés, le choc semblait inévitable et la balance pouvait pencher de l’un ou l’autre côté. Cette forte femme a pu aussi être dépassée par la force des événements !

« En France, il ne peut exister deux rois. Mon frère, il est nécessaire que vous quittiez mon royaume pour chercher une autre couronne ; quant à moi, j’ai déjà l’âge de me gouverner. »537

CHARLES IX (1550-1574), à son frère Henri duc d’Anjou, 1573

Jalousie évidente : le roi n’aime guère ce frère, brillant à la guerre et fils préféré de leur mère. La monarchie étant devenue élective en Pologne, elle a intrigué pour qu’il ait la couronne. Le futur Henri III préférerait rester en France et gouverner de loin sa Pologne, mais Charles IX est trop heureux de le voir partir. À 23 ans, il reste sous l’influence de sa mère. Il meurt l’année suivante, de la tuberculose. Mais aussi du remords qui l’accable, suite à la Saint-Barthélemy. On peut dire que le jeune roi en est la dernière victime, 30 mai 1574.

Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

Catherine de Médicis et ses fils sont à retrouver dans le tome 2 des Chroniques de citations historiques (Feuilletez les 20 premières pages de notre livre électronique).

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !

Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € seulement le volume).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire