Dupin : « C'est le premier vol de l'Aigle ! » | L’Histoire en citations
Dupin : « C'est le premier vol de l'Aigle ! »
Citation du jour

 

Napoléon III et Napoléon : le duel. Suite et fin. Une suite d’épreuves et une fin tragique. Comme la plupart des destins historiques, mais celui-ci reste exemplaire et fatalement unique.

« C’est le premier vol de l’Aigle ! »2224

André Marie Jean Jacques DUPIN (1783-1865), 22 janvier 1852

La Sarabande, ou Choix d’anecdotes, bons mots, chansons, gauloiseries, épigrammes, épitaphes, réflexions et pièces en vers des Français depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours (1903), Léon Vallée.

Jouant sur le mot « vol », ce magistrat qui présida la Législative en 1849 et sera sénateur sous l’Empire, parle du décret pris par le prince Louis-Napoléon Bonaparte, portant confiscation des biens de la maison (royale) d’Orléans, le 22 janvier 1852. Le même jour, Dupin démissionne de ses fonctions à la Cour de cassation.

« La République à votre vote expire / Devant Machin, votre unanime élu.
Soyez heureux : vous possédez l’Empire, / Soyez-en fiers, car vous l’avez voulu.
De ce succès dont votre âme s’enivre / Peut-être un jour vous vous mordrez les doigts :
Votre empereur, dit-on, aime bien vivre ! / Et vous paierez la carte, bons bourgeois ! »2233

Charles GILLE (1820-1856), La Carte à payer, chanson

La presse d’opposition n’existe pratiquement plus, depuis le coup d’État du 2 décembre 1851, mais la chanson reste un vrai moyen d’expression et l’humour se fait cinglant. Charles Gille, poète et ouvrier déjà persécuté, écrase de son mépris cette bourgeoisie qui, de nouveau, a trahi la République.

« L’Empereur, vous n’avez rien de lui !
— Tu te trompes, mon cher, j’ai sa famille. »2269

NAPOLÉON III (1808-1873) à son cousin germain Jérôme-Napoléon Bonaparte (1856)

Jérôme-Napoléon, dit Prince Napoléon, fils de Jérôme Bonaparte (frère de Napoléon Ier) et frère de la princesse Mathilde, mettait ainsi en doute l’ascendance paternelle de l’empereur. Sa mère, Hortense de Beauharnais (fille de Joséphine, première épouse de Napoléon), avait eu avant sa naissance en 1808 bien des amants : un écuyer, son premier chambellan qui était comte, un marquis, un amiral hollandais. Les historiens ignoreront toujours si Napoléon III est bien le fils de son père Louis Bonaparte. Une seule chose est sûre : le doute, qui doit empoisonner l’empereur.

Sa famille n’est pas davantage un cadeau, surtout ce cousin germain, appelé Napoléon V et surnommé Plon-Plon (diminutif affectueux de sa mère, devenu ridicule avec l’âge), qui affiche ses convictions anticléricales et jacobines. L’empereur se méfie de ce « César déclassé », impulsif et velléitaire, en état de fronde perpétuelle.

« Tous les régimes qui se sont succédé dans ce pays se sont honorés du jour qui les a vus naître. Il n’y a que deux anniversaires, le 18 Brumaire et le 2 Décembre, qui n’ont jamais été mis au rang des solennités d’origine, parce que vous savez que si vous vouliez les y mettre, la conscience universelle les repousserait. »2297

Léon GAMBETTA (1838-1882)

Les Grands Orateurs Républicains : Gambetta (1950), Léon Gambetta, Bourgin

L’avocat plaide pour Delescluze et les républicains qui ont manifesté, le 2 novembre 1868 au cimetière Montmartre, sur la tombe du député Baudin (mort sur une barricade le 3 décembre 1851, au lendemain du coup d’État) et qui ont ouvert dans leurs journaux une souscription pour l’érection d’un monument au martyr.

À ce procès, la plaidoirie devient réquisitoire violent contre le régime impérial : Gambetta, 30 ans, y gagne ses galons de tribun des républicains.

« Prussiens ! vous fuirez, battant la retraite, / Devant nos drapeaux / Et nos Chassepots,
Oui, notre aigle altier qui n’a qu’une tête / S’ra victorieux, / Et pourtant le vôtre en a deux !
(Refrain) Zim la la, zim la la, les beaux militaires, / Zim la la, zim la la, que ces Prussiens-là ! »2312

Ces beaux Prussiens (1870), chanson

Les chansons font partie de la propagande patriotique. Le chassepot français (du nom de son inventeur) est le fusil à aiguille le plus efficace à l’époque, mais c’est vraiment notre seule supériorité. La guerre, déclaré le 19 juillet 1870, est acceptée « le cœur léger » (mot d’Émile Ollivier, président du Conseil), dans l’illusion que « Nous sommes prêts et archiprêts, il ne manque pas à notre armée un bouton de guêtre. » (Maréchal Lebœuf, ministre de la Guerre).

C’est une France encore sous influence de la légende napoléonienne. Et l’héritier se laisse influencer par le maréchal Vaillant, vétéran de Waterloo : « Jamais vous ne pourriez retrouver de plus belle occasion, il faut en profiter ! Vous avez envoyé vos conditions : en garde maintenant ! » L’empereur, pacifiste, mais malade, laisse donc faire, malgré les conseils de modération de certains politiques (Thiers) et l’opposition de la gauche républicaine. L’impératrice souhaite la guerre – la victoire assurerait à son fils l’accession au trône. Mais ce sera la défaite quasi-immédiate.

« Monsieur mon frère, n’ayant pu mourir au milieu de mes troupes, il ne me reste qu’à remettre mon épée entre les mains de Votre Majesté. Je suis, de Votre Majesté, le bon frère, Napoléon. »2318

NAPOLÉON III (1808-1873), Lettre à Guillaume Ier, Sedan, 1er septembre 1870

On croirait lire Napoléon, dans un mauvais remake de l’histoire. La capitulation est signée dans la nuit du 1er septembre 1870. Conditions terribles : toute l’armée de Sedan sera internée en Allemagne, y compris l’empereur, désormais prisonnier. La capitulation est publiée le 2, rendue effective le 3. Chute du Second Empire.

Second Empire et Troisième République

Appuyé sur une administration solide, Napoléon III exerce un pouvoir personnel, et seule la voix du grand exilé, Hugo, fustige « Napoléon le Petit » :  revivez l’histoire du Second Empire dans le tome 8 des Chroniques de citations historiques (Feuilletez les 20 premières pages de notre livre électronique).

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !

Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € seulement le volume).

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire