Les tops et les flops de 2018 | L’Histoire en citations
Citation du jour

Second Empire citationsDernières nouvelles de… 2018. Avant d’attaquer 2019 et pendant une semaine, la « citation du jour » reprend les citations de l’an passé, classées en TOP et FLOP - sur Facebook, critère de sélection.

L’Histoire en citations a des noms vedettes, des thèmes porteurs, des périodes préférées des amateurs. Elle a aussi pour vocation de donner la parole au peuple anonyme (chansons, affiches, slogans) et de ressusciter des Noms oubliés. Rappelez-vous…

Feuilletez nos Chroniques pour tout savoir.

1. Les deux tops les plus surprenants.

« On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels. »2641

Anatole FRANCE (1844-1924), L’Humanité, 18 juillet 1922

La Mêlée des pacifistes, 1914-1945 (2000), Jean-Pierre Biondi.

Top des tops, étonnant gagnant, avec 43 100 personnes touchées sur Facebook. Belle occasion de remettre en vedette un nom qui le mérite, parfait représentant de l’intellectuel type à sa belle époque.

Prix Nobel de littérature en 1921, Anatole France prête son appui au socialisme, puis au communisme naissant. Animé d’une « ardente charité du genre humain », souvent engagé dans des luttes politiques (aux côtés de Zola dans l’Affaire Dreyfus), il se garde de tout dogmatisme et se méfie de toutes les mystiques.

Quant à cette citation, elle vaut encore un siècle plus tard : les liens entre la politique et l’économie, l’imbrication de la haute administration, du monde des affaires et du personnel politicien deviennent encore plus évidents. Et le problème de l’engagement se pose aux intellectuels.

« Des Français, c’est un comble ! »2829

Wilhelm KEITEL (1882-1946), à la signature de la capitulation allemande, Berlin, 8 mai 1945

Maréchal allemand, commandant suprême des forces armées (par ailleurs ministre de la Guerre d’Hitler), il signe la capitulation. La présence du maréchal de Lattre de Tassigny, voulue par de Gaulle et signant pour la France, fait s’exclamer le vaincu.

La citation vaut surtout par le contexte, mais c’est le cas d’une majorité de citations.

2. Deux flops aussi surprenants que décevants.

« Vous allez peut-être m’accuser d’opportunisme ! Je sais que le mot est odieux. Pourtant je pousse encore l’audace jusqu’à affirmer que ce barbarisme cache une vraie politique. »2468

Léon GAMBETTA (1838-1882), Chambre des députés, 21 juin 1880

Avocat de métier, tribun par nature, il plaide pour l’amnistie totale des communards. À cette occasion est lancé le mot qui va faire fortune en politique, les opportunistes devenant les disciples de Gambetta après sa mort accidentelle et prochaine, à 44 ans (1882).

Un vrai regret, ne pas avoir assez bien « vendu » Gambetta, grand Républicain à l’égal de Clemenceau.  
 
485 amateurs sur Facebook, c’est l’un des moins bons scores.

« Gambetta […] ce n’est pas du français, c’est du cheval ! »2465

Jules GRÉVY (1807-1891)

Deux avocats, deux républicains, trente ans les séparent et la haine éclate au grand jour. Président de la Troisième République élu en 1879, on peut apprécier (ou pas) son humour, mais cette vanne ne vaut que par et pour le Nom visé.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire