« Il y a bien de la besogne À regarder ce petit roi Car il a mis en désarroi Toutes les filles de sa femme... » | L’Histoire en citations
 « Il y a bien de la besogne À regarder ce petit roi Car il a mis en désarroi Toutes les filles de sa femme... »
Citation du jour

Citations louis xiii17 décembre 1600. Le bon roi Henri IV épouse la florentine Marie de Médicis.

C’est l’occasion d’évoquer les mariages royaux ou impériaux : placés plus souvent sous le signe de la raison d’État que de l’amour, vie publique et vie privée étant toujours confondues ! L’Histoire en citations s’en fait l’écho et la « petite histoire » nous dit presque tout sur les Bourbons et les Bonaparte.

Commençons par Henri IV qui multiplie à plaisir les maîtresses (plus de 70) et les bâtards (parfois légitimés), mais ses deux épouses en titre ne font pas son bonheur ! Marguerite de Valois, dite « la reine Margot », réputée nymphomane, mène sa vie à sa guise et Marie de Médicis, « la grosse banquière », se révélera au final une très mauvaise affaire.

Feuilletez notre Chronique sur la Renaissance pour tout savoir.

« Il y a bien de la besogne À regarder ce petit roi Car il a mis en désarroi Toutes les filles de sa femme Mais on sait que la bonne dame S’en venge bien de son côté ! »547

Chanson populaire sur Henri de Navarre et la reine Margot (1579)

Mémoires relatifs à l’histoire de France, Journal de Henri III (posthume), Pierre de l’Estoile.

Après sept ans de mariage, tout ne va pas pour le mieux dans le couple. Le futur Henri IV est célèbre par sa galanterie autant que Margot par sa nymphomanie. Mariage annulé en 1599, pour défaut de consentement de la mariée et consanguinité (entre cousins). Il aura quand même duré 27 ans… et déclenché la quatrième guerre de Religion avec la St-Barthélemy en 1572.

« Vous faites tout ce que je veux ; c’est le vrai moyen de me gouverner : aussi ne veux-je jamais être gouverné que de vous. »652

HENRI IV (1553-1610), Lettre à Marie de Médicis, 27 janvier 1601

Épousée en secondes noces, Marie lui fait aussitôt le fils qui doit lui succéder : le dauphin Louis naît à Fontainebleau le 27 septembre 1601. On attendait un héritier depuis quarante ans ! La France est en joie, mais la favorite en titre se fâche avec Henri et traite Marie de « grosse banquière » – fine allusion à la dot, 600 000 écus d’or, record de l’Histoire.

« Je ne trouve ni agréable compagnie, ni réjouissance, ni satisfaction chez ma femme […] faisant une mine si froide et si dédaigneuse lorsqu’arrivant du dehors, je viens pour la baiser, caresser et rire avec elle, que je suis contraint de dépit de la quitter là et de m’en aller chercher quelque récréation ailleurs. »653

HENRI IV (1553-1610), Lettre à Sully. Lettres intimes de Henri IV (1876), Louis Dussieux

Marie de Médicis n’a pas le tempérament de la reine Margot ! Ce mariage florentin fut un sacrifice à la raison d’État – les rois ne se mariaient pas par amour. Belle-famille très riche et très catholique : deux raisons qui auraient dû faire de cette union une bonne affaire pour la France. Il n’en est rien. La reine va comploter contre le roi, déjà au lit d’autres femmes, car sa femme lui donne peu de plaisir.

La vie privée d’Henri IV justifie sa réputation de Vert Galant. Sa progéniture est à l’image de sa santé amoureuse, exceptionnelle, et il légitime souvent ses enfants nés hors mariage – premier roi de France qui ose cela. Sur un temps de vie et de règne plus court, il bat largement les deux autres grands amoureux, Louis XIV et Louis XV, par le nombre de ses favorites - 73. Il fait quand même 6 enfants en 10 ans de mariage avec Marie de Médicis : le Dauphin (futur Louis XIII très peu porté sur les femmes), trois filles qui épouseront chacune un roi, un petit Nicolas de France mort à 4 ans et Gaston d’Orléans, frère redoutablement comploteur du futur roi. En tout cas, Henri IV adore les enfants !

« Vous ne traiteriez pas ainsi vos bâtards !
— Mes bâtards peuvent être à tout moment corrigés par le Dauphin, s’ils sont méchants, mais qui corrigera le Dauphin si je ne le fais moi-même ? »656

HENRI IV (1553-1610) répondant à Marie DE MÉDICIS (1573-1642). Les Rois qui ont fait la France, Henri IV (1981), Georges Bordonove

Les scènes fréquentes entre les deux époux font trembler les murs du palais. Marie est jalouse des maîtresses du roi fort généreux et galant avec toutes ces dames, alors qu’il a peu d’égard pour la reine. Elle lui reproche ici de frapper avec sa canne le petit Dauphin (futur Louis XIII). Il est vrai que le bon roi n’hésite pas à jouer les pères Fouettard, « sachant bien qu’il n’y a rien au monde qui lui fasse plus de profit ; car étant de son âge, j’ai été fort fouetté ».

« Priez Dieu, Madame, que je vive longtemps, car mon fils vous maltraitera quand je n’y serai plus. »657

HENRI IV (1553-1610), à Marie de Médicis. Les Rois qui ont fait la France, Henri IV (1981), Georges Bordonove

Sait-il que sa femme n’est pas étrangère à certains complots tramés autour de lui ? On ne saura jamais qui a poussé Ravaillac au régicide. Mais cette phrase est prémonitoire des relations entre la mère et le fils : une véritable guerre, au terme de laquelle Marie de Médicis perdra son pouvoir, ses amis, sa liberté, pour finir en exil.

Partager cet article

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire