Maurras : « Au moral, la haine de l'esprit militaire, au matériel, un désarmement qui attire la guerre comme l'aimant le fer. » | L’Histoire en citations
Maurras : « Au moral, la haine de l'esprit militaire, au matériel, un désarmement qui attire la guerre comme l'aimant le fer. »
Citation du jour

Second Empire citationsLes conséquences de l’Affaire qui déchire la France sont innombrables. L’antisémitisme affiché dans l’Entre-deux-guerres et sa violence ont quand même de quoi étonner, au pays des droits de l’homme et du citoyen !

Feuilletez notre Chronique sur la Troisième République pour tout savoir.

« Au moral, la haine de l’esprit militaire, au matériel, un désarmement qui attire la guerre comme l’aimant le fer. »2525

Charles MAURRAS (1868-1952), Au signe de Flore : souvenirs de vie politique, l’affaire Dreyfus, la fondation de l’Action française, 1898-1900 (1931)

Théoricien du nationalisme intégral, il sera hanté à vie par le souvenir de l’affaire Dreyfus. Elle a de graves conséquences.

Militaires d’abord. L’armée en sort divisée (on se bat en duel dans les garnisons, dreyfusards contre « anti »), affaiblie, discréditée, épurée, et le Service de renseignements est remplacé par la police civile qui ne sera pas de taille face au SR allemand.

Conséquences psychologiques ensuite. La France va vivre en guerre de religion, deux camps se lançant leurs invectives : haine raciale, violation des droits de l’homme, contre antipatriotisme, antimilitarisme.

Politiquement enfin, les républicains, modérés, gravement divisés sur l’Affaire, vont s’appuyer sur la gauche et perdre finalement le pouvoir au profit des radicaux. Le centrisme n’est plus possible, il faut être à gauche ou à droite et le gouvernement en fait vite l’expérience.

« Il n’y a plus beaucoup de républicains en France. La République n’en a pas formés. C’est le gouvernement absolu qui forme les républicains. »2529

Anatole FRANCE (1844-1924), Monsieur Bergeret à Paris (1901)

Dernier des quatre volumes de son Histoire contemporaine, c’est le résumé piquant et pessimiste de la société française marquée par l’affaire Dreyfus. L’auteur demeure fidèle à ses convictions socialistes, bientôt communistes, mais loin de tout dogmatisme et même de tout parti. Vérité paradoxale : le régime a résisté à toutes les crises, la République modérée est devenue radicale, mais les Français sont plus que jamais critiques et divisés.

« Je veux pas faire la guerre pour Hitler, moi je le dis, mais je veux pas la faire contre lui, pour les Juifs… On a beau me salader à bloc, c’est bien les Juifs et eux seulement, qui nous poussent aux mitrailleuses… Il aime pas les Juifs Hitler, moi non plus… »2688

Louis-Ferdinand CÉLINE (1894-1961), Bagatelles pour un massacre (1937)

Ce n’est pas le seul antisémite, mais c’est l’un de ceux qui s’expriment avec le plus de violence - et un génie littéraire non contestable. Ce pamphlet où la haine l’égare achève de faire l’unanimité contre lui. Il s’est déjà créé des ennemis chez les bien-pensants, avec son Voyage au bout de la nuit (1932) qui attaque le militarisme, le colonialisme, l’injustice sociale. Ses impressions de retour d’URSS publiées dans Mea Culpa (1936) lui ont ensuite aliéné tous les sympathisants communistes.

« Spirituellement, nous sommes des Sémites. »2689

PIE XI (1857-1939), 6 septembre 1938

« L’antisémitisme est inadmissible. » Mot fameux du 259e pape qui mit le journal (notoirement antisémite) de l’Action Française à l’Index (dès 1926). Plus généralement, il condamne tous les excès de cet entre-deux-guerres : fascisme (dès 1931), bolchevisme et nazisme (en 1937). L’action de son successeur Pie XII (à partir de 1939), qui condamnera lui aussi le fascisme et le nazisme, suscite beaucoup plus de polémiques. En tant que chef de l’Église universelle, le padre comune de tous les fidèles catholiques a les mains liées, au moins publiquement. La question de l’antisémitisme des catholiques, récurrente, s’est posée de manière dramatique, en diverses époques.

« S’ils s’obstinent, ces cannibales, à faire de nous des héros, il faut que nos premières balles soient pour Mandel, Blum et Reynaud. »2697

« À bas la guerre », l’Action Française, numéro saisi le 27 septembre 1938

Le numéro paraît en pleine crise de Munich, avec l’article ainsi titré. Les termes disent la violence de l’opposition d’extrême droite : antisémitisme et appel (nominatif !) au meurtre, ce qui a déjà tué Jaurès, à la veille de la Première Guerre, mondiale, en 1914. La situation internationale s’aggrave. Le 12 mars 1938, Hitler a envahi l’Autriche : l’Anschluss est une annexion pure et simple.

Partager cet article

La collection

Les Chroniques…

Les Chroniques, en 10 volumes, racontent l’histoire de France de la Gaule à nos jours, en 3 500 citations numérotées, sourcées, replacées dans leur contexte, et signées par près de 1 200 auteurs.

… et le Dictionnaire

Lire la suite…

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Dictionnaire

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations, collection de 11 livres numériques… à télécharger !

Logo Dico-Citations du journal Le Monde

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire