L’Histoire en citations | Page 2 | Bienvenue sur le site où l’Histoire donne la parole à ceux qui l’ont faite.

Chronique du jour

De la Gaule à de Gaulle (et la Cinquième République), nous allons revivre avec vous l’histoire de France en citations. Le récit national se déroule dans cette mise en scène aussi simple qu’originale, avec tous les personnages qui lui donnent vie.

Citations et commentaires sont toujours tirés de notre collection, l’Histoire en citations (10 Chroniques, un Dictionnaire). Vous y trouverez les commentaires complets.

Chronique du jour

Danton : « Est-ce qu'on emporte la patrie à la semelle de ses souliers ? »

Révolution. Convention nationale (suite)

Robespierre élimine ses ennemis, à droite (Danton et Cie), à gauche (Hébert et les Enragés). Sa Fête de l’Être suprême fait illusion et les soldats de l’An II font miracle aux frontières.

La « boucherie de députés » continue et la dictature jacobine se renforce. Robespierre frappe sur sa gauche (Hébert et les Enragés), sur sa droite (Danton, Desmoulins et les Indulgents), selon l’implacable logique de la Terreur.

Les « mots de la fin » s’enchaînent à un rythme inégalé, avec un sens de la formule propre aux héros révolutionnaires qui ont quelques heures ou quelques jours pour se préparer. Dans le même temps, les soldats de l’An II repoussent les ennemis de la République et reconquièrent le département du Nord, puis la Belgique.

Paradoxe suprême ? Robespierre (déiste à la Rousseau) crée une religion révolutionnaire qui culmine le 8 juin 1794, avec la Fête de l’Être suprême.

Chronique du jour

Robespierre : « Le gouvernement de la Révolution est le despotisme de la liberté contre la tyrannie. »

Révolution. Convention nationale (suite)

Robespierre est maître de la France et Saint-Just théorise sa dictature révolutionnaire, tout en lançant l’idée du bonheur en Europe.

Robespierre s’impose désormais en dictateur, pour le salut de la patrie, enchaînant discours sur discours, avec Saint-Just, son frère en Révolution qui lui fait inlassablement écho. La Marseillaise résonne à l’unisson : contre la tyrannie, l’étendard sanglant est levé. La guillotine est un spectacle quotidien.

Faut-il s’étonner que le bonheur soit une idée neuve ?

Chronique du jour

Saint-Just : « Dix mille hommes sont nu-pieds dans l'armée. Il faut que vous déchaussiez tous les aristocrates de Strasbourg... »

Révolution. Convention nationale (suite)

Les soldats de l’An II défendent la patrie en danger, Bonaparte entre dans l’histoire au siège de Toulon, l’esclavage est aboli dans les colonies, mais la Terreur se systématise.

Fin 1793. La Terreur est toujours à l’ordre du jour et la patrie toujours en danger, mais un jeune chef d’artillerie entre dans l’histoire au siège de Toulon, en reprenant la ville occupée par les Anglais (11 décembre 1793). C’est le capitaine Bonaparte.

Chouannerie et guerre de Vendée relèvent aussi de la « grande terreur », Carrier s’illustre à Nantes en missionnaire zélé, les juifs sont menacés d’une « régénération guillotinière ». Mais les esclaves noirs des colonies ont droit à la liberté, après un grand discours de Danton, de retour à la tribune, début 1794.

Chronique du jour

Lasource : « Je meurs le jour où le peuple a perdu la raison ; vous mourrez le jour où il l'aura recouvrée. »

Révolution. Convention nationale (suite)

L’exécution des Girondins est une « boucherie de députés », les mots de la fin témoignent de leur courage, des femmes donnent l’exemple, dont Mme Roland.

21 députés girondins sont exécutés (fin octobre, début novembre 1793). Mme Roland fait partie des charrettes. Olympe de Gouges, proche du parti et pire que tout, féministe et provocatrice, part à l’échafaud.

Un député jacobin, Basire, qui dénonce la « boucherie de députés », sitôt accusé d’incivisme est bientôt guillotiné. Fouché, sinistre personnage, député girondin devenu montagnard, fait du zèle - surnommé le Mitrailleur de Lyon.

Chronique du jour

« La Terreur est à l'ordre du jour. »

Révolution. Convention nationale (suite)

La Terreur est décrétée (5 septembre 1793). Tous les Carrier, Fouché, Fouquier-Tinville font des excès de zèle révolutionnaires et la « Veuve Capet » est jugée sommairement.

« La Terreur est à l’ordre du jour », par décret du 5 septembre 1793 : politique de salut public et dictature pure et dure permettent à la Convention montagnarde de triompher de ses ennemis intérieurs et extérieurs. La révolte est écrasée dans le sang en Vendée.

Marie-Antoinette, Veuve Capet, indignement accusée d’inceste, jugée sommairement, est guillotinée le 16 octobre 1793. Les députés girondins emprisonnés savent qu’ils auront bientôt le même sort.

Chronique du jour

Barère de Vieuzac : « Détruisez la Vendée ; Valenciennes et Condé ne seront plus au pouvoir de l'Autrichien... »

Révolution. Convention nationale (suite)

Les députés légifèrent remarquablement, mais les sans-culottes font la loi dans la rue et bientôt à l’Assemblée.

Sur fond de guerre civile et étrangère, la Convention accomplit un travail législatif aussi remarquable que les deux premières Assemblées. Paradoxe constant de cette Révolution toujours en marche…

Le service militaire obligatoire remplace le volontariat de 1792 pour les soldats de l’An II. Contre l’Europe des rois, la « guerre totale » est décrétée. Le Tribunal révolutionnaire est renforcé, mais les sans-culottes font déjà la loi à l’Assemblée, en attendant que la Terreur soit décrétée.

Chronique du jour

Constitution de 1793 : « [...] l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

Révolution. Convention nationale (suite)

La Constitution de l’An I crée le droit à l’insurrection. Marat, assassiné par Charlotte Corday, est remplacé par Hébert à la tête des Enragés, prêchant la Terreur.

La Convention accouche d’une Constitution (remarquable et inapplicable) à l’image de cette Révolution… et Danton reparaît pour un discours magnifique sur l’éducation (une leçon pour la IIIe République).

Mais la Première République, autrement dit la Révolution, continue de dévorer ses enfants.

Charlotte Corday tue Marat - pleuré par le peuple de Paris et panthéonisé. Sitôt guillotinée, l’ « Ange de l’assassinat » devient une héroïne, mais Marat est remplacé par Hébert, plus extrémiste encore. Les Hébertistes, appelés aussi Enragés, accuseront bientôt les Robespierristes d’être des « endormeurs » !

Telle est la logique révolutionnaire qui s’emballe chaque jour un peu plus, en attendant la Terreur.

Chronique du jour

Vergniaud : « Hommes de la Gironde, levez-vous ! […] Si vous développez une grande énergie, vous forcerez à la paix des hommes qui provoquent la guerre civile. »

Révolution. Convention nationale (suite)

La Convention est devenue Montagnarde et chaque département a sa guillotine.

Robespierre profite du climat insurrectionnel à Paris au printemps 1793 : une trentaine de députés girondins sont arrêtés le 2 juin, la province ne réagit pas, les Montagnards ont désormais le pouvoir. Les extrémistes triomphent, la guillotine est installée dans chaque département.

Madame Roland, égérie des Girondins, attend la mort en prison et s’illustre en véritable héroïne face au pouvoir.

Pages

La collection

Les Chroniques…

Les Chroniques, en 10 volumes, racontent l’histoire de France de la Gaule à nos jours, en 3 500 citations numérotées, sourcées, replacées dans leur contexte, et signées par près de 1 200 auteurs.

… et le Dictionnaire

Lire la suite…

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations, collection de 11 livres numériques… à télécharger !

Comme dans toutes les (bonnes) librairies, vous pouvez feuilleter les livres avant d'acheter.

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire