Comtesse de Boigne : « Cette Chambre, que dans les premiers temps le roi qualifia d’introuvable, se montra folle... » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Restauration

Seconde Restauration

Louis XVIII, le retour. Autre style de come-back et pari royal difficile à tenir.

Podagre, affligé d’un physique ingrat et devant succéder à Napoléon, le roi a du moins un sage programme : « l’Ancien Régime moins les abus ». La Charte, tenant compte de certains acquis de la Révolution et de l’Empire, instaure une monarchie constitutionnelle. Mais sur 30 millions de Français, il n’y a que 100 000 électeurs et 10 000 éligibles ! Les premières élections (août 1815) donnent une Chambre « introuvable » (350 ultras sur 402 députés), la suivante sera moins réactionnaire, mais les ultras ne supportent pas le jeune protégé du roi, le libéral Decazes, chef du gouvernement.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

« Cette Chambre, que dans les premiers temps le roi qualifia d’introuvable, se montra folle, exagérée, ignorante, passionnée, réactionnaire, dominée par des intérêts de caste. »1963

Comtesse de BOIGNE (1781-1866), Mémoires (posthume)

(…) Le qualificatif d’« introuvable » est passé dans l’histoire. Les élections des 14 et 21 août 1815 font à Louis XVIII ce cadeau empoisonné d’une assemblée plus royaliste que le roi : 350 députés ultras sur 402 (…) Conséquence du régime censitaire, étroitesse du pays légal par rapport au pays réel (…) Cette Chambre s’oppose aux ministres modérés, les empêche de gouverner et provoque la seconde Terreur blanche (…)

« Messieurs de la Sainte-Alliance,
Vous partez donc ? Ah ! quel chagrin ! »1964

Adieu des Français aux troupes alliées (1815), chanson. Histoire de France par les chansons (1982), France Vernillat, Pierre Barbier

La chanson ironise sur le départ des Alliés, salué comme une libération, au terme du second traité de Paris, signé le 20 novembre 1815. Après les Cent-Jours, la note à payer s’est pourtant alourdie : rançon de 700 millions de francs, restitution des œuvres d’art prises par Napoléon en Italie (…) entretien d’une armée d’occupation de 150 000 hommes (…)

« Soldats, droit au cœur ! »1965

Maréchal NEY (1769-1815), commandant lui-même son peloton d’exécution, 7 décembre 1815. Son mot de la fin

Berryer, son avocat, n’a pas pu sauver le « Brave des Braves », coupable de s’être rallié à l’empereur sous les Cent-Jours, alors qu’il s’était engagé à ramener « l’usurpateur dans une cage de fer ». Il est à présent victime désignée de la Terreur blanche, cette réaction ultra qui effraie le roi lui-même.

« 1817 est l’année que Louis XVIII, avec un certain aplomb royal qui ne manquait pas de fierté, qualifiait de vingt-deuxième de son règne. »1966

Victor HUGO (1802-1885), Les Misérables (1862)

Pour les amateurs de calcul, rappelons que 1817 moins 22 égale 1795, date de la mort (officielle) de Louis XVII le dauphin, année où le comte de Provence en exil fut proclamé Louis XVIII. Le compte est bon.

« Hommes noirs, d’où sortez-vous ?
Nous sortons de dessous terre,
Moitié renards, moitié loups.
Notre règle est un mystère.
Nous sommes fils de Loyola,
Vous savez pourquoi l’on nous exila.
Nous rentrons ; songez à vous taire !
Et que vos enfants suivent nos leçons.
C’est nous qui fessons, et qui refessons,
Les jolis petits, les jolis garçons. »1967

BÉRANGER (1780-1857), Les Révérends Pères, chanson

Le célèbre chansonnier vise les jésuites, de retour avec la monarchie. Pie VII a rétabli leur ordre (…) La Charte reconnaît la liberté du culte, mais fait du catholicisme la religion d’État et les pères jésuites pensent avoir le quasi-monopole de l’éducation. Les deux derniers vers (…) dénoncent la pédophilie, pratiquée dans certains collèges catholiques.

« Le but du ministère est de royaliser la nation et de nationaliser la monarchie. »1968

Élie DECAZES (1780-1860), à la Chambre des députés, 15 décembre 1817

Vaste programme ! Le jeune ministre de l’Intérieur ne doute de rien et surtout pas de l’appui du roi – en cela, il a raison. Après dissolution de la Chambre introuvable par le roi, les nouvelles élections du 5 septembre 1816 ont fait une place aux constitutionnels modérés, représentés par Decazes. Les esprits se calment. Mais les ultras, devenus minoritaires, restent déterminés et cette déclaration déclenche leur fureur (…)

« Je suis du parti que l’on guillotine, et vous êtes du parti que l’on pend. »1969

Mot d’une grande dame noble et légitimiste à Decazes, ministre et conseiller de Louis XVIII, janvier 1818

Les sources évoquent une « prétendue conversation », mais cette revendication de l’inégalité de classes jusque devant la mort reflète l’état d’esprit des ultras, qui vivent mal l’expérience libérale voulue par le roi et dont le duc Decazes, royaliste modéré, est l’instrument.

« L’art de gouverner […] est réduit à donner aux frelons la plus forte portion du miel prélevé sur les abeilles. »1970

Comte de SAINT-SIMON (1760-1825), L’Organisateur (1819)

Socialiste avant la grande époque du socialisme, il développe sa fameuse parabole : la perte subite des élites actives et productives de la nation serait une telle catastrophe que la France aurait besoin d’une génération pour s’en relever ; alors que la disparition de la famille royale, des hauts fonctionnaires de l’État, des grands du clergé, recrutés essentiellement au sein d’une aristocratie foncière et oisive, serait sans conséquence sur la vie et la prospérité du pays (…)

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire