Pottier : « Debout ! Les damnés de la terre ! Debout ! Les forçats de la faim ! » | L’Histoire en citations
Pottier : « Debout ! Les damnés de la terre ! Debout ! Les forçats de la faim ! »
Citation du jour

Second Empire citationsLe XIXe est le siècle des révoltes et des révolutions populaires, partout en Europe et d’abord en France. L’Internationale illustre ce fait et reste mondialement célèbre. Mais qui connaît son auteur ? L’Histoire en citations le remet à l’honneur, faisant une petite place à un autre poète politique de talent, Jules Jouy.

Feuilletez notre Chronique sur le Second Empire et la IIIe République pour tout savoir.

« Debout ! Les damnés de la terre ! Debout ! Les forçats de la faim ! »2382

Eugène POTTIER (1816-1887), paroles de L’Internationale, chanson

La Chanson de la Commune : chansons et poèmes inspirés par la Commune de 1871 (1991), Robert Brécy.

Commune de 1871. Eugène Pottier se cache dans Paris livré aux Versaillais. Membre élu de la Commune et maire du IIIe arrondissement, alors que tout espoir semble perdu, il dit, il écrit en ce mois de juin 1871 sa foi inébranlable en la « lutte finale ». Le texte ne sera publié et mis en musique (par Pierre Degeyter) que bien plus tard.

« Ce gazon que le soleil dore
Quand mai sort des bois réveillés,
Ce mur que l’Histoire décore
Qui saigne encore,
C’est le tombeau des fusillés. »2435

Jules JOUY (1855-1887), Le Tombeau des fusillés, chanson

Ce chant d’un poète montmartrois résonne comme une menace : que le bon bourgeois tremble, car le peuple tout entier s’assemble et pleure ceux qu’on croit oublier - les martyrs de la Commune. Mais jusqu’à la Première Guerre mondiale, toute apologie de la Commune de Paris reste interdite. Devant le mur des Fédérés au cimetière du Père-Lachaise, la cérémonie du 28 mai, dernier jour de la Semaine sanglante, deviendra ensuite tradition.

« L’insurgé, son vrai nom c’est l’homme !
Qui n’est plus la bête de somme,
Qui n’obéit qu’à la raison
Et qui marche avec confiance
Car le soleil de la science
Se lève rouge à l’horizon. »2407

Eugène POTTIER (1816-1888), paroles, et Pierre DEGEYTER (1848-1932), musique, L’Insurgé (1884), chanson

Poète et révolutionnaire, chansonnier socialiste le plus important (et sincère) du XIXe siècle, l’auteur de l’Internationale, membre de la Commune, réfugié aux États-Unis après la Semaine sanglante, rentre de son exil après la loi d’amnistie et dédie cette chanson « à Blanqui et aux Communards » : « Devant toi, misère sauvage, / Devant toi, pesant esclavage, / L’insurgé se dresse / Le fusil chargé. / On peut le voir en barricades / Descendr’ avec les camarades, / Riant, blaguant, risquant sa peau… »

Beaucoup de chansons communistes voient le jour dans les années 1880 : lutte des classes, guerre sociale contre les patrons, appel à la révolte armée des ouvriers, mineurs, paysans. L’agitation sociale connaîtra une nouvelle flambée avant la Première Guerre mondiale. Ni l’État, ni les patrons, ni les syndicats français de cette époque ne sont aptes à résoudre les conflits sociaux nés du développement économique et du capitalisme.

« C’est la lutte finale ;
Groupons-nous et demain
L’Internationale
Sera le genre humain. »2527

Eugène POTTIER (1816-1888), paroles, et Pierre DEGEYTER (1848-1932), musique, L’Internationale (refrain), chanson

Le chant écrit par Pottier durant la Commune, mis en musique en 1888 par un ouvrier tourneur Pierre Degeyter, chanté pour la première fois au Congrès de Lille du Parti ouvrier en 1896, devient l’hymne du mouvement ouvrier français en 1899. C’est un immense succès, dans les classes populaires sensibles à ces mots.

« Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout ! »2558

Eugène POTTIER (1816-1888), paroles, et Pierre DEGEYTER (1848-1932), musique, L’Internationale, chanson

Quelle carrière historique ! Né sous la Commune, devenu hymne du mouvement ouvrier français depuis 1899, ce chant est adopté par l’ensemble des partis socialistes au lendemain du congrès de la IIe Internationale à Stuttgart en 1910, et connaît alors un succès populaire sans égal. Il sera bientôt hymne national soviétique, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, et demeure aujourd’hui encore le chant des partis socialistes et communistes. Son refrain est souvent repris dans les manifs du nouveau siècle : « C’est la lutte finale… »

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire