Louis XVI : « Mon Dieu, guidez-nous, protégez-nous, nous régnons trop jeunes ! » | L’Histoire en citations
Louis XVI : « Mon Dieu, guidez-nous, protégez-nous, nous régnons trop jeunes ! »
Citation du jour

 

Louis XVI et Marie-Antoinette. Ni duo, ni duel, mais deux personnages trop jeunes au début de leur règne (20 ans), qui feront véritablement couple, unis dans la tragédie historique dont ils sont les victimes.

Ils trouvent une dimension humaine et une dignité presque royale, dans la tourmente de cette Révolution.

« Mon Dieu, guidez-nous, protégez-nous, nous régnons trop jeunes ! »1205

LOUIS XVI (1754-1793) et MARIE-ANTOINETTE (1755-1793), Versailles, 10 mai 1774

Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, reine de France et de Navarre ; suivis de souvenirs et anecdotes historiques sur les règnes de Louis XIV, de Louis XV et de Louis XVI (1823), Jeanne-Louis-Henriette Genet Campan.

Louis XV est mort, les courtisans se ruent vers le nouveau roi. Le petit-fils du défunt roi, âgé de 20 ans, est tout de suite effrayé par le poids des responsabilités, plus qu’enivré par son nouveau pouvoir. Marie-Antoinette est d’un an sa cadette.

Premier acte politique : le roi, non sans regret (déjà !), va renvoyer le triumvirat de combat (les ministres Maupeou-Terray-d’Aiguillon) qui tentait les indispensables réformes. Ce qui l’a rendu terriblement impopulaire, à la fin du règne de Louis XV. Louis XVI n’a pas ce courage.

« Tout propos soutenu l’accable, toute réflexion le déroute. »1200

MARIE-ANTOINETTE (1755-1793)

La reine qui n’est pas véritablement une « intellectuelle » parle du roi comme d’un homme aveugle à la nécessité, toujours incertain, peu aimable et pourtant désireux qu’on l’aimât. Il consulte tout le monde, suspecte les avis et ne cède qu’à la lassitude. Honteux alors de sa faiblesse, il revient en arrière, se renfrogne, boude, se dérobe, vole à la chasse ou bien se renferme dans son cabinet. Avec ce mari, ce n’est évidemment pas une femme heureuse.

« Le roi n’a qu’un homme, c’est sa femme. »1367

MIRABEAU (1749-1791)

Marie-Antoinette, Correspondance, 1770-1793 (2005), Évelyne Lever

Ou encore, selon d’autres sources : « Le roi n’a qu’un seul homme, c’est la reine. » Vérité connue de tous, éprouvée par Mirabeau devenu le conseiller secret de la couronne : il essaie donc de convaincre la reine avant le roi, dont la faiblesse, les hésitations, les retournements découragent les plus fervents défenseurs. Premier grand homme de la Révolution, baptisé l’Orateur du peuple, il voudrait en réalité sauver la monarchie en la réformant, avec une Constitution à l’anglaise. Il mourra (de maladie) en comprenant que c’est mission impossible.

« Mes amis, j’irai à Paris avec ma femme et mes enfants : c’est à l’amour de mes bons et fidèles sujets que je confie ce que j’ai de plus précieux. »1355

LOUIS XVI (1754-1793), au matin du 6 octobre 1789 à Versailles

Le roi ne peut que céder à la foule – des milliers de Parisiens et Parisiennes venus demander du pain, amassés dans la cour du château de Versailles, criant : « À Paris ! À Paris ! » Le roi cherche à se rendre populaire, d’autant plus que la foule fraternise avec les gardes. Il va quitter définitivement Versailles, pour regagner le palais des Tuileries, sa résidence parisienne.

Un immense cortège s’ébranle à 13 heures : plus de 30 000 personnes. Des gardes nationaux portant chacun un pain piqué au bout de la baïonnette, puis les femmes escortant des chariots de blé et des canons, puis les gardes du corps et les gardes suisses désarmés, précédant le carrosse de la famille royale escorté par La Fayette, suivi de voitures emmenant quelques députés, puis la majeure partie des gardes nationaux et le reste des manifestants. « Nous ne manquerons plus de pain ! Nous ramenons le boulanger, la boulangère et le petit mitron. » La famille royale est désormais prisonnière de ses sujets.

« Depuis longtemps, les factieux ne prennent plus la peine de cacher le projet d’anéantir la famille royale […] Si l’on n’arrive pas, il n’y a que la providence qui puisse sauver le roi et sa famille. »1421

MARIE-ANTOINETTE (1755-1793), Lettre à Fersen, 1er août 1792

La reine appelle au secours le plus fidèle, le plus sûr, le plus passionné de ses alliés. Axel de Fersen (comte suédois) s’est impliqué, personnellement et financièrement, dans l’épisode de la fuite à Varennes (juin 1791). Il a été bouleversé par son échec. Depuis, il tente de convaincre toutes les cours européennes de sauver le couple royal. En vain.

Les deux amants s’écrivent et s’épanchent à profusion. Fersen a vu Louis XVI, pour le convaincre de fuir, mais Louis XVI ne peut s’y résoudre. La Révolution s’accélère. La famille royale sera transférée à la prison du Temple, trois jours après la journée révolutionnaire du 10 août : le roi déchu, son épouse Marie-Antoinette, sa sœur Madame Élisabeth, son fils le Dauphin et sa fille dite « Madame Royale » (seule survivante à la Révolution).

« Louis, le peuple français vous accuse d’avoir commis une multitude de crimes pour établir la tyrannie en détruisant la liberté. »1464

Acte d’accusation de Louis XVI, Convention, 11 décembre 1792

Chefs d’accusation les plus graves : haute trahison, double jeu politique avec les assemblées, complot avec l’ennemi autrichien, tentative de fuite à l’étranger (Varennes), responsabilité des morts lors des diverses journées révolutionnaires. De toute manière, la royauté est abolie, depuis le 21 septembre 1792, premier jour de la Convention, nouvelle assemblée.  Rien ni personne ne peut plus sauver l’ex-roi Louis XVI et Marie-Antoinette, l’Autrichienne à présent haïe.

Siècle des Lumières

Le règne commence bien : tous les espoirs se portent sur le roi de 20 ans, Louis XVI, et sa femme Marie-Antoinette, dauphine adorée depuis son arrivée en France. Mais pour réussir à sauver la monarchie absolue de droit divin, il aurait fallu « de la force et du génie », qualités faisant totalement défaut au nouveau roi. Retour sur une course à l’abîme dans le tome 4 des Chroniques de citations historiques (Feuilletez les 20 premières pages de notre livre électronique).

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !

Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € seulement le volume).

 

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire