Rousseau : « Toute loi que le peuple en personne n'a pas ratifiée est nulle ; ce n'est point une loi. » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Siècle des Lumières. Les philosophes.
Jean-Jacques Rousseau (fin)

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

« Toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle ; ce n’est point une loi. »1044

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), Du contrat social (1762)

La démocratie pure, gouvernement du peuple par le peuple, régime idéal, est peu viable (…) La monarchie, gouvernement d’un seul, est le régime le plus fort, mais le pire, car « les rois veulent être absolus ». L’aristocratie héréditaire est aussi néfaste. Reste l’aristocratie élective, gouvernement par une minorité d’élus, « l’ordre le meilleur et le plus naturel » pour la France.

« Le gouvernement démocratique convient aux petits États, l’aristocratique [gouvernement aristocratique] aux médiocres [moyens], le [gouvernement] monarchique aux grands. »1045

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), Du contrat social (1762)

La démocratie pure, gouvernement du peuple par le peuple, régime idéal, est peu viable (…) La monarchie, gouvernement d’un seul, est le régime le plus fort, mais le pire, car « les rois veulent être absolus ». L’aristocratie héréditaire est aussi néfaste. Reste l’aristocratie élective, gouvernement par une minorité d’élus, « l’ordre le meilleur et le plus naturel » pour la France.

« Si l’on recherche en quoi consiste précisément le plus grand bien de tous, qui doit être la fin de tout système de législation, on trouvera qu’il se réduit à deux objets principaux, la liberté et l’égalité. »1046

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), Du contrat social (1762)

À l’inverse de Montesquieu et Voltaire, Rousseau subordonne la liberté à l’égalité politique, voire économique, et à la souveraineté de la nation. Les révolutionnaires le porteront au Panthéon (1794) après une pétition faisant de lui le « premier fondateur de la Constitution française » (…)

« Tant qu’un peuple est contraint d’obéir et qu’il obéit, il fait bien ; sitôt qu’il peut secouer le joug et qu’il le secoue, il fait encore mieux. »1047

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), Du contrat social (1762)

C’est le droit à l’insurrection, et même le devoir, quand le contrat social est violé. Il sera reconnu dans l’éphémère Constitution de 1793.

« Le sang d’un seul homme est d’un plus grand prix que la liberté de tout le genre humain. »1048

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), Lettre à Mme***, 27 septembre 1766. Correspondance

Il a la violence en horreur. Mais tous les philosophes dont les hommes de la Révolution se réclameront auraient sans doute désavoué le tournant qu’elle prendra sous la Terreur.

« Si l’on n’eût écouté que ce que Dieu a dit au cœur de l’homme, il n’y aurait jamais eu qu’une seule religion sur terre. »1049

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), Profession de foi du Vicaire savoyard (1762)

Apôtre de la religion naturelle, il dresse contre les religions révélées un réquisitoire applaudi par Voltaire. Le Contrat social prévoit l’institution d’un culte civil, lien mystique entre les citoyens. D’où l’éloge appuyé de Robespierre dans son discours du 18 floréal an II sur le culte de l’Être suprême.

« Il n’y a qu’une science à enseigner aux enfants, c’est celle des devoirs de l’homme. »1050

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), L’Émile ou De l’Éducation (1762)

Pas de société saine sans des hommes sains. Idéal pédagogique : préserver la liberté naturelle de l’enfant. Rousseau, qui doit beaucoup à Montaigne, s’inspire aussi de son expérience d’autodidacte : « L’essentiel est d’être ce que nous fit la nature ; on n’est toujours que trop ce que les hommes veulent que l’on soit. » Immense succès de ce traité sur l’éducation (…)

« La femme est faite pour céder à l’homme et pour supporter même son injustice. »1051

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), L’Émile ou De l’Éducation (1762)

Une ombre à la philosophie des Lumières, dans un siècle où les femmes, reines en leurs salons littéraires, ont une influence dans la politique et l’art. Il précise : « Toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler (…) »

« Proposez ce qui est faisable, ne cesse-t-on de me répéter. C’est comme si l’on me disait : proposez de faire ce que l’on fait […] Pères, mères, ce qui est faisable est ce que vous voulez faire. »1052

Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), L’Émile ou De l’Éducation (1762)

Toute la Révolution va marcher dans l’élan de ce « vouloir, c’est pouvoir », appliqué aux choses politiques, et comparable deux siècles plus tard au fier slogan de Mai 68 : « Soyons réalistes, demandons l’impossible. »

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire