Chanson : « Bonjour, aimable République, Je m'appelle Napoléon... » | L’Histoire en citations

Deux volumes disponibles en version papier !

Deux volumes de l'Histoire en citation disponibles en version papier

Chanson : « Bonjour, aimable République, Je m'appelle Napoléon... »
Citation du jour

 

Apparition de Louis-Napoléon Bonaparte sur la scène politique : premiers pas plus remarqués que remarquables. Mais tous les témoins à charge qui se moquent de lui ont tort de sous-estimer le personnage, plus intelligent qu’il ne semble.

« Bonjour, aimable République, Je m’appelle Napoléon […] Pour votre époux, me voulez-vous ? […] Je vous mettrai tout sens dessus dessous, Avec moi vous aurez l’Empire, République, marions-nous ! »2180

Le Prétendu de la République (1848), chanson anonyme

La Nouvelle critique : revue du marxisme militant, nos138 à 141 (1962).

Le peuple se moque déjà de lui, avec un humour étonnamment prophétique.

L’Histoire en citations fait une fois encore la preuve de cette intuition populaire plus fine et plus forte que tous les procédés à venir, les sondages, les études d’opinion, les essais en tous genres et les politologues. Disons aussi que l’anonymat permet une liberté de parole qui se joue de la censure comme de l’autocensure.  

Les professionnels de la politique et la presse vont sous-estimer l’homme - ou le pouvoir du nom. Il est vrai que les premiers témoins n’ont pas cru dans le destin du nouvel homme qui paraît particulièrement falot.

Toutes les citations qui suivent
sont commentées dans nos Chroniques.

« Laissez le neveu de l’empereur s’approcher du soleil de notre République ; je suis sûr qu’il disparaîtra dans ses rayons. »2181

Louis BLANC, Histoire parlementaire de l’Assemblée nationale, volume II (1848), F. Wouters, A.J.C. Gendeblen

Allusion à une déclaration du candidat empruntant au lyrisme hugolien : « L’oncle de Louis-Napoléon, que disait-il ? Il disait : « La république est comme le soleil. » » Preuve qu’un bon historien peut faire gravement erreur sur son temps ! C’est la République qui va bientôt disparaître devant l’Empire restauré.

« La tribune est fatale aux médiocrités et aux impuissants. Nous ne voulons pas être trop cruels envers un homme condamné à cet accablant contraste, en sa propre personne, d’une telle insuffisance et d’un tel nom. »2182

Le National, 10 octobre 1848. Louis Napoléon le Grand (1990), Philippe Séguin

Interpellé la veille par les députés sur ses intentions, un témoin raconte qu’« il avait le regard mal assuré, comme un écolier qui n’est pas certain d’avoir bien récité sa leçon ». Pire encore, lors de sa première présentation à l’Assemblée, le 26 septembre. Lamartine l’appelle « un chapeau sans tête » et Ledru-Rollin est formel : « Quel imbécile, il est coulé ! »

« Une Chambre ressemble trop à un théâtre où les grands acteurs seuls peuvent réussir. »2183

Louis-Napoléon BONAPARTE, Améliorations à introduire dans nos mœurs et nos habitudes parlementaires (1856)

En ces temps d’éloquence politique, le nouveau député est conscient de ses insuffisances à la tribune, ce qui est déjà preuve d’intelligence. Le talent lui venant en parlant, il se révélera, au fil des discours et des années, un personnage public et populaire.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire