Villeroi : « Sire, tout ce peuple est à vous. » | L’Histoire en citations
Citations préférées

 

Siècle des Lumières. Avant le règne personnel de Louis XV.
Régence (fin).

Entrée en scène de Louis XV dans le rôle du Bien-Aimé.

L’enfant-roi séduit son peuple à 10 ans et son oncle le Régent l’initie au métier à sa majorité (13 ans). Il n’est pas à très bonne école et l’élève n’est pas vraiment doué. Cette évidence deviendra politiquement dramatique, au fil du règne.

À la mort du Régent (1723), le jeune roi Louis XV, Beau comme l’Amour, adoré du peuple, plein d’un sang bourbon bouillonnant, est bientôt marié à la princesse de Pologne Marie Leczinska. Ce sera l’un des nombreux couples royaux mal assortis de l’histoire. Pourtant, tout commence bien, par des chansons, par une nuit de noces heureuses. Nul ne songe à regretter l’équipe au pouvoir, le Régent et Dubois, le « maquereau » vénal et libertin. Le duc de Bourbon « assure » mal, dans le rôle de Premier ministre. Il a tout pour déplaire et se rend très impopulaire en trois ans.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

« Sire, tout ce peuple est à vous. »1085

Maréchal de VILLEROI (1644-1730), au petit roi âgé de 10 ans, 25 août 1720

Analyse raisonnée de l’histoire de France (1845), François René de Chateaubriand.

Ami d’enfance de Louis XIV, militaire fameux pour ses défaites plus que ses victoires, moqué à la cour et chansonné dans la rue, il n’en est pas moins gouverneur de Louis XV enfant. Il lui désigne, d’un balcon des Tuileries, la foule venue le voir et l’acclamer, le jour de la Saint Louis (…) Le futur roi en aura l’horreur de la foule, des ovations et des mouvements de peuple (…)

« Ah ! Ah ! Monsieur est Persan ! C’est une chose bien extraordinaire ! Comment peut-on être Persan ? »1086

MONTESQUIEU (1689-1755), Lettres Persanes (1721)

(…) L’auteur de L’Esprit des lois (1748) a commencé par un petit ouvrage plaisant (…) Sa réputation de bel esprit est faite et sa critique des mœurs séduit le public des salons (…) Il raille la curiosité naïve et indiscrète des Parisiens pour tout ce qui sort de l’ordinaire (…) Cette curiosité « encyclopédique » sera l’une des qualités du siècle des Lumières.

« On a déjà dit que le pape était le meilleur cuisinier qu’il y eut, qu’il avait fait d’un maquereau un rouget. »1087

Edmond Jean-François BARBIER (1689-1771), Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV (posthume, 1866)

Témoin du temps, il note tout (…) Ici, l’accès au cardinalat de l’abbé Dubois, le 16 juillet 1721. L’abbé est passé de sous-diacre à archevêque de Cambrai en quelques semaines - ordonné prêtre la veille. « Ne pourrait-on pas aussi lui donner le baptême ? » demandent les mauvais plaisants (…) Petit homme infatigable, fils d’un pauvre apothicaire, il veut tout : les responsabilités ministérielles et la pourpre (…)

« On vit en débauche ouverte à Versailles. »1088

Mathieu MARAIS (1665-1737), Journal, 31 juillet 1722

Versailles donne le ton à Paris, la Régence est une période frénétique (…) La Palatine (mère du Régent) écrit : « La débauche est générale et affreuse. Toute la jeunesse de l’un et l’autre sexe mène en France une vie des plus répréhensibles […] leur conduite me semble celle des cochons et des truies. » (…) La France profonde, est aussi celle dont Chardin donnera l’image (…) celle des salons littéraires, des cafés et des clubs où les philosophes répandent leurs idées.

« Je supplie Votre Majesté de ne pas être effrayée de ce qu’elle n’entendra pas d’abord […] Chaque chose se développera l’une après l’autre d’elle-même, et sans qu’Elle s’en aperçoive, les affaires où Elle croira n’entendre rien lui deviendront insensiblement familières. »1089

Philippe d’ORLÉANS (1674-1723). Louis XV (1980), Pierre Gaxotte

Le jeune roi atteint l’âge de la majorité légale (13 ans) et le Régent, son oncle, commence à l’initier à son métier de roi : le 22 août 1722, à dix heures et demie du matin. Le cardinal Dubois dirige la rédaction des leçons royales confiées à d’éminents spécialistes dont la sagesse est grande. Exemple : « Le Roi ne peut être riche qu’autant que ses sujets le sont. »

« On se souviendra longtemps qu’il ressemblait à l’Amour. »1090

Marquis d’ARGENSON (1694-1757), lors du sacre, en la cathédrale Notre-Dame de Reims, 25 octobre 1722. Journal et Mémoires du marquis d’Argenson (posthume, 1859)

Le marquis est sous le charme du jeune roi (…) Louis XV restera « le Bien-Aimé » pour l’histoire, même s’il finit détesté par son peuple. Les contemporains de son adolescence, unanimes, évoquent sa séduction et sa prestance, la grâce qu’il met à danser, monter à cheval, passer les troupes en revue.

« Nous l’avons vu mourir fort âgé et oublié comme il arrive à tous ceux qui n’ont eu que de grands événements sans avoir fait de grandes choses. »1091

VOLTAIRE (1694-1778), Le Siècle de Louis XIV (1751)

Le duc de Lauzun, maréchal de France, meurt en 1723, à 90 ans. Courtisan plein d’ambition et sans scrupules, favori de Louis XIV qui, lassé de ses impertinences, l’a fait embastiller, il épousa la Grande Mademoiselle à l’immense fortune, passa en Angleterre où il assista à la révolution de 1688 (…) Marié en secondes noces à la belle-sœur de Saint-Simon qui dit de lui : « On ne rêve pas comme il a vécu. »

« Dubois, gardé par Cerbère,
Dit en voyant le Régent :
— Monsieur, que venez-vous faire ?
Ce pays est sans argent. »1092

Sur la mort du Régent (1723), chanson. Chansonnier historique du XVIIIe siècle (1879), Émile Raunié

Dubois meurt le 10 août 1723, le Régent le suit de peu, le 10 décembre. Louis XV a 13 ans et le duc de Bourbon, bête, borgne, très laid mais très riche, va être Premier ministre pendant trois ans. Le temps de se rendre impopulaire au petit peuple comme aux Grands, aux commerçants comme aux ouvriers et aux paysans. Et d’arranger le mariage du roi.

« Où trouver une fille charmante
Pour donner au roi Louis ?
Où trouver une ligue puissante
Contre tous ses ennemis ? »1093

Où trouver une fille charmante ? (1725), chanson. Histoire de France par les chansons (1982), France Vernillat, Pierre Barbier

Le peuple qui adore son petit roi chante, tandis que la cour cherche… l’alliance la plus profitable. C’est tout un feuilleton. Trois ans pour aligner rien moins que 17 princesses, choisies parmi 99 possibilités (…) On se rabat sur la plus pauvre, fille d’un roi (de Pologne) sans royaume, Marie Leczinska. Au grand dam des autres cours d’Europe.

« Le roi déclara hier son mariage et je vous assure que l’on ne peut être plus gai ni désirer plus vivement l’arrivée de la princesse ; il nous a promis que dix mois après son mariage, il serait père. »1094

Maréchal de VILLARS (1653-1734), 28 mai 1725. Mémoires du maréchal de Villars (posthume, 1904)

L’adolescent, très pieux, se réserve pour sa femme, mais son sang Bourbon bouillonne, face à toutes les jeunes beautés de la cour, impatientes de lui plaire. En attendant le mariage, la chasse est l’exutoire de sa vitalité et restera plus tard, avec l’amour, son passe-temps favori (…)

« La princesse de Pologne avait près de vingt-deux ans, bien faite et aimable de sa personne, ayant d’ailleurs toute la vertu, tout l’esprit, toute la raison qu’on pouvait désirer dans la femme d’un roi qui avait quinze ans et demi. »1095

Maréchal de VILLARS (1653-1734), 28 mai 1725. Mémoires du maréchal de Villars (posthume, 1904)

La vertu est indiscutable et le demeura. Peut-être le bonheur la fit-elle jolie un temps. Mais son propre père, le roi de Pologne, assurait n’avoir jamais connu de reines plus ennuyeuses que sa femme et sa fille ! Or Louis XV, de nature mélancolique, a surtout besoin de légèreté, de gaieté, d’esprit. On ne peut donc imaginer couple plus mal assorti (…)

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire