Clovis : « Dieu de Clotilde, si tu me donnes la victoire, je me ferai chrétien. » | L’Histoire en citations
Clovis : « Dieu de Clotilde, si tu me donnes la victoire, je me ferai chrétien. »
Citation du jour

 

Clovis et le Dieu de Clotilde, 2e épisode.

La vie de Clovis, premier roi de France, s’écrit entre légende et vérité, mais son sacre est un fait avéré, capital pour la suite de l’Histoire.

Quant à sa relation avec la religion, elle est plus vraie que nature. Authentique païen, il va devenir un très bon chrétien, comme le Moyen Âge en offre plein d’exemples. Pour une sanctification royale, il faudra attendre Saint-Louis et le temps des croisades.

« Dieu de Clotilde, si tu me donnes la victoire, je me ferai chrétien. »74

CLOVIS (vers 466-511), invoquant le Dieu de sa femme chrétienne, bataille de Tolbiac, 496

Histoire des Francs (première impression française au XVIe siècle), Grégoire de Tours.

(Le mot est peut-être légendaire, oui, mais nombre de mots, présumés apocryphes, ont une valeur symbolique et méritent d’être cités !)

Clovis s’apprête à repousser les Alamans (futurs Allemands), tribu germanique qui ne cesse de faire des incursions sur la rive gauche du Rhin. L’affrontement des deux armées tourne au massacre et Clovis redoute la défaite. D’où ce mot lancé au Ciel.

Ce premier roi du Moyen Âge semble avoir avec Dieu les mêmes rapports que le dernier, mille ans plus tard : Louis XI, fort superstitieux, était en constant marchandage avec la Vierge ou saint Michel archange !

« Cesse de faire périr notre peuple, car nous sommes à toi. »76

Les Alamans à Clovis, Tolbiac, 496

Histoire des Francs, Grégoire de Tours

Après la bataille, les vaincus se rendent au vainqueur et demandent grâce.

« Quand tu combats, c’est à nous qu’est la victoire. » Avit, évêque de Vienne (et futur saint) encourage Clovis en ces termes, le poussant au baptême, du fait qu’il est vainqueur. En réalité, c’est la mort du chef ennemi qui a provoqué la déroute inespérée des Alamans.

De son côté, la très chrétienne Clotilde s’arrange pour que son royal époux ne puisse plus différer la cérémonie. Elle convie en secret Rémi, évêque de la ville de Reims. Qui parle à son tour à Clovis, lequel s’apprêtera au baptême pour le prochain jour de Noël.

« Courbe la tête, fier Sicambre, adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré. »77

RÉMI (vers 437-vers 533), à Clovis, 25 décembre 496

Histoire des Francs, Grégoire de Tours

Clovis, comme promis, se fait chrétien. Et 3 000 de ses hommes vont se convertir avec lui. Il est baptisé à Reims, comme tous les rois de France à sa suite (jusqu’à Charles X en 1825). Après qu’il a déposé ses armes et sa cuirasse, Rémi, évêque de Reims, apôtre des Francs (et futur saint), procède à la cérémonie.

Mot très souvent cité, peut-être apocryphe (Sicambre étant le nom donné à une ethnie des Francs). Il n’en exprime pas moins l’autorité religieuse sur le pouvoir royal, et ce rapport de force moral de l’évêque sur le roi. La religion va désormais marquer l’histoire de France en maints épisodes, et jusqu’au XXe siècle.

« Tout lui réussissait, parce qu’il marchait le cœur droit devant Dieu. »60

GRÉGOIRE de Tours (538-594), Histoire des Francs (Historia Francorum)

Il parle en historien, mais juge aussi en évêque. La religion imprègne sa vie, comme elle marque fortement cette époque. Et Clovis, roi converti, se montre assez ardent dans sa nouvelle religion pour que l’évêque de Tours parle ainsi de cet ancien barbare.

« Il avait reçu une peuplade barbare, il a laissé une grande nation chrétienne. »62

Mathieu Maxime GORCE (1898-1979), Clovis (1935)

Cet historien résume bien l’apport de Clovis. Héritier d’un modeste royaume entre mer du Nord, Escaut et Cambrésis, il l’agrandit considérablement au terme d’une série de grandes victoires sur les Alamans, les Wisigoths et autres barbares.

Par ailleurs, converti au catholicisme, il gagne l’appui de ses sujets gallo-romains et favorise l’expansion de la religion, qui procure à la royauté, avec ses grands évêques et ses puissants abbés, un ferment d’unité. Sous son règne - tendance confirmée avec ses successeurs – se produit un double mouvement : la « barbarisation » de la romanité et la « romanisation » des barbares. La France en naîtra.

Gauleetmoyenage

Plongez-vous dans le premier volume de nos Chroniques et revivez l’histoire de Clovis, petit chef barbare devenu premier roi baptisé à Reims. Feuilletez les 20 premières pages.

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !

Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € le volume).

 

Enregistrer

Vous avez aimé ces citations commentées ?

Vous allez adorer notre Histoire en citations, de la Gaule à nos jours, en numérique ou en papier.

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire