Louis de Bonald : « Dans les crises politiques, le plus difficile pour un honnête homme n'est pas de faire son devoir, mais de le connaître. » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Révolution

Prologue (suite)

Manichéisme révolutionnaire.

Souvent contagieux, parfois caricatural, relevant de la dualité bien plus que de la complémentarité, le manichéisme fait partie du « jeu », pour le meilleur et pour le pire : l’une des constantes les plus remarquables de cette époque.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

« Dans les crises politiques, le plus difficile pour un honnête homme n’est pas de faire son devoir, mais de le connaître. »1279

Louis de BONALD (1754-1840), Considérations sur la Révolution française (posthume)

Né d’une vieille famille de la noblesse de robe et d’épée (…) il doit émigrer en raison de ses convictions monarchistes et chrétiennes, avant de revenir, ultra (plus royaliste que le roi), sous Louis XVIII. Cet écrivain témoigne pour toute une génération dont la vie fut bouleversée par 1789.

« Dans un état révolutionnaire, il y a deux classes, les suspects et les patriotes. »1280

Napoléon BONAPARTE (1769-1821), aux représentants en mission Salicetti, Albitti et Laporte, 1794

(…) Le jeune lieutenant, nommé général de brigade et commandant d’artillerie à l’armée d’Italie, s’est rangé du côté des patriotes. Ce qui le met logiquement au nombre des suspects, après la chute de Robespierre. Il fera un bref séjour en prison, avant la plus fulgurante carrière de notre histoire.

« Guerre aux châteaux, paix aux chaumières. »1281

CHAMFORT (1740-1794), qui s’enthousiasme pour la Révolution, dès 1789

Parfois précédé de « Mort aux tyrans », souvent repris, ce slogan exprime le manichéisme de ces temps de trouble, dans un contexte de guerre étrangère (et de levée en masse), qui s’ajoute à la guerre civile. La formule fera l’objet d’un décret à la Convention nationale, daté du 15 décembre 1792 (…)

« Si vous donnez des terres à tous les malheureux, si vous les ôtez à tous les scélérats, je reconnais que vous aurez fait une révolution. »1282

SAINT-JUST (1767-1794). Saint-Just ou les vicissitudes de la vertu (1989), Albert Ladret

La Révolution française n’ira jamais jusque-là. C’est surtout une révolution bourgeoise, pour l’égalité des droits et non des conditions. Mais cette utopie, héritée de Rousseau, est bientôt reprise par Babeuf et les siens, et théorisée dans le Manifeste des Égaux en 1796.

« Surcharger l’opulence, soulager la misère, anéantir l’une avec le superflu dangereux de l’autre, voilà tout le mystère de la Révolution. »1283

Jean-Lambert TALLIEN (1767-1820). Almanach de la question sociale et de la libre pensée (1891-1903), Paul Argyriadès

Extrémisme révolutionnaire très jacobin (…) Jusqu’au jour où ce militant de la Terreur, envoyé en mission à Bordeaux, rencontre la femme de sa vie, parmi les prisonniers. Il épouse cette Thérésa Cabarrus et devient aussitôt l’adversaire de Robespierre. Tallien, ou comment l’amour vous change un homme.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire