Voltaire : « Je suis flexible comme une anguille et vif comme un lézard et travaillant toujours comme un écureuil. » | L’Histoire en citations
Chronique du jour

 

Siècle des Lumières.
Les philosophes.

Voltaire incarne son siècle, par son esprit et son sens critique, par sa longue vie, sa plume qui aborde tous les genres (y compris le théâtre), son activité débordante et tout terrain, ses combats humanitaires.

C’est l’homme le plus admiré, envié, contesté, voire détesté pour tous ses « vices » et son arrivisme, notamment par son meilleur ennemi, Rousseau. Voltaire vaut surtout par sa tolérance, vertu si rare, qui nous le rend si cher, et par son engagement d’intellectuel toujours combattant pour la cause qui lui tient à cœur.

Les commentaires sont allégés, les coupes signalées (…) Retrouvez l’intégralité dans nos Chroniques de l’Histoire en citations.

François-Marie Arouet dit Voltaire.

« Je suis flexible comme une anguille et vif comme un lézard et travaillant toujours comme un écureuil. »1014

VOLTAIRE (1694-1778), Lettre à d’Argental, 22 octobre 1759, Correspondance (posthume) (…)

Autoportrait du sexagénaire, de santé précaire, sachant se ménager, se refusant tout excès. De son adolescence libertine et frondeuse à sa « retraite frénétique », il déborde d’une activité voyageuse, européenne, batailleuse, mondaine, courtisane, épistolière, théâtrale, politique, économique, scientifique, sociale, agronomique, encyclopédique, et naturellement philosophique.

« Ce n’est pas seulement un esprit qu’il a [Voltaire], ce sont tous les esprits ensemble qui reviennent dans son crâne et y tiennent le Sabbat. »1015

Président de BROSSES (1709-1777), Lettre à son cousin Loppin de Gémeaux, 4 janvier 1759 (…)

(…) Ce magistrat indépendant et frondeur, deux fois exilé sur ses terres, est doué d’assez d’esprit pour apprécier celui de Voltaire. Et le roi de Prusse, Frédéric II, est lui-même un despote assez éclairé pour écrire cet Éloge de Voltaire : « L’on peut dire, s’il m’est permis de m’exprimer ainsi, que M. de Voltaire valait seul toute une Académie. »

« Voltaire, quel que soit le nom dont on le nomme
C’est un cycle vivant, c’est un siècle fait homme ! »1016

Alphonse de LAMARTINE (1790-1869), Première méditation (1820)

(…) Le « roi Voltaire » a tout vu, tout vécu dans le siècle : la cour et ses plaisirs, ses désillusions, la Bastille et ses cachots, l’exil, les salons, les succès mondains et financiers, l’Europe avec le bonheur en Angleterre, le piège en Prusse, la vie de château à Ferney où il joue l’« aubergiste de l’Europe », la lutte incessante pour ses idées (…) la défense des victimes de l’arbitraire.

« Voltaire alors régnait, ce singe de génie
Chez l’homme en mission par le diable envoyé. »1017

Victor HUGO (1802-1885), Les Rayons et les ombres (1840)

L’hommage nuancé s’explique : si différents que soient les deux personnages, si opposée même leur nature, ils furent l’un et l’autre à l’image de leur temps, entrant vivants dans la légende après s’être jetés dans toutes les luttes.

« D’autres cyniques étonnèrent la vertu, Voltaire étonne le vice […] Paris le couronna, Sodome l’eût banni. »1018

Joseph de MAISTRE (1753-1821), Les Soirées de Saint-Pétersbourg (1821)

Philosophe, élève des jésuites, adversaire résolu de la Révolution, aussi fervent monarchiste que catholique, il s’oppose aux « idéologues » et au premier d’entre eux, Voltaire : « Il se plonge dans la fange, il s’y roule, il s’en abreuve ; il livre son imagination à l’enthousiasme de l’enfer qui lui prête toutes ses forces pour le traîner jusqu’aux limites du mal… »

« Oh ! le bon temps que ce siècle de fer ! »1019

VOLTAIRE (1694-1778), Le Mondain (1736). Satires

Contre Fénelon et Rousseau, en cousin de l’heureux Montesquieu et du fou de vie qu’est Diderot, il dit son bonheur de vivre à son époque : « Le paradis terrestre est où je suis. » Mais il le dit en épicurien et provocateur, saluant « le superflu, chose très nécessaire […] tant décrié par nos tristes frondeurs : / Ce temps profane est tout fait pour mes mœurs. »

« Écrasons l’infâme. »1020

VOLTAIRE (1694-1778). Dictionnaire de français Larousse, au mot « infâme »

Formule souvent reprise (…) L’infâme, c’est l’intolérance (religieuse) sous toutes ses formes, la superstition, le fanatisme, ce contre quoi il se battra toute sa vie. Flaubert écrira : « J’aime le grand Voltaire autant que je déteste le grand Rousseau […] Son « Écrasons l’infâme » me fait l’effet d’un cri de croisade. Toute son intelligence était une machine de guerre. »

« Cultivons notre jardin. »1021

VOLTAIRE (1694-1778), Candide (1759)

Conclusion du conte. Non sans rapport avec les soucis du jardinier qui vient d’acheter le château de Ferney (…) Formule surtout symbolique et mal comprise (…) « notre jardin », c’est le monde. Et si la Providence se désintéresse des hommes, il leur appartient (…) de faire prospérer leur terre, d’y travailler pour le progrès (…) Un credo écologique, avant la lettre.

« J’ai fait un peu de bien ; c’est mon meilleur ouvrage. »1022

VOLTAIRE (1694-1778), Épîtres, À Horace

À côté de l’œuvre philosophique, quelle vie prodigieusement active ! Son sens des affaires lui permit de « civiliser » la région de Ferney (…) Le patriarche de Ferney se retrouve acclamé en bienfaiteur : « Un repaire de quarante sauvages est devenu une petite ville opulente habitée par douze cents personnes utiles », écrit-il.

« Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent. »1023

VOLTAIRE (1694-1778), Zadig ou la destinée (1747)

Ainsi parle Zadig, « celui qui dit la vérité », alias Voltaire (…) Plus que le philosophe réformateur ou le théoricien spéculateur, la Révolution qui le porte au Panthéon (avec Rousseau) honore l’« homme aux Calas », l’infatigable combattant pour que justice soit faite (…)

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire