Marquise de Sévigné : « La nouvelle du siège de Charleroi a fait courir tous les jeunes gens, même les boiteux. » | L’Histoire en citations
Marquise de Sévigné : « La nouvelle du siège de Charleroi a fait courir tous les jeunes gens, même les boiteux. »
Citation du jour

 

L’humour, 10e épisode : Siècle de Louis XIV.

Faute d’être royal, l’humour est assuré par les auteurs. Mme de Sévigné ne déçoit jamais, avec ses potins quotidiens. En plus acerbe, le mémorialiste Saint-Simon croque les mœurs de la cour et de la « bonne société ». Cependant que l’anonymat permet toujours de braver la censure.

« La nouvelle du siège de Charleroi a fait courir tous les jeunes gens, même les boiteux. »869

Marquise de SÉVIGNÉ (1626-1696), Lettre, mardi au soir, 10 août 1677 (posthume)

Les quelque 1 500 lettres à sa fille et qui nous restent de la géniale commère du siècle sont une savoureuse chronique du temps : la guerre y figure au même titre que le procès de son ami Fouquet, les potins de la cour ou les grandes créations théâtrales. Son humour fait merveille. Cela rappelle, en mieux encore, les Historiettes de Tallemant des Réaux, son contemporain.

Le siège est un grand classique des guerres de l’époque - le meilleur et le pire exemple étant La Rochelle (1628). Charleroi est un épisode de la guerre de Hollande. La ville (aujourd’hui en Belgique francophone) est créée à des fins militaires par les Espagnols en 1666 et ainsi nommée en l’honneur de leur nouveau roi, Charles II. Louis XIV s’en empare en mai 1667 – une victoire de Turenne. Vauban renforce les fortifications. Nouveau siège, en août 1677. Le maréchal de Luxembourg oblige Guillaume III d’Angleterre (prince d’Orange) à abandonner la place, le 14 août : « Le prince d’Orange peut se vanter d’une chose : c’est qu’aucun général à son âge n’a levé tant de sièges et perdu autant de batailles », ironise un seigneur anglais. Humour anglais, c’est de bonne guerre.

Toutes les citations ci-dessous sont commentées dans nos Chroniques en 10 volumes, qui racontent l’histoire de France de la Gaule à nos jours, en 3 500 citations numérotées, sourcées, replacées dans leur contexte, et signées par près de 1 200 auteurs.

« La duchesse de Bouillon alla demander à la Voisin un peu de poison pour faire mourir un vieux mari qu’elle avait qui la faisait mourir d’ennui. »884

Marquise de SÉVIGNÉ, Lettre, 31 janvier 1680

Le fait divers va devenir affaire d’État – c’est l’affaire des Poisons, première ombre portée au règne du Roi-Soleil. L’infatigable épistolière nous met dans la confidence, avec gourmandise. Le feuilleton a duré quatre ans, l’épilogue judiciaire sera vivement bâclé, par volonté du roi.

« Si j’étais accusé d’avoir volé les tours de Notre-Dame, je commencerais par m’enfuir. »843

Appréciation sur la justice attribuée à divers hauts magistrats à la fin du XVIIe siècle

La monarchie absolue va de pair avec un certain arbitraire, l’intervention du roi dans l’affaire des Poisons est un exemple - le scandale allait compromettre trop de monde à la cour, jusqu’à Racine et la Montespan, favorite du roi.

« Ci-gît l’auteur de tous impôts
Dont à présent la France abonde.
Ne priez point pour son repos
Puisqu’il l’ôtait à tout le monde. »892

Épitaphe (anonyme) de Colbert, 1683

Les ministres des Finances sont souvent impopulaires et Colbert, par sa rigueur, le fut tout particulièrement. Les épitaphes satiriques se multiplieront, au siècle suivant. La mort inspire l’humour plus que le respect.

« Qui est plus esclave qu’un courtisan assidu, si ce n’est un courtisan plus assidu ? »828

LA BRUYÈRE, Les Caractères (1688)

Avoir du talent facilite la vie des artistes à la cour, mais la vie du « pur » courtisan n’est pas une sinécure ! La cour de Versailles est un instrument du règne et un terrain d’observation pour ce moraliste. Œuvre publiée anonymement par prudence, immense succès, suivi de nombreuses éditions augmentées - revanche du talent et de l’esprit sur la naissance et la fortune.

« Si le financier manque son coup, les courtisans disent de lui : c’est un bourgeois, un homme de rien, un malotru ; s’il réussit, ils lui demandent sa fille. »836

LA BRUYÈRE, Les Caractères (1688)

Fait de société : de plus en plus nombreux sont les mariages entre gentilshommes pauvres et filles de riches roturiers. Un comportement utilitaire tend à remplacer le comportement traditionnel de la noblesse.

Dix chroniques de l'Histoire en citationsTous les commentaires de ces citations se trouvent dans la série des 10 Chroniques :

Les Chroniques, en 10 volumes, racontent l’histoire de France de la Gaule à nos jours, en 3 500 citations numérotées, sourcées, replacées dans leur contexte, et signées par près de 1 200 auteurs.

L’Histoire apparaît comme un scénario de film à grand spectacle, alternant avec une pièce de théâtre intime, toujours entre comédie et tragédie.

Elle s’incarne à travers toutes sortes de personnages. Les noms célèbres côtoient des inconnus, et le peuple, anonyme, occupe constamment la scène, prenant le premier rôle, de Révolution en Commune.

Toute époque tragique abonde en mots épiques et mots de la fin, mais l’esprit à la française résiste, même aux pires moments de la Terreur, des massacres ou des guerres.

Au fil des citations, l’action avance et rebondit, cependant que toutes les opinions et les passions s’expriment. Au final, il s’en dégage une réalité, voire une vérité historique, humaine et multiforme.

 

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire