L’Histoire en citations | Page 2 | Bienvenue sur le site où l’Histoire donne la parole à ceux qui l’ont faite.
Édito de la semaine

Les fake news de la Révolution à nos jours

Le mot est nouveau, mais la chose existe depuis toujours.

Impossible de donner une définition claire d’une notion aussi floue, au risque de simplifier un phénomène complexe et comme tel passionnant.

Pour preuve, tous les mots associables aux fake news. « Fausse rumeur » vaut quasiment synonyme, comme « infox », néologisme et mot-valise (information & intoxication). Restent d’innombrables corrélats : accusation, calomnie, diffamation, dénigrement, délation, médisance, mystification, propagande, désinformation, attaque, potin, ragot, insinuation, commérage, tromperie, contre-vérité, légende, cabale, pamphlet, conjuration, complot, complotisme et conspirationnisme (néologismes dans l’air du temps, avec la « théorie du complot »), etc.

Les auteurs de fake news abondent. Souvent anonymes ou inconnus, c’est aussi bien le peuple que le pouvoir (politique ou militaire), l’opposition (sous tous les régimes), un parti organisé, un frondeur isolé, un journaliste plus ou moins bien informé, une institution publique, un syndicat, un groupe de pression.

Les réseaux sociaux créent ou amplifient le phénomène, ouvrant une ère de « post-vérité » où la défiance est de rigueur. Les débats s’emballent en Grande-Bretagne avec la victoire des pro-Brexit (2016) et aux États-Unis avec l’élection de Trump (2017). En France, une « loi fake news » ou « loi infox » (2018) vise à « mieux protéger la démocratie contre les diverses formes de diffusion intentionnelle de fausses nouvelles ». On cherche à mieux faire, oubliant la loi du 27 juillet 1849 (Deuxième République) qui « punit la publication ou la reproduction faite de mauvaise foi de nouvelles fausses de nature à troubler la paix publique. » Envers et contre tout, les fake news défraient la chronique.

Une cinquantaine d’exemples nous aident à cerner le phénomène en une mini-série de deux épisodes, des origines à nos jours. C’est une lecture originale de notre Histoire en citations, revue (mais pas corrigée !) pour cet édito un brin provoc et parano, à l’image du thème.

Édito de la semaine

Les fake news sous l’Ancien Régime

Le mot est nouveau, mais la chose existe depuis toujours.

Impossible de donner une définition claire d’une notion aussi floue, au risque de simplifier un phénomène complexe et comme tel passionnant.

Pour preuve, tous les mots associables aux fake news. « Fausse rumeur » vaut quasiment synonyme, comme « infox », néologisme et mot-valise (information & intoxication). Restent d’innombrables corrélats : accusation, calomnie, diffamation, dénigrement, délation, médisance, mystification, propagande, désinformation, attaque, potin, ragot, insinuation, commérage, tromperie, contre-vérité, légende, cabale, pamphlet, conjuration, complot, complotisme et conspirationnisme (néologismes dans l’air du temps, avec la « théorie du complot »), etc…

Les auteurs de fake news abondent. Souvent anonymes ou inconnus, c’est aussi bien le peuple que le pouvoir (politique ou militaire), l’opposition (sous tous les régimes), un parti organisé, un frondeur isolé, un journaliste plus ou moins bien informé, une institution publique, un syndicat, un groupe de pression… et les nouveaux réseaux sociaux.

Une cinquantaine d’exemples vont nous aider à cerner le phénomène, en une mini-série à deux épisodes - sous l’Ancien Régime et de la Révolution à nos jours. C’est une lecture originale de notre Histoire en citations, revue (mais pas corrigée !) pour cet édito un brin provoc et parano, à l’image du thème.

Édito de la semaine

Lecture recommandée en temps de confinement... et bientôt de vacances : les Lettres

Histoire & Littérature, lecture recommandée en temps de confinement… et bientôt de vacances. D’où cette série d’éditos en huit épisodes (indépendants) :

1. Romans - 2. Poésie - 3. Théâtre - 4. Lettres - 5. Histoire et Chronique - 6. Mémoires - 7. Pamphlets et autres œuvres polémiques - 8. Discours.

4. Lettres, Correspondance, épîtres.

Le ton varie selon l’époque, l’auteur et le/la destinataire : du plus futile (Mme de Sévigné, célèbre potinière) au plus sérieux (les Lettres philosophiques de Voltaire ayant valeur d’essai) et du plus intime (voire secret) au message officiel (lettre ouverte valant déclaration publique).

On découvre Jeanne d’Arc envoyant ses messages aux Anglais à coup de flèche, durant le siège d’Orléans ; François Ier annonçant à sa mère Louise de Savoie ses victoires et ses défaites ; Catherine de Médicis, reine et mère accablée par les guerres de Religion et la mort de ses fils ; Henri IV s’entretenant de tout avec ses maîtresses aimées ; Mme de Sévigné informant sa fille des faits divers de la cour ; Voltaire, grand communicant des Lumières, donnant libre cours à son humour au fil de quelque 15 000 lettres adressées à 1 800 correspondants français et européens ; deux prisonniers, Louis XVI retrouvant une dignité perdue à l’heure de son procès et Mme Roland gagnant son rang d’héroïne, martyre de la Révolution ; Napoléon s’exprimant en toute liberté, surprenant de franchise ; George Sand et Flaubert également passionnés de politique au siècle des révolutions… et tant d’autres noms donnant à voir l’Histoire au jour le jour, avec ses coulisses et ses secrets.

Ce genre littéraire qui s’épanouit en toute liberté est concurrencé par des moyens de communication plus rapides, hier le téléphone, aujourd’hui les tweets et autres réseaux sociaux. L’Histoire y perd une source documentaire originale, incroyablement vivante et d’une richesse inégalable.

À vous de juger, en lisant ces témoignages. Et de vous inspirer peut-être, pour écrire une vraie (petite) lettre (manuscrite) à l’un de vos proches encore confiné, malade, en peine ou simplement en manque de vous.

Édito de la semaine

Lecture recommandée en temps de confinement... et bientôt de vacances : le théâtre

Histoire & Littérature, lecture recommandée en temps de confinement… et bientôt de vacances. D’où cette série d’éditos en huit épisodes (indépendants) :

1. Romans - 2. Poésie - 3. Théâtre - 4. Lettres - 5. Histoire et Chronique - 6. Mémoires - 7. Pamphlets et autres œuvres polémiques - 8. Discours.

3. Théâtre.

On n’a jamais tant parlé de théâtre et de spectacle en général, depuis qu’il est interdit d’y aller. Pire que la censure, la fermeture des salles ! Tandis que tous les festivals sont reportés, dans un secteur sinistré, condamné à se « réinventer ». Bonne raison pour vous inviter à un bref voyage historique, sur la scène et dans les coulisses de cet art vivant !

Perfection classique au XVIIe siècle, théâtromanie au XVIIIe, romantisme au XIXe, théâtre militant et populaire au XXe siècle. De nos jours, le théâtre n’est plus le spectacle roi, la création s’exprime ailleurs et autrement, la culture (élitiste ou populaire) a perdu de son prestige. Raison de plus pour ressusciter notre répertoire en quelques citations.

Édito de la semaine

Confinements historiques, réussis ou tragiques - le destin en décide.

Voici 24 cas exemplaires, sujets à réflexion et à discussion - de quoi relativiser le confinement présent, remède international à la pandémie de l’année 2020.

Confiné signifie « enfermé dans un lieu ». Mais il existe des confinements de toute nature.

Confinement volontaire du gardien de phare (de plus en plus rare), du spationaute dans sa fusée, du pilote dans son cockpit, du sous-marinier en immersion. Mieux vaut ne pas être claustrophobe… et avoir la vocation. Comme l’auteur ou l’artiste qui se retire pour créer, le moine qui fait retraite pour prier. Cela reste des minorités statistiques.

Mais que penser du sort des femmes dans l’histoire - la moitié de la population mondiale !? Le féminisme dénonce leur enfermement domestique bien ou mal vécu, la soumission aux hommes en position dominante, avec la force des habitudes, le poids des religions… Le voile islamique est-il prison ou protection ? Impossible d’avoir une réponse.

Revenons aux cas historiques, du plus « léger » au plus « lourd », en passant par les situations les plus étonnantes. On découvre quelques pépites, on retrouve les trois stars de l’Histoire en citations, Napoléon, De Gaulle, Hugo, et Voltaire, au pied du podium.

Édito de la semaine

Lecture recommandée en temps de confinement : la poésie

Histoire & Littérature, lecture recommandée en temps de confinement… et bientôt de vacances. D’où cette série d’éditos en huit épisodes (indépendants) : 1. Romans - 2. Poésie - 3. Théâtre - 4. Lettres - 5. Histoire et Chronique - 6. Mémoires - 7. Pamphlets et autres œuvres polémiques - 8. Discours.

2. Poésie : fable, ballade, ode, épigramme, épitaphe, chronique rimée, hymne patriotique, mazarinade, poissonnade et autres pamphlets en vers - mais pas les chansons.

Un poème peut se déguster comme un bonbon, quelques vers suffisent pour donner le ton - le roman demande plus de temps et de concentration. Sauf exception, pas besoin de résumer l’œuvre-source. Mais la resituer lui donne sens et c’est la règle de l’Histoire en citations.

Des périodes se révèlent particulièrement poétiques - Renaissance au mécénat généreux et guerres de Religion exacerbant le patriotisme, XIXe siècle romantique, guerres mondiales du XXe siècle.

On retrouve de grands noms : Ronsard prince des poètes et poète des princes, La Fontaine notre aimable fabuliste, Lamartine lancé en politique, Hugo génie omniprésent, Éluard, Desnos et Aragon, trio communiste au patriotisme vibrant. Et tant d’autres poètes passants.

Les rois riment à l’occasion (François Ier, Charles IX). Leurs poètes officiels versifient laborieusement (Malherbe en tête) et Boileau met en vers son Art poétique sans être poète.

Le peuple anonyme défie le pouvoir et brave la censure - à moins qu’un Nom majuscule se cache pour éviter la prison, l’exil ou la mort.

À côté des valeurs sûres, quelques « pépites », signées Charles d’Orléans (premier « confiné » du Moyen Âge), Boisrobert et Fontenelle (très académiciens du Grand siècle), Voltaire (à l’humour sans pareil), Louise Michel (« Vierge rouge » engagée sous la Commune), Péguy (inaugurant la poésie de guerre en 1914), Brasillach (condamné à mort, fusillé en 1945).

Ainsi notre Histoire s’écrit-elle, avec un talent toujours renouvelé.

Édito de la semaine

Lecture recommandée en temps de confinement : les romans

Histoire & Littérature, lecture recommandée en temps de confinement… et bientôt de vacances. D’où cette série d’éditos en huit épisodes (indépendants) : 1. Romans - 2. Poésie - 3. Théâtre - 4. Lettres - 5. Histoire et Chronique - 6. Mémoires - 7. Pamphlets et autres œuvres polémiques - 8. Discours.

1. Roman - dont les romans épistolaires, à la mode au XVIIIe s.

La mention « Actu » met un coup de projecteur sur quelques Noms pour inciter le lecteur à se plonger dans l’œuvre source : Rabelais (notre premier géant littéraire), Montesquieu (créateur du roman épistolaire), Laclos (adapté deux fois au cinéma pour ses Liaisons dangereuses) de même que Stendhal (avec Le Rouge et le Noir au romantisme contenu), Hugo (romancier des Misérables et génial dans tous les genres), Anatole France (à redécouvrir dans ses romans politiques), Radiguet (pour un roman et le film du Diable au corps), Malraux (romancier de L’Espoir et conscience du XXe siècle), Sagan (pour le plaisir).

L’Histoire et le roman font souvent couple plus ou moins légitime, tandis que la littérature de guerre se révèle comme un genre à part entière.

Édito de la semaine

Et après la crise ?

Qu’importe le nom - épidémie, pandémie, guerre, catastrophe naturelle ou angoisse collective ! Toute épreuve majeure laisse des traces. Les peuples réagissent de manière différente et originale. L’Histoire en garde la mémoire et l’Histoire en citations s’en fait l’écho.

Édito de la semaine

Les épidémies dans l'histoire

Le thème s’impose, à la fois actuel et historique.

Outre une documentation pléthorique et en marge des fake news (épidémie numérique), on frise la surinformation depuis trois mois et une certaine paranoïa, face au coronavirus (COVID 19), parti de Chine et devenu pandémie, d’où la Troisième guerre mondiale quasiment déclarée en France.

Notre propos n’est pas de lister les épidémies qui ont marqué leur siècle et au-delà, entre pestes (diverses) et choléra, avec la tuberculose et le SIDA toujours mortels.

Bornons-nous à quelques focus originaux, depuis la « peste noire » du Moyen Âge jusqu’à la « vache folle » à la fin du siècle dernier. Selon les sources et les époques, notons la diversité de ton des témoignages - entre lamentation poétique, chronique fataliste, presse polémique, humour noir.

Pages

La collection

Les Chroniques…

Les Chroniques, en 10 volumes, racontent l’histoire de France de la Gaule à nos jours, en 3 500 citations numérotées, sourcées, replacées dans leur contexte, et signées par près de 1 200 auteurs.

… et le Dictionnaire

Lire la suite…

L'Histoire en citations - Dictionnaire

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations, collection de 11 livres numériques… à télécharger !

Comme dans toutes les (bonnes) librairies, vous pouvez feuilleter les livres avant d'acheter.

L'Histoire en citations - Gaule et Moyen Âge

L'Histoire en citations - Renaissance et guerres de Religion, Naissance de la monarchie absolue

L'Histoire en citations - Siècle de Louis XIV

L'Histoire en citations - Siècle des Lumières

L'Histoire en citations - Révolution

L'Histoire en citations - Directoire, Consulat et Empire

L'Histoire en citations - Restauration, Monarchie de Juillet, Deuxième République

L'Histoire en citations - Second Empire et Troisième République

L'Histoire en citations - Seconde Guerre mondiale et Quatrième République

L'Histoire en citations - Cinquième République

L'Histoire en citations - Dictionnaire