Mauriac : « J’aime tellement l’Allemagne que je suis ravi qu’il y en ait deux. » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Quatrième République

Chronique

La reconstruction

La France sort de la guerre dans un triste état : détruite, ruinée, saignée (600 000 morts, dont 400 000 civils). Les Français s’unissent pour gagner la bataille de la reconstruction et de la production. Communistes, socialistes et chrétiens-démocrates (MRP) gouvernent ensemble et entreprennent de grandes réformes : nationalisations (gaz, électricité, banques, usines Renault), création de la Sécurité sociale. Mais la belle unité va vite se briser.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

« J’aime tellement l’Allemagne que je suis ravi qu’il y en ait deux. »2856

François MAURIAC (1885-1970). Le Temps d’un regard (1978), Jacques Chancel

Été 1945 : à Berlin, les vainqueurs délimitent quatre zones d’occupation. 1949 : la séparation en deux Allemagnes (RFA et RDA) est consacrée.

12 au 13 août 1961 : dans la nuit, le mur de la honte, symbole de la division du pays, se met en place pour stopper l’exode massif de Berlin-Est (capitale de la RDA) vers Berlin-Ouest (…)

« Produire, c’est aujourd’hui la forme la plus élevée du devoir de classe, du devoir des Français. Hier, notre arme était le sabotage, l’action armée contre l’ennemi : aujourd’hui l’arme, c’est la production pour faire échec aux plans de la réaction. »2857

Maurice THOREZ (1900-1964), Secrétaire général du PCF, 21 juillet 1945 à Waziers. Histoire économique de la IVe République (1987), Hubert Bonin

Il parle devant ses camarades du « pays noir » – celui des mines de charbon. La droite se tait, le patronat est désorganisé, il doit se faire pardonner son absence dans la Résistance. Cette conjoncture économique et politique favorisera les nationalisations.

« En 1944, les Français étaient malheureux, maintenant ils sont mécontents. C’est un progrès. »2858

Charles de GAULLE (1890-1970), chef du gouvernement provisoire, octobre 1945. De Gaulle, l’exil intérieur (2001), Jacques Baumel

La France est libre, les nationalisations ont commencé, la Sécurité sociale est créée par ordonnance, mais les conditions de vie des Français restent très dures : pain rationné et cartes d’alimentation pour la plupart des produits, charbon rare et production désorganisée.

« L’existentialisme est un humanisme. »2859

Jean-Paul SARTRE (1905-1980), Salle des Centraux, 29 octobre 1945. L’Existentialisme est un humanisme (1948), Jean-Paul Sartre

Thème de sa conférence, et titre de l’essai qui résume sa philosophie.

Moraliste confronté aux problèmes de l’après-guerre, attaqué par les communistes et par certains catholiques, il fait scandale, il fait salle comble. Toute une génération va vivre à l’heure des engagements sartriens plus ou moins bien compris (…)

« Je ne croyais pas pouvoir leur [les communistes] confier aucun des trois leviers qui commandent la politique étrangère, savoir : la diplomatie qui l’exprime, l’armée qui la soutient, la police qui la couvre. »2860

Charles de GAULLE (1890-1970). De Gaulle, volume II (1990), Jean Lacouture

21 novembre 1945 : de Gaulle est porté à la présidence du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) par l’unanimité des 565 députés élus le 21 octobre : communistes, MRP et socialistes sont les grands gagnants, radicaux et modérés, les perdants.

Lors de la constitution de son gouvernement, de Gaulle ne donne aux communistes aucun des trois ministères clés qu’ils réclament, mais il leur confie d’importants ministères économiques et sociaux – et la Fonction publique à Maurice Thorez, toujours secrétaire du PCF (de 1930 à 1964).

« Les néophytes de la révolution […] ont exigé des nationalisations immédiates. Les nouveaux dieux ont soif. »2861

Joseph LANIEL (1889-1975), Assemblée nationale constituante, 2 décembre 1945. Annales, Débats (1946), Assemblée nationale

(…) La vague des nationalisations en 1945-1946, comme hier en 1936 et demain en 1981-1982, revêt une importance mythique autant que pratique. Pour de Gaulle, la raison principale de cette grande réforme de structure est de mettre un instrument décisif « entre les mains de la Nation ». Il y a aussi une volonté de revanche sur les puissances d’argent. Et de Gaulle ne manque pas de rappeler au patronat désorganisé son absence à Londres et dans la Résistance. Dans cette conjoncture économique et politique, la droite minoritaire et pas très fière ne pourra guère s’opposer aux nationalisations voulues par de Gaulle et la gauche.

Vous avez aimé ces citations commentées ?

Vous allez adorer notre Histoire en citations, de la Gaule à nos jours, en numérique ou en papier.

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

L'Histoire en citations -

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire