Bossuet : « Les Francs commençaient alors à se faire craindre... » | L’Histoire en citations

Deux volumes disponibles en version papier !

Deux volumes de l'Histoire en citation disponibles en version papier

Chronique du jour

 

Moyen Âge, mille ans d’histoire (481, Clovis proclamé roi des Francs - 30 août 1483, mort de Louis XI).

Période mal connue, mal aimée, pourtant si riche et bien documentée, grâce aux chroniqueurs contemporains et aux médiévistes.

La division classique en trois périodes donne à voir la marche de l’histoire évidente, entre une fin de Ve siècle encore vécue « à la gauloise » et la fin du XVe siècle qui annonce la Renaissance française. À découvrir en 336 citations.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

1. Mérovingiens et Carolingiens (481, Clovis roi des Francs - mort de Louis V, dernier Carolingien).

Noms donnés aux deux premières dynasties des rois francs qui gouvernent la (future) France, les plus connus étant Clovis (né barbare, petit-fils de Mérovée) et Charlemagne (devenu l’empereur illustre d’un empire éphémère).

Prologue

« Les Francs commençaient alors à se faire craindre. C’était une ligue de peuples germains qui habitaient le long du Rhin. Leur nom montre qu’ils étaient unis par l’amour de la liberté. »50

BOSSUET (1627-1704), Discours sur l’histoire universelle (1681)

Les Francs (…) pénétrèrent en Gaule (romaine) entre 430 et 450, dans la vague des Grandes Invasions. De ce peuple sont issues les deux premières dynasties de rois qui gouvernèrent la France : Mérovingiens et Carolingiens.

« “Les Francs dont nous descendons.” Eh ! mon ami, qui vous a dit que vous descendez en droite ligne d’un Franc ? Hildvic ou Clodvic, que nous nommons Clovis, n’avait probablement pas plus de vingt mille hommes […] quand il subjugua environ huit ou dix millions de Welches ou Gaulois. »51

VOLTAIRE (1694-1778), Dictionnaire philosophique (1764)

Judicieuse remarque du philosophe des Lumières, quand il définit le terme de Francs (…) Dans le même esprit, on a chansonné, mais aussi remis en question « nos ancêtres les Gaulois ».

« Ceux qui prient, ceux qui combattent, ceux qui travaillent. »52

Évêques ADALBÉRON de Laon (??–v.1030) et ANSELME (1033-1109) (…)

Cette claire définition des trois ordres sociaux représente le fondement de la société médiévale telle que la concevaient les envahisseurs germaniques - et ils vont l’imposer à l’Europe.

« Aucune terre ne pourra être dévolue par héritage à une femme ; toute la terre appartiendra aux héritiers de sexe viril. »53

Loi salique

Le plus célèbre des articles de cette loi (…) dont la première rédaction remonte au règne de Clovis : code de procédure criminelle et code de la famille, bases de la société franque (…)

« Le roi te touche, Dieu te guérit. »54

Formule prononcée par le roi de France touchant les écrouelles, après son sacre

La tradition fait remonter cette pratique à Clovis. Le roi dûment sacré a le pouvoir de faire des miracles, notamment de guérir les écrouelles (…) Louis IX (Saint Louis) est connu pour avoir accompli des miracles quotidiens après la messe (…)

« Le régime mérovingien est une monarchie absolue tempérée par l’assassinat. »55

FUSTEL de COULANGES (1830-1889), Histoire des institutions politiques de l’Ancienne France

Définition lapidaire du pouvoir de Clovis et de ses descendants : conflits dynastiques et guerres fratricides emplissent leurs règnes de bruit et de fureur.

« Désormais, le monde se fait vieux, la pointe de la sagacité s’émousse en nous. »56

GRÉGROIRE de TOURS (538-594), Histoire des Francs (Historia Francorum)

Évêque de Tours, futur saint (…) et « Père de l’histoire de France ». Cette réflexion désabusée s’applique à son temps, la fin du vie siècle. La situation sera pire, quelques décennies plus tard.

« La maison de Clovis était tombée dans une faiblesse déplorable : de fréquentes minorités avaient donné occasion de jeter les princes dans une mollesse dont ils ne sortaient point étant majeurs. »57

BOSSUET (1627-1704), Discours sur l’histoire universelle (1681)

C’est la décadence des Mérovingiens, avec les fameux « rois fainéants » de la seconde moitié du VIIe siècle. Les maires du palais, les ducs et les princes prennent peu à peu plus de pouvoir que ces rois des Francs.

« Du temps de Charlemagne, on était obligé, sous de grandes peines, de se rendre à la convocation pour quelque guerre que ce fût. »58

MONTESQUIEU (1689-1755), L’Esprit des Lois (1748)

(…) Après un siècle de décadence dynastique, c’est le « coup de force » de Pépin le Bref, maire du palais élu roi par les Grands du royaume et sacré par les évêques ; puis le règne de Charles le Grand, devenu l’empereur Charlemagne.

« Que tout homme libre prenne dans notre royaume le seigneur qu’il veut, nous-même ou l’un de nos fidèles. »59

Capitulaire de Meerseen (847)

(…) Fondement de la société médiévale : chacun dépend d’un suzerain ou d’un maître s’il est serf. L’état d’anarchie dans lequel est retombé le royaume après le partage de l’Empire de Charlemagne (…) obligea le faible à se donner au fort.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire