Louis XVI et Marie-Antoinette : « Mon Dieu, guidez-nous, protégez-nous, nous régnons trop jeunes ! » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Siècle des Lumières. Règne de Louis XVI.

Chronique (1774-1789)

Espoirs du peuple, Turgot au pouvoir : dernière chance de la monarchie.

Le règne commence bien : tous les espoirs se portent sur le roi de 20 ans, Louis XVI, et sa femme Marie-Antoinette, dauphine adorée depuis son arrivée en France. Mais pour sauver la monarchie, il aurait fallu « de la force et du génie », qualités faisant totalement défaut au nouveau roi.

Sa politique hésitante aboutit à une valse de ministres : Turgot, physiocrate libéral proche des philosophes et adepte d’une monarchie à l’anglaise, animé de la rage du bien public, avant le populaire banquier suisse Necker et même Calonne aux Finances, tous ces réformateurs n’auront pas le temps d’aller au bout de leur tâche, cependant que les privilégiés s’acharnent à défendre leurs privilèges et, soutenus par la reine, exercent une influence croissante sur le roi.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

« Mon Dieu, guidez-nous, protégez-nous, nous régnons trop jeunes ! »1025

LOUIS XVI (1754-1793) et MARIE-ANTOINETTE (1755-1793), Versailles, 10 mai 1774 (…)

Louis XV est mort, les courtisans se ruent vers le nouveau roi. Le petit-fils du défunt roi, âgé de 20 ans, est tout de suite effrayé par le poids des responsabilités, plus qu’enivré par son nouveau pouvoir. Marie-Antoinette est d’un an sa cadette. Premier acte politique : le roi renvoie le triumvirat de combat (Maupeou-Terray-d’Aiguillon) qui tentait les indispensables réformes (…)

« Or, écoutez, petits et grands,
L’histoire d’un roi de vingt ans
Qui va nous ramener en France
Les bonnes mœurs et l’abondance. »1206

Charles COLLÉ (1709-1783), Or, écoutez, petits et grands, chanson (mai 1774). La Révolution française en chansons, anthologie, Le Chant du Monde

Le peuple célèbre la montée sur le trône de Louis XVI, surnommé Louis le Désiré. C’est dire les espoirs mis en lui, résumés par la chanson patriotique du nouvel auteur dramatique à la mode (…) On peut encore rêver. Comme avec Marie-Antoinette.

« Belle, l’œil doit l’admirer,
Reine, l’Europe la révère,
Mais le Français doit l’adorer,
Elle est sa reine, elle est sa mère. »1207

Romance en l’honneur de Marie-Antoinette, chanson (1774). Histoire de France par les chansons (1982), France Vernillat, Pierre Barbier

La jeune et jolie reine jouit d’une immense popularité depuis son arrivée en France et Versailles la salue en ce style précieux. C’est l’état de grâce, comme jamais avant et jamais après. Certes, il y a des jalousies et quelques soupçons contre l’« Autrichienne » à la cour (…) Délaissée par son royal époux, peu soucieuse de l’étiquette et des finances de l’État, dépensière et futile, la reine va accumuler les erreurs (…)

« Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir. »1208

MARAT (1743-1793), Les Chaînes de l’esclavage (1774)

La plupart des philosophes des Lumières sont morts (…) Les révolutionnaires vont entrer sur la scène de l’histoire (…) Aucune forte personnalité ne se dégage avant la Révolution qui les promeut grands premiers rôles en quelques mois. Marat est médecin et exerce en Angleterre. C’est dans ce pays et en anglais qu’il publie ces pages déjà révolutionnaires (…)

« Sans moi, il est foutu ! »1209

René-Nicolas de MAUPEOU (1714-1792), apprenant que le roi se sépare de lui, 24 août 1774. Histoire de la France et des Français (1972), André Castelot, Alain Decaux

Courageux auteur du « coup d’État royal » en 1770-1771, mais ministre détesté qui manque d’être jeté à la Seine en partant, ce « grand coquin » est regretté par Louis XVI (…) Le comte de Maurepas le remplace (…) En homme d’expérience, il s’entoure de compétences : Turgot et Vergennes, Malesherbes et Sartine (…) L’équipe gouvernementale présente des recrues de qualité.

« La France, constituée comme elle est, doit craindre des agrandissements bien plus que les ambitionner. »1210

Comte de VERGENNES (1719-1787), appelé aux Affaires étrangères en 1774. Mémoire de Vergennes au Roi, 12 avril 1777. Archives nationales

Diplomate de carrière, il remplace d’Aiguillon (…) Dans la valse des ministres, c’est un bon choix de Maurepas, mentor du jeune roi. Vergennes exprime une idée-force qu’il ne cessera de répéter : les ministres n’ont plus comme premier souci d’ajouter des provinces au domaine royal. Même sagesse, outre-mer (…) Évitant de participer aux conflits continentaux, Vergennes peut faire figure d’arbitre de l’Europe (…)

« Vous vous imaginez avoir l’amour du bien public, vous en avez la rage ! »1211

MALESHERBES (1721-1794), secrétaire d’État à la Maison du roi, à Turgot. Au couchant de la monarchie : Louis XVI et Turgot (1913), marquis de Ségur

Autre bon choix de Maurepas, Turgot, économiste physiocrate (libéral, opposé à l’interventionnisme à la française, nommé colbertisme) (…) Appelé au gouvernement, le 20 juillet 1774 à 47 ans, c’est un homme apprécié (…) C’est aussi un homme pressé, ce que lui reproche affectueusement le grand juriste et magistrat, Malesherbes : Turgot est capable de rédiger avec passion six édits à la fois, pour les déposer le même jour sur la table du roi qui n’en demande pas tant ! (…)

« Point de banqueroute, point d’augmentation d’impôts, point d’emprunt. »1212

TURGOT (1727-1781), Lettre au roi, résumant ses projets de nouveau contrôleur général des Finances, fin août 1774 (…)

Toutes ses idées sont bonnes et il a l’art du raccourci, dans la formule. Il ne manque pas de le rappeler au roi. Mais ses réformes vont lui aliéner les privilégiés. Le roi, si faible, si hésitant, peut-il vraiment le soutenir dans son combat ?

« Si le bien ne se fait pas, c’est que le bien est impossible. »1213

D’ALEMBERT (1717-1783) apprenant la promotion de Turgot le 24 août 1774, Lettre du 12 septembre au roi Frédéric II de Prusse (…)

D’Alembert doute déjà. Voltaire regrette d’être aux portes de la mort, alors qu’il aperçoit « en place la vertu et la raison ». Les deux philosophes savent la valeur de ce réformateur passionné, courageux et honnête. Mais Turgot, lui-même philosophe et savant parfaitement éclairé, croit-il possible une réforme touchant aux fondements de la société et de la monarchie, alors que tant d’intérêts puissants s’y opposent ? (…)

« Le roi, notre aïeul, forcé par votre résistance à ses ordres réitérés, a fait ce que le maintien de son autorité et l’obligation de rendre la justice à ses peuples exigeaient de sa sagesse. Je vous rappelle aujourd’hui aux fonctions que vous n’auriez jamais dû quitter. Sentez le prix de mes bontés et ne les oubliez jamais. »1214

LOUIS XVI (1754-1793), au Parlement de Paris qu’il rétablit, 12 novembre 1774. Histoire des Français (1821-1844), Simonde de Sismondi

Le roi rappellera ensuite les Parlements de province. Le vieux corps parlementaire est trop lié à l’ordre monarchique pour qu’il règne sans lui. Turgot laisse faire, espérant concilier les magistrats à ses réformes. Erreur politique (…) Dès le 9 décembre, le Parlement fait des remontrances au roi qui les accepte. Plus aucune réforme ne sera possible. C’est la mort à terme de la monarchie.

« Un Grand nous fait assez de bien quand il ne nous fait pas de mal. »1215

BEAUMARCHAIS (1732-1799), Le Barbier de Séville (1775)

Sa vie fut un roman, celle d’un aventurier, libertin, parvenu, trafiquant d’armes, très représentatif de cette période de fermentation sociale qui précède la Révolution (…) Cette version du Barbier remporte un succès immédiat : premier acte théâtral véritablement prérévolutionnaire, en attendant la suite, Le Mariage

« Le nombre infini de maladies qui nous tue est assez grand ; et notre vie est assez courte pour qu’on puisse se passer du fléau de la guerre. »1216

VOLTAIRE (1694-1778), Lettre à Mme du Deffand, 27 février 1775, Correspondance (posthume)

L’octogénaire écrit fidèlement à son amie, presque aussi âgée que lui et quasi aveugle, femme de salon qui a reçu chez elle tous les artistes en renom (…) Voltaire, de santé fragile durant toute sa longue vie, eut la chance de naître en un siècle de paix relative (…) Mais la France prépare sa revanche contre l’Angleterre (…) Les Français vont participer à la guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique (…)

« S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche. »1217

Mot attribué (sans doute à tort) à MARIE-ANTOINETTE (1755-1793), et incontestablement emprunté à Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778). La Grande Peur de 1789 (1932), Georges Lefebvre

Le mot se trouve dans les Confessions (rédigées de 1765 à 1770, édition posthume). Scène plaisante, par son souci du détail autobiographique (…) Le mot reflète une réalité sociologique : l’ignorance (ou l’insouciance) des privilégiés face à la misère du peuple. Le temps n’est plus aux famines, mais les disettes sont périodiques en cas de mauvaise récolte (…)

« Enfin, j’ons vu les Édits
Du roi Louis Seize !
En les lisant à Paris,
J’ons cru mourir d’aise […]
Je n’irons plus au chemin
Comme à la galère
Travailler soir et matin
Sans aucun salaire.
Le Roi, je ne mentons point,
A mis la corvée à bas. »1218

Les Édits (1776), chanson des Jacques Bonhomme de France. Histoire de Louis XVI et de Marie-Antoinette (1850-1851), Alexandre Dumas

Turgot, en janvier 1776, demande au Conseil l’abolition de la corvée royale des paysans (les Jacques), remplacée par une taxe additionnelle payable par tous les propriétaires terriens. S’y ajoute une série de mesures fiscales pour plus de justice. Au total, six édits, amorce d’une véritable équité fiscale : mesure très populaire auprès du petit peuple (…) mais tous les privilégiés frappés fiscalement vont s’opposer aux édits de Turgot.

« Je vois qu’il n’y a que M. Turgot et moi qui aimions le peuple. »1219

LOUIS XVI (1754-1793), à ses conseillers du Parlement de Paris, 12 mars 1776. Vie de M. Turgot (1786), marquis de Condorcet

Le peuple chante… Mais les magistrats prient le roi de retirer les édits, et tous les privilégiés de France font chorus contre le ministre des Finances. Le roi fait enregistrer les édits par lit de justice – autrement dit, il les fait passer en force et réduit le Parlement au silence. Ce sera son dernier effort pour soutenir Turgot qui ne peut rien, seul contre tous, sans l’appui du roi.

« Voilà le grand grief de M. Turgot. Il faut, aux amateurs des nouveautés, une France plus qu’anglaise ! »1220

LOUIS XVI (1754-1793), Note en marge du Mémoire de Turgot relatif à l’Administration (…)

Le modèle anglais était considéré comme exemplaire par les philosophes et leurs amis. Or, Louis XVI n’adhère pas à ces idées nouvelles, trop éloignées de la monarchie de droit divin à laquelle il tient. Il hésite encore, mais plus pour longtemps, Turgot comprend le danger. Il cherche à raffermir le roi, mission quasi impossible (…)

« N’oubliez jamais que c’est la faiblesse qui a mis la tête de Charles Ier sur un billot ; c’est la faiblesse qui a rendu Charles IX cruel ; c’est elle qui a formé la Ligue sous Henri III ; qui a fait de Louis XIII, qui fait aujourd’hui du roi du Portugal des esclaves couronnés. »1221

TURGOT (1727-1781), Lettre à Louis XVI, printemps 1776. Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution (1910), Ernest Lavisse, Paul Vidal de la Blache

Ses réformes sont constamment attaquées depuis bientôt deux ans et le ministre sait sa disgrâce proche. Elle lui est signifiée le 12 mai 1776. Il a le geste de refuser la pension offerte par le roi. Malesherbes, découragé, démissionne. Clugny, éphémère ministre des Finances (six mois), reviendra sur toutes les réformes de Turgot. Et le peuple se retrouve « taillable et corvéable à merci » (…)

« Plus on exportera, plus nos blés auront de prix ; plus ils auront de prix ; plus il y aura de bénéfice pour le cultivateur ; plus il y aura de bénéfice pour le cultivateur, plus il cultivera, et plus il cultivera, plus l’agriculture sera florissante : il faut donc encourager l’exportation. »1222

CONDILLAC (1715-1780), Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre (1776)

Traité d’économie politique où ce philosophe formule une théorie de l’intérêt et de la valeur. Il décrit ici le « cercle vertueux » à la base de l’expansion économique, dans une France encore agricole à près de 90 %. En termes modernes, ce serait la « relance » plutôt que la « rigueur ».

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire