Henry : « Vos mains sont couvertes de sang. — Comme l'est votre robe rouge ! » | L’Histoire en citations
Henry : « Vos mains sont couvertes de sang. — Comme l'est votre robe rouge ! »
Citation du jour

 

Les anarchistes contre l’État : duels à mort.

La violence prend toutes les formes, l’idéologie a tous les visages. En Mai 68, le sang ne coulera pas : exception bon enfant à la règle. Le retour du religieux rappelle les origines de l’anarchie, vue par André Malraux.

« Vos mains sont couvertes de sang. — Comme l’est votre robe rouge ! »2511

Émile HENRY (1872-1894), répondant au président du tribunal, 27 avril 1894

Historia (octobre 1968), « L’Ère anarchiste », Maurice Duplay.

Fils de bourgeois, il épouse la cause anarchiste par idéal révolutionnaire et veut frapper partout, parce que la bourgeoisie est partout. À 19 ans, sa bombe portée pour examen au commissariat de police des Bons-Enfants explose : 5 morts, le 8 novembre 1892. Nouvelle bombe au café Terminus de la gare Saint-Lazare : un mort, 20 blessés, le 12 février 1894.

À son procès, il proclame que l’anarchie « est née au sein d’une société pourrie qui se disloque. Elle est partout, c’est ce qui la rend indomptable, et elle finira par vous vaincre et vous tuer. »

Guillotiné le 21 mai, criant « Courage, camarades ! Vive l’anarchie ! »

« Avec un geste cynique / Il prépare son poignard,
Puis il frappe sans retard / Le chef de la République. »2512

Léo LELIÈVRE (1872-1956), Le Crime de Lyon, chanson

Chanson écrite et interprétée par le chansonnier qui relate l’assassinat de Sadi Carnot. Le 24 juin, visitant l’Exposition de Lyon, le président est poignardé par Caserio, un illuminé, jeune anarchiste italien.

Casimir-Perier remplace Carnot à la présidence. Il fait adopter la troisième « loi scélérate », votée le 28 juillet, interdisant tout type de propagande anarchiste. Répression et même prévention impitoyables : l’action directe sera remplacée par l’action syndicale. Les anarchistes dominent les premiers syndicats, autorisés depuis 1884 et d’autant plus violents que leurs effectifs sont modestes – les rares grands syndicats (cheminots, ouvriers du livre) sont plus modérés. Derniers anarchistes célèbres en France, ceux de la bande à Bonnot : 20 accusés, 4 condamnés à mort, exécutés en 1912.

« D’abord faut pus d’gouvernement, / Pis faut pus non pus d’République, / Pus d’Sénat et pus d’Parlement […]
Pus d’lois, pus d’armées, pus d’église, / Faut pus d’tout ça, faut pus rien ! / Alors c’est nous qui s’ra les maîtres… »2546

Aristide Bruant (1851-1925), Plus d’patrons, chanson

Reflet d’un certain climat social, à partir de 1905 : effervescence ouvrière et hostilité à tout pouvoir. L’anarchisme révolutionnaire fait la loi dans les syndicats, autrement dit le désordre dans le pays : « C’est nous qui f’ra c’que nous voudrons, / Y’aura pus d’chefs, pus d’contremaîtres, / Pus d’directeurs et pus d’patrons. »  S’il pose la vraie question - la condition ouvrière - il ne permet aucune solution. D’où la réaction de Clemenceau, à la tête du gouvernement.

« Je demande à Paris de vomir cette pègre qui la déshonore […] pègre qui sort des bas-fonds de Paris et qui est véritablement enragée, dissimulée derrière les étudiants. »3067

Christian FOUCHET (1911-1974), ministre de l’Intérieur, Déclaration aux journalistes, à l’aube du 25 mai 1968

Mai 68. Paris vit une nuit d’émeutes : mouvements extrémistes et anarchistes rejoints par les bandes de « loubards » de la banlieue. Chaque groupe, lancé à travers la capitale, improvise sa manif et se demande quel symbole de la société il faut d’abord détruire. La Bourse brûle. La police est tenue en échec au Quartier latin jusqu’à 5 heures. Dans la matinée du 25 mai, le Premier ministre Pompidou évoque « une tentative évidente de déclencher la guerre civile. »

Le préfet de police Grimaud fait cette analyse : « Du côté des manifestants, ce ne sont plus les étudiants exaltés du 10 mai qui voulaient « mourir sur les barricades » et libérer la Sorbonne de l’occupation policière, mais de petites troupes de guérilleros, très mobiles, très décidées, rompues au harcèlement des forces de l’ordre, à l’édification rapide d’obstacles, de barricades […] Ce style nouveau est le fait des mouvements extrémistes et anarchistes et, depuis quelques jours, s’y sont jointes les bandes de « loubards » de la banlieue. » (En mai, fais ce qu’il te plaît)

« Nous allons terroriser les terroristes. »3262

Charles Pasqua (1927-2015), ministre de l’Intérieur du gouvernement Chirac, mars 1986

Climat de terreur à Paris : les attentats se multiplient. Le 7 août, l’Assemblée vote les lois Pasqua, très répressives. Mais à la rentrée, la vague terroriste recommence. Attentat le plus meurtrier, rue de Rennes, 7 morts, 51 blessés.

Entre le terrorisme anarchiste des années 1892-1894 en France, le terrorisme politique du FLN et de l’OAS, en Algérie comme en métropole, le terrorisme islamiste qui culmine le 11 septembre 2001, aux États-Unis, la violence prend toutes les formes : attentats, assassinats, enlèvements. Il y a des pays plus ou moins exposés, mais aucun n’est épargné. Il y a des époques plus ou moins violentes, mais la médiatisation augmente naturellement le « climat d’insécurité ».

« Et le Christ ? — C’est un anarchiste qui a réussi. C’est le seul. »11

André MALRAUX (1901-1976), L’Espoir (1937)

Sous le règne de Tibère vit en Galilée un homme dont les enseignements vont bouleverser l’histoire du monde. De sa mort sur la croix va naître une religion qui lentement s’étendra sur l’Empire. Pour les Romains, les premiers chrétiens ne sont qu’une secte juive, dont le fondateur passe pour un agitateur politique. Pour les chrétiens, il est Dieu, fils de Dieu, ce Dieu étant un dieu unique, comme celui qu’adorent les juifs. La réussite de l’« anarchiste » qui termina sa vie comme un criminel mis en croix entre deux « larrons » est due à ses disciples qui feront du message de Jésus une religion à vocation universelle.

Second Empire et Troisième République

Les anarchistes et la flambée terroriste : une histoire à retrouver dans le tome 8 des Chroniques de citations historiques (Feuilletez les 20 premières pages de notre livre électronique).

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !

Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € seulement le volume).

 

Vous avez aimé ces citations commentées ?

Vous allez adorer notre Histoire en citations, de la Gaule à nos jours, en numérique ou en papier.

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire