François Ier : « Tout est perdu, fors l'honneur. » | L’Histoire en citations
François Ier : « Tout est perdu, fors l'honneur. »
Citation du jour

 

Pavie, désastre historique ! 1525. Dix ans après la mémorable victoire de Marignan.

Là encore, tout s’explique en quelques citations ! Dont la première n’est que trop connue, mais résonne fièrement. D’où sans doute sa popularité.

« Tout est perdu, fors l’honneur. »453

FRANÇOIS Ier (1494-1547), Lettre à Louise de Savoie après la bataille de Pavie, 25 février 1525

Histoire de François Ier et de la Renaissance (1878), Eugène de la Gournerie.

L’histoire a retenu cette citation « incontournable ». L’idée est juste, la forme exacte est : « Madame, pour vous avertir comment se porte le ressort de mon infortune, de toutes choses ne m’est demeuré que l’honneur et la vie qui est sauve. »

À chaque grande bataille, le roi écrit à sa mère, présentement régente et toujours fière de son « César triomphant ». Mais cette fois, c’est une défaite, et même le pire désastre militaire du règne. Le roi, assiégeur devenu assiégé, donc piégé, est passé à l’assaut, courageux, mais brouillon, et contre l’avis des vétérans qui l’entouraient. Piètre stratège, il a placé son artillerie, l’une des meilleures d’Europe, derrière sa cavalerie, lui ôtant toute efficacité.

La sixième guerre d’Italie tourne à la catastrophe : le Milanais est reperdu, le duc de Bourbon, ex-connétable de France passé du côté de Charles Quint, a attaqué la Provence, bombardé Marseille, pris Aix. Et le roi est fait prisonnier à Pavie, où de grands capitaines sont tués, tels La Trémoille, La Palice.

« Hélas, La Palice est mort / Il est mort devant Pavie
Hélas ! s’il n’était pas mort / Il serait encore en vie. »454

La Mort de La Palice, chanson de 1525

Cette chanson populaire a une longue histoire. À l’origine, elle célèbre la vaillance de Jacques II de Chabannes, seigneur de La Palice, chambellan du roi, maréchal de France, héros de toutes les grandes batailles des guerres d’Italie avec Charles VIII. Parcours comparable à celui de Bayard (héros de Marignan, 1515), mort un an plus tôt, couvrant la retraite de l’armée française, honoré et pleuré même par ses ennemis.

Bravoure égale de La Palice, chantée par les Français : « Un quart d’heure avant sa mort / Il faisait encore envie », ou bien, autre version : « Un quart d’heure avant sa mort / Il était encore en vie », c’est-à-dire plein de courage, jusqu’à sa dernière heure. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle qu’on déforme le sens de ces vers, pour n’en retenir que la naïveté et en faire une « lapalissade », injustement associée au nom du seigneur de La Palice.

« Peut-être que l’heure du royaume de France est venue. »455

Martin LUTHER (1483-1546), à la nouvelle du désastre de Pavie, fin février 1525

Allemand et protestant, le père de la Réforme manifeste sa haine de la France catholique. Et Henri VIII, le roi d’Angleterre, pleure de joie devant le corps diplomatique, cependant que Londres illumine pour fêter la nouvelle.

« Pour mon honneur et celui de ma nation, je choisirai plutôt honnête prison que honteuse fuite. »456

François Ier (1494-1547), Lettre aux Grands du Royaume et aux Compagnies souveraines, 1525

Après la défaite de Pavie, le roi reste prisonnier près d’un an à Madrid (Charles Quint est aussi roi d’Espagne). Louise de Savoie assure la régence. Le peuple en mal de son roi chante : « Quand le roi partit de France / À la malheur il partit. » Et François se fait poète, après Pavie : « Vaincu je fus et rendu prisonnier. / Parmi le camp en tous lieux fus mené. / Pour me montrer, ça et là promené. »

Pour se libérer, François laisse en otage ses deux fils (ce n’est pas un mauvais père, la pratique est assez courante) et se décide à signer l’inacceptable traité de Madrid, imposé par l’empereur Charles Quint. Libéré, il ne respectera pas les clauses (pratique encore plus courante). La troisième guerre contre Charles Quint commence. Milanais reconquis, reperdu. La paix de Cambrai (ou paix des Dames) ne sera qu’un compromis (1529) avant la prochaine guerre. Le roi conserve la Bourgogne, récupère ses fils sur la Bidassoa (1530), mais ne peut renoncer à l’Italie qui le fascine.

Pavie fut un désastre aussi mémorable et historique que Marignan, une victoire.

Notre portrait de François Ier en citations :

  • François Ier : « Car tel est notre plaisir. »
  • François Ier : « Je suis délibéré de vivre et mourir avec vous. »
  • Rabelais : « Les nerfs des batailles sont les pécunes. »
  • François Ier : « Le soleil chauffe pour moi comme pour les autres… »

Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

 Vous aimez François Ier ? Charismatique, associé à la Renaissance, nous lui donnons la parole dans le tome 2 des Chroniques de citations historiques (Feuilletez les 20 premières pages de notre livre électronique).

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !

Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € seulement le volume).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire