Louis XVI : « J'ai besoin d'être entouré d'honnêtes gens qui aient le courage de m'avertir de mon devoir. » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Siècle des Lumières. Règne de Louis XVI

(10 mai 1774, mort de Louis XV - 5 mai 1789, réunion des États généraux, prélude à la Révolution)

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

Personnage de Louis XVI.

« J’ai besoin d’être entouré d’honnêtes gens qui aient le courage de m’avertir de mon devoir. »1197

LOUIS XVI (1754-1793)

Revue des deux mondes (1865).

Très consciencieux et même scrupuleux, mais apathique et d’une grande naïveté politique, le roi ne sait pas toujours s’entourer de bons ministres et, quand il aura les hommes capables de faire les indispensables réformes, il ne saura pas les soutenir contre l’opinion publique ou les privilégiés.

« Dans les circonstances où se trouve la monarchie française, il faudra au jeune roi de la force et du génie. »1198

FRÉDÉRIC II de Prusse (1712-1786). Œuvres posthumes de Frédéric II, roi de Prusse : Correspondance (1788), Frederick II

(…) Admirateur de Richelieu, de Louis XIV et du Grand Siècle, il porte ce jugement qui vaut déjà condamnation de Louis XVI, après un an de règne. Ce grand politique qui mena la puissance prussienne à son apogée (avec tous les excès de l’autoritarisme et du centralisme) prévoit la course à l’abîme de la monarchie française.

« Il n’aura probablement jamais ni la force ni la volonté de régner par lui-même. »1199

MERCY-ARGENTEAU (1727-1794). Correspondance secrète entre Marie-Thérèse et le comte de Mercy-Argenteau (posthume, 1874)

Ambassadeur d’Autriche à Paris de 1780 à 1790, il exerce une grande influence sur Marie-Antoinette (…) Il note l’inquiétante sujétion du roi vis-à-vis de sa femme, quelques années après leur mariage : « Sa complaisance ressemble à de la soumission. » (…) Choiseul, plus sévère, voit en Louis XVI un « imbécile » au sens de handicapé cérébral (…) Louis XVI est surtout un timide maladif, myope de surcroît au point de ne pas reconnaître les gens.

« Tout propos soutenu l’accable, toute réflexion le déroute. »1200

MARIE-ANTOINETTE (1755-1793). L’Autrichienne : mémoires inédits de Mlle de Mirecourt sur la reine Marie-Antoinette et les prodromes de la Révolution (1966), Claude Émile-Laurent

La reine parle aussi du roi comme d’un homme aveugle à la nécessité, toujours incertain, peu aimable et pourtant désireux qu’on l’aimât. Il consulte tout le monde, suspecte les avis et ne cède qu’à la lassitude. Honteux alors de sa faiblesse, il revient en arrière, se renfrogne, boude, se dérobe, vole à la chasse ou bien se renferme dans son cabinet.

« Pour vous faire une idée de son caractère, imaginez des boules d’ivoire huilées que vous vous efforceriez vainement de faire tenir ensemble. »1201

Comte de PROVENCE (1755-1824), entretien avec le comte de La Marck. Mirabeau et la cour de Louis XVI, Revue des deux mondes, tome XI (1851)

Le futur Louis XVIII parle de son frère, dans les premiers mois de la période révolutionnaire. Louis XVI est à coup sûr le roi le moins armé pour affronter la tourmente à venir.

« L’amour de mon peuple a retenti jusqu’au fond de mon cœur. Ah ! l’on peut commander ailleurs, mais c’est en France qu’on règne. »1202

LOUIS XVI (1754-1793), Lettre à Marie-Antoinette. Mémoires secrets de 1770 à 1830 (1838), comte Armand François d’Allonville

Lettre écrite en prison, quelques mois avant sa mort (1792).

« Je recommande à mon fils, s’il avait le malheur de devenir roi, de songer qu’il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens. »1203

LOUIS XVI (1754-1793), Testament écrit un mois avant sa mort (fin 1792)

Dans l’épreuve, Louis XVI acquiert une dignité et même une royauté qui le rachètent devant l’histoire, cependant que le martyre l’auréole aux yeux de nombreux historiens qui condamnent sans appel son prédécesseur : la guillotine est plus noble que la petite vérole.

« Il ne faut pas être plus royaliste que le roi. »1204

Phrase en vogue sous Louis XVI, et devenue proverbe. La Monarchie selon la Charte (1816), François René de Chateaubriand

Cette maxime est inventée à la veille de la Révolution, pour critiquer les aristocrates qui défendent l’idée de monarchie et les intérêts du roi, avec plus d’ardeur que le roi lui-même. Ce sont naturellement et avant tout les privilégiés, la noblesse et le haut clergé, les notables, tous ces gens attachés à leurs avantages acquis (…) Louis XVI n’en est pas moins très « royaliste », imprégné de tous ses droits et devoirs de roi de droit divin (…)

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire