Chanson : « Veillons au salut de l'Empire ! Veillons au maintien de nos droits ! Si le despotisme conspire, Conspirons la perte des rois. » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Premier Empire

(18 mai 1804, sénatus-consulte proclamant Napoléon Bonaparte empereur des Français - 4-6 avril 1814, abdication de l’empereur)

Prologue

La parole impériale est encore plus claire, même si le bonapartisme annonçait déjà la couleur, en actes et en mots.

Les témoins et surtout les historiens de cette incroyable décennie feront la part entre la légende dorée qui survit dans la mémoire collective, et la légende noire de l’Ogre corse… jusqu’à la tragédie finale.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

« Veillons au salut de l’Empire ! Veillons au maintien de nos droits ! Si le despotisme conspire, Conspirons la perte des rois. »1754

Adrien-Simon BOY (1768-1795), paroles, et Nicolas-Marie DALAYRAC (1753-1809), musique,
Veillons au salut de l’empire (1791)

Le Cri des peuples (1817), Alexandre Drevel.

Chant patriotique écrit par le chirurgien-chef de l’armée du Rhin en 1791, sur fond de guerre et de jacobinisme révolutionnaire (…) L’« empire » signifie alors l’État, la patrie. Napoléon apprécie cet hymne révolutionnaire qui devient hymne impérial, où l’Empire prend un nouveau sens et une majuscule. Le chant revient à la mode et l’on oublie la suite des paroles « politiquement incorrectes » – appel à la Liberté contre les tyrans.

« Mon principe est la France avant tout. »1755

NAPOLÉON Ier (1769-1821). Mémorial de Sainte-Hélène (1823), Las Cases

Ce précepte s’applique d’abord au commerce. L’empereur veut faire de l’Europe un gigantesque marché pour les manufacturiers et commerçants français. Le bilan économique de l’Empire est jugé plutôt positif, même si la succession des guerres entraîne une fantastique perte d’hommes, d’énergie et d’argent. Le Mémorial, souvent cité en source, est rédigé par comte de Las Cases, dernier confident et secrétaire particulier de Napoléon en exil.

« Pour faire prospérer les manufactures nationales, il faut les protéger par des lois prohibitives : beaucoup de lois, encore plus de règlements, voilà les moyens de gouverner. »1756

NAPOLÉON Ier (1769-1821) (…)

Homme d’ordre et de centralisation, il veut limiter les applications du libéralisme et instaure une politique douanière rigoureuse. Pour lui, le développement industriel est une façon de s’opposer à la prépondérance britannique. Le blocus, même imparfaitement respecté, favorise certaines productions : sucre de betterave, soierie lyonnaise, forges et aciéries, filatures de coton, chimie.

« Il faut avant tout arriver à l’unité, et qu’une génération tout entière puisse être jetée dans le même moule. »1757

NAPOLÉON Ier (1769-1821) au comte Louis-Mathieu MOLÉ. Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, tome III, De la Révolution à l’école républicaine (1981), François Mayeur

L’instruction publique est un moyen de « diriger les opinions publiques et morales » et pour Napoléon, « tout en dépend, le présent et l’avenir ». Les premiers lycées sont fondés en 1802. La mission assignée à l’Université en 1808 sera également de « former dans le même moule une jeunesse bourgeoise dévouée à l’État ». L’empereur prétend aussi asservir à sa loi philosophes et écrivains, et c’est un tout autre problème.

« Ce qui paraît est misérable ! cela dégoûte. »1758

NAPOLÉON Ier (1769-1821). Journal : notes intimes et politiques d’un familier des Tuileries (posthume, 1909), Pierre-Louis Roederer

L’empereur a souvent ce mot, comme déjà le Premier Consul, déçu par la production littéraire. La plupart des auteurs sont dociles, les romans et poèmes qui abondent sont aujourd’hui illisibles. Les seuls grands talents seront des opposants au régime : Chateaubriand (…) Mme de Staël. Même pauvreté dans le domaine théâtral. Le « mélo » fureur sur les boulevards, Napoléon n’aime que la tragédie (à la Comédie-Française). Il a plus de chance dans les beaux-arts : David, peintre officiel, est un génie (d’ailleurs hérité de la Révolution).

« La diplomatie est la police en grand costume. »1759

NAPOLÉON Ier (1769-1821), Maximes et pensées

L’aphorisme convient parfaitement à son ministre des Relations extérieures (jusqu’en 1807), M. de Talleyrand, l’un des principaux personnages sous l’Empire, et le plus grand diplomate français de l’histoire.

« L’art de la police est de ne pas voir ce qu’il est inutile qu’elle voie. »1760

Napoléon BONAPARTE (1769-1821), Premier Consul, Au citoyen Fouché, 24 mai 1800. Dictionnaire des citations françaises, Le Robert

Il s’adresse au ministre de la Police, autre éminence grise et pilier du régime, qui fait souvent couple avec Talleyrand, tout aussi talentueux et détestable. Fouché a surtout un passé révolutionnaire sanglant.

« Si vous ôtez la foi au peuple, vous n’avez que des voleurs de grand chemin. »1761

NAPOLÉON Ier (1769-1821). Pensées politiques et sociales de Napoléon (1969)

Cette idée qui lui est chère expliquait déjà la politique religieuse sous le Consulat : « Comment avoir de l’ordre dans un État sans une religion ? » dit le Premier Consul à Roederer (juillet 1800) (…) « Nulle société ne peut exister sans morale. Il n’y a pas de bonne morale sans religion. Il n’y a donc que la religion qui donne à l’État un appui ferme et durable » (Maximes et pensées). Voltaire ne pensait pas autrement.

« L’armée, c’est la nation. »1762

Napoléon BONAPARTE (1769-1821), Premier Consul, au Conseil d’État, 4 mai 1802. Dictionnaire des citations françaises, Le Robert

(…) Entré à l’école militaire de Brienne à 9 ans (…) Ses campagnes d’Italie et d’Égypte apportent la gloire au jeune général sous le Directoire. Le Premier Consul combat avec passion, à la tête de ses hommes. L’Empire sera placé sous le signe des guerres qui s’enchaînent (…) Il s’affiche au premier rang. Le cheval mourut sous lui à plusieurs reprises, il reçut des balles dans la botte ou le pied : « Un homme comme moi se soucie peu de la vie. » La force de l’armée, c’est Napoléon.

« Qu’était la Grande Armée, sinon une France guerrière d’hommes qui, sans famille, ayant de plus perdu la République, cette patrie morale, promenait cette vie errante en Europe ? »1763

Jules MICHELET (1798-1874), Extraits historiques (posthume, 1907)

Telle est la définition humaine et romantique. Sur le plan institutionnel, la « Grande Armée » est d’abord le nom générique donné par Napoléon à l’armée d’invasion, basée à Boulogne, pour attaquer l’Angleterre en franchissant la Manche – projet abandonné après Trafalgar (1805) et l’anéantissement de la flotte française. La Grande Armée désigne ensuite l’armée napoléonienne, la meilleure du monde (…)

« Chaque année, la France faisait présent à cet homme de trois cent mille jeunes gens ; c’était l’impôt payé à César. »1764

Alfred de MUSSET (1810-1757), La Confession d’un enfant du siècle (1836)

« … Et s’il n’avait ce troupeau derrière lui, il ne pouvait suivre sa fortune. C’était l’escorte qu’il lui fallait, pour qu’il pût traverser le monde, et s’en aller tomber dans une petite vallée d’une île déserte, sous un saule pleureur. » L’histoire finit mal, pour la France exsangue et pour l’empereur exilé. Mais Musset, l’enfant du siècle orphelin de Napoléon, évoque aussitôt après l’Empire glorieux (…) dont toute sa génération garde la nostalgie.

« L’ogre corse sous qui nous sommes,
Cherchant toujours nouveaux exploits,
Mange par an deux cent mille hommes
Et va partout chiant des rois. »1765

Pamphlet anonyme contre Napoléon. Encyclopædia Universalis, article « Premier Empire »

Des pamphlets diffusent la légende noire de l’Ogre de Corse, contre la légende dorée de la propagande impériale. Les rois imposés par l’empereur sont pris dans sa famille ou parmi ses généraux : rois de Naples, d’Espagne, de Suède, de Hollande, de Westphalie. Royautés parfois éphémères, mal acceptées des populations libérées ou conquises. Les historiens estimeront à un million les morts de la Grande Armée, « cette légendaire machine de guerre » commandée par Napoléon en personne.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire