Proudhon : « La propriété, c'est le vol. » | L’Histoire en citations
Proudhon : « La propriété, c'est le vol. »
Citation du jour

 

Proudhon et le socialisme (à la française). Un duo qui tourne vite au duel : contre Karl Marx et bientôt à l’épreuve des faits.

Proudhon s’oppose en un vrai duel parlé, livresque et théorique à l’autre grand socialiste du siècle, l’allemand Karl Marx, maître à penser du communisme devenu international, au XXe siècle. Conflit arbitré par Victor Hugo qui a pris goût à la politique de gauche et va se battre sur tous les fronts.

« La propriété, c’est le vol. »2102

Pierre Joseph PROUDHON (1809-1865), Qu’est-ce que la propriété ? (1840)

Cette formule retentissante schématise la pensée de l’auteur, qui en est cependant très fier : « Cette proposition fera le tour du monde et causera plus d’émoi que la cocarde de La Fayette. » En plus, c’est vrai.

L’homme est attachant, ne serait-ce que par cet aveu : « Je sais ce que c’est que la misère. J’y ai vécu. Tout ce que je sais, je le dois au désespoir. » Ce fils d’une cuisinière et d’un tonnelier est le seul théoricien révolutionnaire issu d’un milieu populaire, au XIXe siècle.

Il va critiquer le communisme de Marx (grand bourgeois) dans La Philosophie de la misère (1846) et Marx lui répond dans La Misère de la philosophie (1847), le traitant, insulte suprême, de « petit-bourgeois constamment ballotté entre le Travail et le Capital, entre l’économie politique et le communisme ».

« Il ne s’agit pas de tuer la liberté individuelle, mais de la socialiser. »2046

Pierre Joseph PROUDHON (1809-1865), Système des contradictions économiques (1846)

Proudhon est le socialiste français numéro un de cette époque, pas seulement pour sa fameuse question-réponse qui fit si peur aux bourgeois : « Qu’est-ce que la propriété ? C’est le vol. »

Individualiste farouche, affirmant que « le gouvernement de l’homme par l’homme, sous quelque nom qu’il se déguise, est oppression », Proudhon est à la fois le père de l’anarchisme, le fondateur du système mutualiste et l’ancêtre du syndicalisme – les syndicats ne seront autorisés par la loi qu’en 1884.

« Puissent les classes dirigeantes trembler à l’idée d’une révolution communiste ! Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! »2136

Karl MARX (1818-1883) et Friedrich ENGELS (1820-1895), Manifeste du parti communiste (1848)

Derniers mots du célèbre Manifeste.

Les classes dirigeantes – mais aussi une partie des classes populaires bientôt reprises en main par les notables – vont si bien trembler que les prolétaires perdent à nouveau ce combat social, sous la IIe République (1848-1851). Ce n’est qu’un épisode de la lutte des classes : le Manifeste en donne une théorie qui va marquer le monde pendant un siècle, et changer plusieurs fois le cours de l’Histoire.

« Périsse l’humanité plutôt que le principe ! C’est la devise des utopistes comme des fanatiques de tous les siècles. Le socialisme, interprété de la sorte, est devenu une religion […] qui au XIXe siècle est ce qu’il y a de moins révolutionnaire. »2137

Pierre-Joseph PROUDHON (1809-1865), Idée générale de la Révolution au XIXe siècle (1851)

La bataille des grandes idées est toujours violente. Représentant du socialisme à la française, épouvantail pour la bourgeoisie de la Monarchie de Juillet longtemps traumatisée par son fameux « Qu’est-ce que la propriété ? C’est le vol ! », très opposé au communisme de Marx dans La Philosophie de la misère (1846), lequel lui a répondu encore plus violemment dans La Misère de la philosophie (1847), le traitant de « petit-bourgeois constamment ballotté entre le Travail et le Capital, entre l’économie politique et le communisme ».

Proudhon, député en 1848, impatient d’être « la voix du peuple » dont il est issu, se retrouvera en prison pour crime d’opposition à Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III.

« Le vrai socialisme, ce n’est pas le dépouillement d’une classe par l’autre, c’est-à-dire le haillon pour tous, c’est l’accroissement, au profit de tous, de la richesse publique […] Quant au communisme, je n’ai jamais eu pour idéal un damier. Je veux l’infinie variété humaine. »2138

Victor HUGO (1802-1885), Avant l’exil (discours 1841-1851)

L’un des plus brillants députés de la IIe République. Hugo se veut l’« écho sonore » de son siècle, successivement libéral sous la Restauration, réservé puis favorable à Louis-Philippe sous la Monarchie de Juillet, encore monarchiste pour les beaux yeux de la duchesse d’Orléans et hostile à l’émeute pendant la Révolution de 1848, puis partisan du prince Louis-Napoléon, avant d’en devenir le plus talentueux opposant, quand il voit poindre le dictateur.

Mais Hugo demeure fidèle à un idéal humanitaire, toujours généreux, luttant contre la misère du peuple, l’injustice sociale, la peine de mort, les restrictions à la liberté de la presse avec une constance et un courage qui le forceront à l’exil.

Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

La misère ouvrière s’aggrave, les idées socialistes (Proudhon) et communistes (Marx) se répandent… retour sur ces idées révolutionnaires dans le tome 7 des Chroniques de citations historiques (Feuilletez les 20 premières pages de notre livre électronique).

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !

Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € seulement le volume).

Enregistrer

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire