Rousseau : « La nature a fait l'homme heureux et bon, mais... » | L’Histoire en citations
Rousseau La nature a fait l'homme heureux et bon
Citation du jour

« La nature a fait l’homme heureux et bon, mais […] la société le déprave et le rend misérable. »1035

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), Dialogues : Rousseau juge de Jean-Jacques (1772-1776)

Ce postulat fonde toute son œuvre politique, pédagogique, morale, religieuse, romanesque.
 
On le trouve dès 1750 dans le Discours sur les sciences et les arts : « Nos âmes se sont corrompues à mesure que nos sciences et nos arts se sont avancés à la perfection. » Il récidive avec sa Lettre à d’Alembert sur les spectacles (1758) qui dit les dangers du théâtre en général et de Molière en particulier, « école de mauvaises mœurs ». Rousseau en fait aussi tout un roman par lettres, « best-seller » du temps (plus de 70 éditions en quarante ans), hymne à la nature, la vertu et la passion : Julie ou la Nouvelle Héloïse (1761).

Ce « barbare » qui dénonce le faux progrès de la civilisation des Lumières heurte tous les autres philosophes !

« J’ose presque assurer que l’état de réflexion est un état contre nature et que l’homme qui médite est un animal dépravé. »1036

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755)

C’en est trop. Cette petite phrase va, naturellement, faire réagir Voltaire, vivement : « J’ai reçu, Monsieur, votre nouveau livre contre le genre humain… On n’a jamais employé tant d’esprit à vouloir nous rendre bêtes. Il prend envie de marcher à quatre pattes, quand on lit votre ouvrage. » Lettre à Jean-Jacques Rousseau, 30 août 1755.

Quelle provocation lancée à ce siècle épris de raison et à tous ses confrères qui font métier de penser ! Mais le Discours sur l’inégalité est un brûlot dangereux à bien d’autres égards, pour la société de l’Ancien Régime, fondamentalement inégalitaire. Son traité sur l’éducation, autre œuvre majeure, est également révolutionnaire à sa manière.

« Il n’y a qu’une science à enseigner aux enfants, c’est celle des devoirs de l’homme. »1050

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), L’Émile ou De l’Éducation (1762)

Pas de société saine sans des hommes sains. Idéal pédagogique : préserver la liberté naturelle de l’enfant. Rousseau, qui doit beaucoup au sage Montaigne, s’inspire aussi de son expérience d’autodidacte : « L’essentiel est d’être ce que nous fit la nature ; on n’est toujours que trop ce que les hommes veulent que l’on soit. »

Immense succès de ce traité sur l’éducation : des mères se mettent à allaiter leurs enfants, on cesse d’emmailloter les nouveau-nés comme des momies et d’imposer les baleines aux corps des petites filles.

Cette « régénération » morale profite aussi aux esprits : « Il me semble que l’enfant élevé suivant les principes de Rousseau serait Émile, et qu’on serait heureux d’avoir Émile pour son fils », dira Mme de Staël en 1788.

Moins heureux furent les cinq enfants de Rousseau et Thérèse Levasseur, abandonnés aux Enfants trouvés. C’est clairement une ombre portée sur l’homme, même ses défenseurs doivent en convenir. Quand Voltaire écrit son Traité sur la tolérance, il s’engage intellectuellement et se bat durant trois ans pour obtenir la réhabilitation de Calas, victime d’une erreur judiciaire. Voilà pourquoi Voltaire, courtisan et privilégié, est paradoxalement plus populaire que Rousseau.

« La femme est faite pour céder à l’homme et pour supporter même son injustice. »1051

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), L’Émile ou De l’Éducation (1762)

Peut-on parler d’une ombre à la philosophie des Lumières, dans un siècle où les femmes, reines en leurs salons littéraires, ont aussi une influence dans la politique et l’art ? Sans doute.

Et Rousseau précise : « Toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce : voilà les devoirs des femmes dans tous les temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès l’enfance. » Bref, la petite Sophie ne partira pas avec les mêmes chances dans la vie que le petit Émile !

Malgré tout, le bilan de Rousseau est positif, sur le plan social aussi bien que politique. Dernier témoignage à décharge d’un éminent encyclopédiste, Condorcet.

« Si les corps des enfants ne sont plus oppressés par des ressorts de baleine, si leur esprit n’est plus surchargé de préceptes, si leurs premières années du moins échappent à l’esclavage et à la gêne, c’est à Rousseau qu’ils le doivent. »1193

Marquis de CONDORCET (1743-1794), en 1774

Lettres d’un théologien, Œuvres complètes de Condorcet, volume X (1804)

Disciple des physiocrates, auteur de plusieurs articles d’économie politique dans l’Encyclopédie, ce philosophe et mathématicien, qui va jouer un rôle politique sous la Révolution, rend ainsi hommage à l’auteur de l’Émile (publié en 1762).

Les idées des philosophes parfois ont changé la vie, avant de révolutionner la France.

Lire aussi :

Siècle des Lumières

 

À ce rythme - 4 citations par jour - les 10 Chroniques de l’Histoire en citations sont à vous dans trois ans. Encore trois ans et vous aurez aussi le Dictionnaire. Mais que de temps perdu !


Faites un tour dans la Boutique, feuilletez les 20 premières pages de chaque volume et voyez si ça vaut le coût (4 € le volume).

 

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire