Napoléon Bonaparte : « Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle. » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Premier Empire

Personnage de Napoléon Ier, super-star.

Voir aussi Napoléon Bonaparte, au Directoire.

Adoré ou détesté, Napoléon ne laisse jamais indifférent. C’est le personnage le plus marquant de l’histoire mondiale, après Jésus et avant Mahomet - dernières statistiques sur le Net.

La documentation est pléthorique. L’Histoire en citations revient naturellement aux (bonnes) sources, à commencer par le Mémorial de Sainte-Hélène, ses Discours, ses Lettres, sans oublier les témoins et tous les historiens.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

« Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle. »1766

Napoléon BONAPARTE (1769-1821), Discours de Lyon, 1791

Les premiers mots retenus par l’histoire. Bonaparte, 22 ans, lieutenant d’artillerie, participe au concours ouvert par l’Académie de Lyon. Le thème : l’éducation à donner aux hommes pour les mettre sur le chemin du bonheur – d’où l’autre nom, « Discours sur le bonheur » (…) Du chef de brigade à l’empereur déchu, l’aventure dure vingt-deux ans. C’est assez pour en faire « le plus grand héros de tous les temps » (Encyclopædia Britannica) (…)

« Je suis annulé de la nature humaine ! j’ai besoin de solitude et d’isolement ; la grandeur m’ennuie ; le sentiment est desséché ; la gloire est fade ; à 29 ans, j’ai tout épuisé. »1767

Napoléon BONAPARTE (1769-1821), Lettre à Joseph Bonaparte, Le Caire 25 juillet 1799. Dictionnaire des citations françaises, Le Robert

C’est moins un mot historique (après la victoire d’Aboukir) qu’un diagnostic de dépression nerveuse – brève, il va aussitôt quitter l’Égypte et rentrer à Paris préparer son coup d’État. Hyperactif quasi maladif, infatigable battant, il songe au suicide, à 17 ans. Il fera plusieurs tentatives, à Arcis-sur-Aube où il se bat, à Fontainebleau après l’abdication où il use du poison, à l’île d’Elbe, lieu du premier exil (…) Brèves faiblesses d’un homme fort.

« On ne conduit le peuple qu’en lui montrant un avenir : un chef est un marchand d’espérances. »1768

NAPOLÉON Ier (1769-1821), Maximes et pensées

Précisant cette pensée, il dira aussi : « L’imagination gouverne le monde » (Mémorial) (…) « On ne peut gouverner l’homme que par l’imagination ; sans l’imagination, c’est une brute ! Ce n’est pas pour cinq sous par jour ou pour une chétive distinction que l’on se fait tuer ; c’est en parlant à l’âme que l’on électrise l’homme. » Un message qui a dû plaire au général de Gaulle, grand admirateur de l’empereur.

« Un conquérant, c’est un joueur déterminé qui prend un million d’hommes pour jetons et le monde entier pour tapis. »1769

Comte de SÉGUR (1753-1830), Histoire de Napoléon et de la Grande Armée (1824)

(…) Joueur, Napoléon le fut souvent sur les champs de bataille et le million est le chiffre qui revient toujours – considérable pour l’époque. Il joue aussi en politique, d’abord avec le coup d’État de Brumaire (novembre 1799), où il joue son destin à quitte ou double (…) « La politique, c’est jouer aux hommes », cité par Chateaubriand qui connaît la fin de l’histoire et ajoute : « Hé bien ! il a tout perdu à ce jeu abominable, et c’est la France qui a payé sa perte » (Mémoires d’outre-tombe).

« Napoléon, Monsieur le Vidame, eut une autre femme que Joséphine et que Marie-Louise. Cette compagne […] porte un manteau d’azur constellé d’étoiles, elle est couronnée de lauriers […] la croix d’honneur brille sur sa poitrine […] Elle se nomme la Gloire. »1770

Anatole FRANCE (1844-1924), Le Crime de Sylvestre Bonnard (1881)

Dès 1797, Bonaparte prédit cet engrenage du destin : « Mon pouvoir tient à ma gloire, et ma gloire aux victoires que j’ai emportées. Ma puissance tomberait si je ne lui donnais pour base encore de la gloire et des victoires nouvelles. La conquête m’a fait ce que je suis, la conquête seule peut me maintenir » (cité dans les Mémoires de Roederer).

« Le cœur d’un homme d’État doit être dans sa tête. »1771

NAPOLÉON Ier (1769-1821). Mémorial de Sainte-Hélène (1823), Las Cases

Priorité donnée à la raison, à l’intelligence : « J’ai toujours aimé l’analyse : « pourquoi » et « comment » sont des questions si utiles qu’on ne saurait trop se les poser. » Mais il fait la part des choses : « Il faut donner les deux tiers à la raison, et l’autre tiers au hasard. Augmentez la seconde fraction, vous serez téméraire ; augmentez la première, vous serez pusillanime. » (…)

« La haute politique n’est que le bon sens appliqué aux grandes choses. »1772

NAPOLÉON Ier (1769-1821), Maximes et pensées. Histoire du Consulat et de l’Empire (1937-1953), Louis Madelin

Pragmatisme évident, maintes fois confessé dans sa politique religieuse. Mais l’empereur dit aussi : « En politique, une absurdité n’est pas un obstacle. » Et d’ajouter : « Lorsqu’on s’est trompé, il faut persévérer ; cela donne raison » (Maximes et Pensées). Le problème étant son entêtement forcené, dans la solitude du pouvoir où il n’admet plus aucun contradicteur, et son déni de la réalité, à la fin de l’histoire (…)

« On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus. »1773

NAPOLÉON Ier (1769-1821), Maximes et pensées

L’empereur est sans illusion sur la nature humaine. « J’ai fait des courtisans, je n’ai jamais prétendu me faire des amis. » Les vraies fidélités, il les trouvera dans la Grande Armée, chez ses généraux comme chez les soldats.

« Quand j’ai besoin de quelqu’un, je n’y regarde pas de si près, je le baiserais au cul. »1774

NAPOLÉON Ier (1769-1821). Mémoires du général de Caulaincourt, duc de Vicence, grand écuyer de l’empereur (posthume, 1933)

Caulaincourt fut aide de camp de Bonaparte en 1802, ambassadeur en Russie de 1807 à 1811. Étonnante parole, aveu rarement cité.

« Je sais, quand il le faut, quitter la peau du lion pour prendre celle du renard. »1775

NAPOLÉON Ier (1769-1821). Mémoires du prince de Talleyrand (posthume, 1891)

Talleyrand a eu tout loisir d’observer l’homme, du Directoire jusqu’à la fin de l’Empire, et d’apprécier en connaisseur ses talents. Napoléon est né sous le signe astral du lion, le 15 août 1769. Pour compléter le bestiaire napoléonien, il a pris pour symboles l’aigle impérial et les abeilles, qui renvoient à l’Antiquité romaine.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire